Après la pluie

Après la pluie


Résumé :

Akira Tachibana, 18 ans, est en classe de première au lycée. Après les cours, elle travaille dans un restaurant familial géré par Masami Kondô, 45 ans. La jeune fille, plutôt introvertie, est secrètement très attirée par son patron. Alors qu’Akira s’apprête à peine à sortir de l’adolescence, Kondô, lui, est déjà à la moitié de sa vie. Une histoire d’amour à suivre de près…

Avis principal par Aela

Après la pluie est le nouveau seinen des éditions Kana, manga remarqué et plébiscité au Japon, il débarque enfin en France et espérons qu’il soit également plébiscité chez nous parce que j’ai vraiment été séduite par ce titre.

Jun Mayuzuki, dont c’est la première œuvre, livre un titre tranche de vie tout en délicatesse et tout en douceur. Et pourtant le thème abordé est particulièrement subversif. Pas facile de mettre en page une lycéenne de 17 ans amoureuse d’un homme de 28 ans son aîné. Pas facile de ne pas tomber dans la caricature ou dans quelque chose de glauque. Bref, un thème bien casse gueule et c’est avec talent que Jun Mayuzuki le traite dans ce premier tome.

Akira est une donc une lycéenne de 17 ans, sportive, elle a dû arrêter l’athlétisme suite à un accident… Elle commence alors à travailler dans un restaurant où elle rencontre Kondo, le gérant, il n’est pas vraiment fascinant, pas vraiment séduisant… Il a 45 ans, il est divorcé et a un enfant… C’est juste un homme ordinaire avec une vie ordinaire et des préoccupations ordinaires mais Akira est fasciné par cet homme au point d’en tomber amoureuse.

Akira, quant à elle, est en décalage total par rapport aux jeunes de son âge. Elle ne semble pas vraiment intégrée dans son lycée. Pour ses camarades, elle semble froide et distante… Mais, Akira est une passionnée et elle peut être d’une très grande délicatesse quand il le faut. Akira est une adolescente amoureuse qui aimerait être une adulte.

Le mangaka déroule son histoire de manière très mélancolique… C’est lent mais ici, ce n’est pas un défaut, bien au contraire, cela apporte du poids à l’histoire. Les scènes sans dialogues font toujours mouche grâce un jeu de regard des plus habiles *Ce regard d’Akira* De même, Kondo qui n’est pas insensible aux charmes de l’adolescente s’imagine lui-même adolescent et possible prétendant, un moyen pour lui de mettre de la distance entre eux et de seulement fantasmer cette relation.

Pour le moment, les autres personnages sont en retrait et servent plus de faire valoir qu’autre chose. J’espère que les personnages secondaires et leurs interactions entre Akira et Kondo seront développés dans les tomes à venir.

Du côté des dessins, j’ai apprécié le coup de crayon de Jun Mayuzuki… Il se dégage une certaine mélancolie de ces planches qui donnent vraiment du poids à l’histoire. J’ai vraiment été séduite de ce côté-là.

Fiche réalisée grâce au service presse de Kana.

  • Scénario
  • Dessin
4.8

En conclusion

Une histoire délicate et mélancolique. Coup de cœur !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)