Area D

Area D


Résumé :

Il y a 12 ans, une étoile a explosé, depuis des humains ont développé des pouvoirs spéciaux. Certains sont capables de modifier leur apparence, d’autres ont une force hors du commun ! Considérés comme dangereux pour la société, ces mutants ou Altered sont arrêtés puis envoyés dans un lieu gardé secret, l’île D, ou Area D, dont nul n’est jamais revenu ! Sur le bateau-prison qui les mène sur cette île, des alliances se créent entre mutants qui jaugent leurs pouvoirs respectifs. Mais que cache cette île mystérieuse ? Quelles règles s’y appliquent ? Commence un combat pour la survie dans un univers sans pitié où les règles du jeu sont totalement bouleversées ! Source : Pika

Avis principal par ladybird3000

Visuel Area DArea D est une série composée en deux parties. La première compte 11 volumes et permet de découvrir toute l’étendue du talent du scénariste et du dessinateur. Malheureusement, les auteurs ont dû précipiter la conclusion de la série, ce qui fait que la seconde partie ne compte que 3 volumes et est assez décevante. C’est dommage car la série est vraiment excellente et bien menée. Mais ainsi, la série a tout de même pu avoir un conclusion qui est précipitée certes, mais qui permet tout de même de terminer cette histoire.

Dans cet univers, l’explosion d’une étoile a provoqué le développement de pouvoirs spéciaux chez certains humains, leur permettant de changer d’apparence ou de maîtriser les éléments par exemple. Appelés altered, ces humains aux pouvoirs spéciaux sont considérés comme hautement dangereux par la société. Dès que l’un d’eux est découvert, il est arrêté et envoyé sur l’île D, aussi appelée Area D, une île dont la position géographique est gardée secrète et d’où aucun mutant n’est jamais revenu. Satoru se retrouve envoyé sur cette île avec un groupe de détenus. Mais rapidement il va comprendre que la loi du plus fort règne.

Visuel Area DL’histoire débute donc avec Satoru, un jeune garçon qui ne maîtrise pas encore son pouvoir. Il est peureux et assez naïf. Le personnage qui serait rapidement écrasé par les plus forts. Mais là où les auteurs surprennent, c’est que Satoru ne va pas vraiment être le personnage principal. En effet, sur le bateau il va faire des rencontres et ce sont ces personnages que nous allons suivre. Il va en particuliers compter sur Jin, un altered de rang S, rang le plus dangereux qui soit. C’est en fait Jin qui sera le personnage principal et autour duquel l’histoire va rapidement tourner.

C’est assez sympathique de découvrir tous ces personnages et leurs pouvoirs, que ce soit les ennemis ou les alliés. Les règles sur l’île vont rapidement paraître difficiles, entre les différents clans et les militaires qui veillent au grain. Certains personnages sont complètement barrés voire dérangés, d’autres sont si humains qu’on ne comprend pas comment on a pu les lâcher là. Il y a de tout, même des enfants. J’ai beaucoup aimé la plupart des personnages, surtout qu’ils sont assez bien développés et qu’on comprend comment ils ont atterri ici. Le scénario ne laisse pas de répit et tout s’enchaine assez rapidement, avec des combats très bien réalisés et dynamiques.

Visuel Area DLe problème, c’est qu’après 11 superbes volumes d’histoire haletante, les auteurs ont pris un virage à 180°. La seconde partie enchaîne avec de nouveaux personnages qui sont envoyés sur l’île. Le problème c’est qu’on a du mal à accrocher, que ce soit à ces personnages ou à la direction que prend l’histoire. En effet, ces nouveaux personnages ont un but et un ennemi, mais il est compliqué pour le lecteur de considérer cela étant donné qu’on connaît le personnage « ennemi » et qu’on sait qu’il n’a rien d’un « méchant ». Comme cette partie ne dure que 3 volumes, tout est rapidement expédié et la conclusion est un peu décevante puisque le combat final n’a pas vraiment lieu. Bref, on attendait un combat digne de ceux qu’on avait déjà eu et on ne l’a pas vraiment. En soi, la conclusion est tout de même satisfaisante, mais elle aurait pu être beaucoup mieux.

Les dessins sont magnifiques. Les personnages sont très bien faits. Les décors et les pouvoirs sont joliment représentés. Le trait est fin et précis. Les combats déchirent. Bref, au niveau du dessin, vraiment rien à redire, tout est parfait. De plus, les volumes contiennent de belles illustrations couleurs.

Crédits images : AREA D INORYOIKI © 2012 / Kyôichi NANATSUKI, Kyung-Il YANG / Shôgakukan

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Les 11 premiers volumes sont géniaux, avec un scénario bien ficelé et des combats superbes. Malheureusement les 3 derniers volumes cassent le rythme et déçoivent.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)