Angélique

Angélique


Résumé :

1646. Le château du baron de Sancé est menacé de ruine. Angélique, sa seconde fille, mène une existence à demi sauvage dans les bois et marais du Poitou. L’enfance heureuse d’une petite fée, malgré la misère qui guette, les brigands, la Fronde et ses troubles… Quand son père la fait sortir du couvent de Poitiers, Angélique découvre qu’elle est promise au richissime et inquiétant comte de Peyrac, que l’on dit boiteux et balafré. Pour sauver sa famille de la misère, quel autre choix lui reste-t-il ? Et si le complot ourdi contre le roi, dont elle a été témoin, avait déjà scellé son destin ?
Source : Casterman

Avis principal par Heyden

Angélique Marquise des Anges, un titre que beaucoup d’entre nous connaissent grâce aux nombreuses adaptations cinématographiques qu’a connu la saga d’Anne et Serge Golon. Mais les éditions Casterman proposent un nouveau format puisque c’est à travers une version « manga » (Global-Manga) que l’on peut découvrir le parcours de cette héroïne.

Ce premier tome est une vaste introduction. Si on sent les prémices d’une intrigue plus aboutie par la suite, on reste dans quelque chose d’assez sommaire. On découvre dans un premier temps la toute jeune Angélique Sancé de Monteloup. Bien que venant d’une famille noble, elle vit dans un milieu désargenté. C’est ainsi qu’elle évolue en compagnie des histoires terrifiantes de sa nourrice, de « petites gens » (si je peux les qualifier ainsi) ou de son insupportable cousin dont elle ne tolère l’arrogance. On sent bien que ce cadre un brin bucolique permet de dépeindre le quotidien de l’héroïne qui, derrière les insouciances, découvre également des choses peu reluisantes comme les pillages, le dur labeur à la campagne ou encore les guerres de religions qui s’immergent tout doucement.

Il reste que ce premier opus présente une héroïne encore bien immature mais cela est lié à son jeune âge. Néanmoins, on arrive facilement à percevoir que sa vision va changer et que son innocence également. La description des conflits animant la France comme les nombreux mariages qui sont annoncés, sont autant d’éléments pour qu’Angélique grandisse et entre de plain-pied dans le monde adulte. Mais c’est surtout son évolution en tant que femme qu’il faudra suivre. Bien qu’elle soit encore très jeune, on arrive déjà à percevoir une perte d’innocence au fur et à mesure des pages. Ce qui s’est avéré plutôt intéressant, c’est que celle-ci s’accompagne d’un récit un peu plus chargé également. C’est quelque chose qui m’a plu parce que finalement, loin de tomber dans la caricature, on découvre un portrait plus nuancé dans une époque bien trouble dont on n’a pas encore tous les tenants et aboutissants.

Concernant Angélique, elle s’avère bien dynamique. Avec son côté « tête brûlée », on a souvent l’impression qu’elle agit avant de réfléchir. Mais on appréciera le fait qu’on cherche à montrer une légère évolution dans son comportement. On se doute également qu’elle va faire évoluer bien des choses quand ce ne sera pas de faire tourner les têtes car malgré son jeune âge, elle est déjà l’objet de convoitises. Pour autant, le titre paraît prendre le parti-pris de rester plus proche de la saga littéraire, ce qui me paraît plein de bon sens.

Pour autant, je n’ai pas totalement adhéré à tout. Il y a des moments que j’ai trouvés très flottants par exemple. Des pages sans textes où on nous donne l’impression qu’on doit tout deviner alors que l’ensemble n’est pas totalement clair. Par ailleurs, les discours peuvent paraître bien bavards parfois pour peu de choses. Et on aura également la sensation que des éléments sont vite passés sous silence. On voit quelque peu les limites du manga qui s’il permet une exécution plus synthétique (d’une certaine façon) ne permet pas fondamentalement de tout passer en revue. Par ailleurs, je n’ai pas toujours été convaincue par les codes employés. Cela manque de subtilité. Chose qui se perçoit même dans les traits des personnages avec des tentatives de dessins SD un peu maladroites ou qui se dissolvent encore de manière peu astucieuse quand ils sont en proie aux émotions. Néanmoins, les décors restent assez agréables globalement et on finit par s’accoutumer aux dessins.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Casterman.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Ce début possède quelques maladresses bien qu’il amorce des choses plutôt intéressantes du point de vue de l’intrigue. Le fait que les auteurs s’attachent au récit original laisse à penser qu’on ne sera pas seulement dans la bluette romantique. Il faut voir si la suite arrivera à être plus aboutie.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)