Alice in Mechaland

Alice in Mechaland


Résumé :

Des années après avoir vécu toutes les aventures bien connues face à la Reine de Cœur, et essayant tant bien que mal d’oublier, le Lapin Blanc débarque chez Alice. Il annonce à Alice que le Pays des Merveilles est en danger. Le danger en question est l’arrivée de Robots pilotés par des humains qui sèment la destruction sur leur passage…
Source : Manga Sanctuary

Avis principal par Beldaran

L’univers qui accueille les aventures d’Alice au Pays des Merveilles, imaginé par Lewis Carroll, a déjà inspiré de multiples mangakas. Avec ce one-shot, c’est un auteur taïwanais, Hambuck, qui s’attaque au personnage d’Alice.

Le récit débute quelques années après le retour d’Alice du pays des merveilles. Cette dernière n’aspire qu’à oublier son passage au pays des merveilles et c’est sur cette pensée que déboule le lapin blanc qui lui annonce que son territoire est attaqué par une armée de robots. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’histoire commence très vite, trop vote peut-être. L’intrigue principale est donc lancée et nous dévoile le fonctionnement de l’univers, notamment avec l’utilisation de la montre à gousset que j’ai vraiment trouvé intéressant. La narration est particulièrement dynamique grâce aux multiples scènes d’action. Les combats se révèlent variés et bien construits, même s’ils éclipsent, malheureusement, la trame du récit.
Malgré tout, on sent que le récit en a sous le pied, avec cette histoire de robots qui introduit un personnage qui provient d’une autre histoire, tirée d’un roman pour enfants qui a lui aussi, connu de nombreuses adaptations. Je ne vous en dis pas plus afin de vous laisser la surprise. L’humour est très présent et correspond parfaitement au ton léger du récit malgré les combats. Les sous-intrigues que soulève le récit, comme le mystère autour des montres à gousset ou autour du personnage d’Alice s’annoncent pleines de promesses. Hélas, c’est là que cela coince car il s’agit d’un one shot. L’auteur révèle dans une interview qu’il a dû abréger son histoire alors même si le final apporte quelques éléments de réponses, j’ai été frustrée que cela se termine de la sorte.

En ce qui concerne les personnages, peu sont développés. J’en ai retenu trois. Alice apparaît comme une jeune fille au caractère bien trempé. J’ai apprécié sa répartie et sa volonté. Ensuite, vient le lapin blanc qui se révèle ingénieux et dont le passé est surprenant. Le dernier est celui qu’on aperçoit le moins, le Chapelier Fou. Il apporte un côté délirant à l’histoire et comme son nom l’indique est totalement barré. Les autres ne sont pas développés, pas même la « grande méchante » qui aurait mérité qu’on s’y attarde plus dessus.

Les graphismes sont agréables et intéressants. Les expressions des personnages sont bien rendues, notamment les différentes mimiques d’Alice ou du Chapelier Fou. Le design des robots est très sympa.

  • Scénario
  • Dessin
2.8

En conclusion

Alice in Mechaland s’inscrit parfaitement dans le monde décalé d’Alice au Pays des Merveilles. L’univers et l’intrigue révèlent leur richesse au fil des pages mais le format ne leur rend pas justice. Malgré la non-fin du récit, j’ai passé un bon moment de lecture.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)