À fleur de peau

À fleur de peau


Résumé :

À douze ans, Natsume, jeune fille populaire et un brin superficielle, quitte Tokyo ainsi que son travail de jeune mannequin pour suivre ses parents
à la campagne. D’abord déprimée, elle finit par faire la connaissance de Kôichiro, un garçon envoûtant qu’entoure une aura de mystères. À son contact, elle commence à prendre conscience de sa propre singularité. Débute alors une étrange parade, mêlant séduction et domination, entre ces deux êtres à fleur de peau…
Source : Delcourt/Tonkam

Avis principal par Maccha

Ce titre me faisait de l’oeil depuis un moment et la sortie du dernier tome en France après un lent rythme de parution fut un bon prétexte pour enfin lire la série complète. Voici un shôjo dramatique plein d’émotions comme on l’aime.

On suit Natsume, une belle jeune fille qui éprouve un besoin de sensations fortes dans sa vie. Elle s’est postulée même dans une agence de mannequins alors qu’elle n’a que 12 ans. Lorsqu’elle doit quitter Tokyo pour aller dans un village paumé avec sa famille, elle risque donc encore moins de trouver ce qu’elle cherche. Mais c’est dans ce village qu’elle rencontrera Kô, un jeune homme qui l’éblouie dès leur première rencontre.

On suivra la vie de Natsume de la fin de primaire au lycée, son évolution et le développement de sa relation avec Kô entre passions et tourments, cherchant sa place entre deux mondes; d’un côté Tokyo et les feux de projecteurs, de l’autre un village avec ses traditions et croyances propres où elle se sent étrangère.

Les deux personnages principaux de ce manga ont tous les deux des caractères forts et vivent intensément. Leur histoire n’est pas une simple histoire d’amour banale et Natsume n’est pas une héroïne cruche, ni naïve, comme on voit dans beaucoup de shôjos. Parfois elle se comporte même comme une garce. Quant à Kô, il ne s’agit pas non plus du prince charmant. Appartenant à une famille protectrice importante de la région, il se considère comme le roi de ces montagnes. Alors que Natsume est fascinée par lui et fait tout pour briller comme lui, lui aussi a une forte attirance envers elle. Dès le premier tome, alors qu’ils n’ont qu’une douzaine d’années, tous les deux ont un regard défiant et provocateur envers le monde et l’un envers l’autre. Ce sont deux êtres qui se désirent, se défient et se blessent tout au long de l’histoire. J’ai bien aimé le côté passionnel et intense de ces deux personnages et cette ambiance d’envoûtement. Ils dégagent une certaine maturité malgré leur jeune âge même s’ils restent des enfants un brin superficiels. Tous les deux sortent du lot et semblent être faits l’un pour l’autre. Cependant, alors que Natsume croit tout savoir et avoir le monde entier à ses pieds étant la seule à être près de Kô qu’elle met sur un piédestal, un événement bouleverse leur monde, leur montrant que leur pouvoir a un limite. Il y a un aspect psychologique important dans la série que j’ai bien aimé. On va suivre Natsume se reconstruire après que son monde soit effondré grâce à l’aide de certains personnages.

Même s’il y a eu des moments où je n’ai pas très apprécié son comportement, j’ai bien aimé le personnage de Natsume, un personnage réaliste avec ses torts. Quant à Kô, c’est un personnage qui devient de plus en plus violent et est odieux par moments. Cependant, on voit qu’il a un grand poids sur les épaules. J’aurais bien aimé un petit chapitre bonus pour voir l’histoire de son point de vue pour mieux le cerner. Le personnage que j’ai plus apprécié est Ôtomo qui est plutôt en retrait dans les premiers tomes et devient un personnage important par la suite. J’ai bien aimé son charme naturel et sa sincérité. Enfin, un autre personnage important est Kana, que, au contraire, j’aimais bien dans les premiers tomes pour son côté gentil et timide mais qui m’a agacée par la suite par son adoration exagérée pour Kô et son auto-dévalorisation.

La mangaka utilise beaucoup de métaphores et de passages symboliques intéressants tout au long de l’histoire. Les traditions du village, les références au shintoïsme notamment avec Kô et sa famille donnent un aspect spirituel qui va bien avec cette ambiance poétique même si par moments j’ai trouvé que c’est un peu trop abstrait. J’ai aussi trouvé certains passages un peu crus.

La nature a aussi une place importante dans ce manga. Les paysages et les décors sont soignés. Au niveau du graphisme des personnages, je les ai trouvés parfois un peu brouillons et j’ai eu du mal avec certains visages. Cependant, ils sont bien expressifs avec des regards perçants.

Tome 17 par Maccha

A Fleur de Peau T17

Le tome 16 nous laissait en suspens avec Natsume qui a dû revivre le traumatisme qu'elle avait vécu après des années alors qu'elle semblait enfin se libérer. Le début de ce dernier tome nous montre une Natsume confuse qui ne se sait plus ce qui s'est passé et Kô donne l'impression qu'elle a tout rêvé. Pour apprendre la vérité, elle va devoir affronter Kana qui est devenue de plus en plus glauque au fil des tomes. J'aimais bien ce personnage au début de l'histoire mais au fil des années, je trouve qu'elle est devenue pathétique en se dévalorisant sans cesse et à cause de son obsession de Kô. Je suis étonnée par Natsume qui trouve que le lien de Kana avec Kô plus beau que le leur, puisque pour moi c'est un lien plutôt malsain.

 Je n'ai pas trop aimé la tournure que prend l'histoire suite à cette confrontation. Heureusement l'histoire ne se termine pas ainsi et on fait un bond de deux ans à la moitié du tome. Cet intervalle de temps permet de voir un peu les conséquences du choix de Natsume et lui permet de faire un point avec Kô. Ainsi le dernier chapitre donne une fin plutôt satisfaisante. J'ai trouvé la dernière scène dans l'eau plutôt touchante et c'est beau de savoir comment Kô voyait Natsume. J'aurais aimé avoir un chapitre supplémentaire pour voir un peu l'histoire de son point de vue. Je suis aussi contente de retrouver Ôtomo dans ce tome mais j'ai trouvé que c'est un peu survolé.

 En somme, un tome qui conclut l'histoire de Natsume de la meilleure façon qu'on peut espérer en prenant en compte ses ambitions, ses attentes et ses sentiments.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Delcourt/Tonkam.

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Un beau shôjo plein d’émotions intenses avec un aspect psychologique important.

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)