À nos amours

À nos amours


Résumé :

Jean-Paul Nishi, auteur japonais, nous raconte dans ce manga “tranches de vie” sa rencontre avec sa future épouse Karyn, une Française. Avec humour et autodérision, il dépeint la vie de couple, le mariage, la grossesse ou encore la naissance du bébé. C’est aussi l’occasion d’aborder toutes ces différences culturelles et normes sociales françaises qui étonnent, voire déstabilisent nos amis japonais et vice-versa.

Avis principal par Aela

À nos amours est le nouveau titre Kana dans sa collection Made in et ce fut, pour moi, une excellente découverte et lecture.

« Bonjour ! Je m’appelle Jean-Paul Nishi. Je suis auteur de mangas. »
Dès la première page, le ton est donné… A nos amours est un manga autobiographique et le mangaka est l’élément central autour duquel gravitent Karen, sa femme française, leur petit garçon, la famille française et japonaise et tous leurs amis.

Et dès les premières pages, l’auteur aborde une différence culturelle qu’il a pu observer lors de son premier séjour en France… A savoir, le baiser… Le mangaka plonge directement dans le grand bain avec ce choc culturel, puisque les japonais ne s’embrassent pas en public. A base de petits schémas et d’exemple, le mangaka nous explique tout et c’est très drôle.

Désabusé par le célibat et par une carrière au point mort, Nishi fait LA rencontre de sa vie. Karen est une journaliste française qui s’est installée au Japon, complètement geek de technologie apprenant le japonais toute seule en galérant un peu. Bref, deux personnes que tout oppose et qui pourtant se trouvent.

Mariage, grossesse et bébé… Tout s’est rapidement enchaîné dans la vie de Nishi et il nous raconte son quotidien de jeune papa à travers des petits chapitres très drôles et le lecteur découvre toutes les petites différences qu’il peut exister entre la France et le Japon en matière d’enfants, comme le difficile et cornélien choix du prénom, et d’éducation. Le manga aborde aussi l’aspect sociétal des pères au foyer, Nishi s’occupe du bébé pendant que Karen travaille. Les chapitres se déroulant en France ne sont pas en reste… La légendaire amabilité des cafetiers parisiens en prend pour son grade… Mais pour moi, ce qui m’a le plus marqué dans ma lecture c’est ce graphique pour savoir quand on doit ou ne doit pas faire la bise, ce graphique est une petite pépite et c’est tellement ça.

J’ai particulièrement apprécié le style old school du dessin qui donne de la fraicheur et du peps au récit. C’est un style qui peut en rebuter certains, mais il ne faut pas s’arrêter à ça car c’est un manga drôle, bourré de petites anecdotes qui dépeint les différentes mœurs des français et des japonais.

J’avoue avoir un petit faible pour les titres qui traitent de la différence culturelle entre français et japonais, du coup, je ne pouvais pas passer à côté d’À nos amours.

Fiche réalisée grâce au service de Kana.

  • Scénario
  • Dessin
4.8

En conclusion

Coup de cœur pour les péripéties de Nishi, Karen et de leur fils.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)