Billy Bat

Billy Bat


Résumé :

En 1949, Kevin Yamagata, dessinateur américano-japonais, connaît un succès formidable avec son comics Billy Bat qui met en scène les histoires d’un détective chauve-souris dans diverses aventures. Lorsqu’il apprend qu’un personnage identique au sien apparaît dans un manga japonais, il décide de se rendre à Tokyo pour rencontrer le dessinateur. Une fois sur place, il est rapidement happé dans une spirale d’événements étranges qui le ramènent invariablement au dessin de la chauve-souris et à ses origines mystérieuses ! Source : Pika

Avis principal par ladybird3000

Encore une série de Naoki Urasawa que j’ai pris du plaisir à lire. Le scénario est à la hauteur de nos attentes, apportant du suspens et des éléments qui viennent s’imbriquer au fur et à mesure. De plus, le mangaka s’appuie sur des faits historiques, ce qui donne encore plus de réalisme à son histoire. Nous allons donc suivre différents personnages de 1949 à nos jours.

L’histoire commence avec Kevin Yamagata, un dessinateur de BD américano-japonais. Le personnage qu’il dessine est une chauve-souris nommée Billy Bat. Un jour, on lui apprend que son personnage n’est pas inédit et qu’un dessinateur japonais en est à l’origine. Kevin qui a été élevé dans le respect de la propriété d’autrui ne peut pas continuer à dessiner son personnage sans avoir d’abord retrouvé la personne lui ayant réellement donné naissance. Il part donc pour le Japon à la recherche de cette fameuse BD. Mais son périple va rapidement être semé d’embûches et cette chauve-souris ne semble pas être si anodine, ni même juste un personnage de BD.

En fait, le premier volume commence par tout un chapitre couleur de la BD Billy Bat. Cette entrée en matière est très originale et peut au début étonner. Mais la chauve-souris Billy Bat va être un personnage récurrent de l’histoire, donc le fait de voir parfois des bouts de la BD est intéressant et sert à l’intrigue. Ce procédé est néanmoins très étonnant et je ne pense pas avoir vu ça dans un autre manga. Je me dis même qu’avec un autre mangaka, cela n’aurait d’ailleurs peut-être pas été accepté par les maisons d’édition et par le lectorat. Surtout que c’est ainsi que commence l’histoire.

Encore une fois, le mangaka ne se contente pas de nous faire suivre uniquement Kevin, puisque parfois le personnage principal va changer. Nous traversons les âges, donc Kevin ne peut pas rester le personnage central autant de temps. De plus, le mangaka nous montre également parfois des personnages évoluant à l’époque Edo au Japon ou encore à Jérusalem à une époque encore plus lointaine. Mais Billy Bat est toujours au centre de l’histoire. Donc finalement, on pourrait dire que le personnage principal est en fait Billy. Nous ne savons rien sur cette chauve-souris et tout au long de l’histoire, elle va pourtant orienter le récit et influencer les personnages.

Comme avec d’autres séries d’Urasawa, Billy Bat est une histoire un peu longue dont certains auraient préféré qu’elle se termine avant. Personnellement, j’ai quand même bien aimé la lire jusqu’au bout, car le mangaka a vraiment un don pour mettre en place son scénario et nous montrer ses personnages interagir les uns avec les autres. De plus, le fait que ce soit basé sur des faits historiques marquants m’a vraiment plu, même si parfois on voit les personnages lutter alors que nous savons comment cela va finir car ce sont des faits déjà vécus pour nous lecteurs.

La fin de l’histoire est tout de même un peu décevante et c’est déjà ce que j’avais ressenti avec Monster : on se dit finalement « tout ça pour ça ». C’est surtout le fait que le mangaka ne donne pas une explication assez convaincante quant au personnage de Billy Bat. Billy est ce qui a orienté les personnages tout au long de l’histoire et c’est le plus grand mystère de la série finalement. Or, j’ai trouvé que le mangaka n’arrivait pas à nous donner une explication du personnage assez satisfaisante. Mais d’un autre côté, cette conclusion est également intéressante avec son dernier chapitre. Tout au long de l’histoire, le mangaka nous dépeint l’humanité dans toute sa noirceur, en nous montrant souvent des personnages corrompus ou avides de pouvoir et de richesse. D’autres personnages permettent de montrer un peu plus d’espoir et de faire briller cette humanité corrompue. Le message final du mangaka est quand même très beau en soi, donc même si cette conclusion m’a déçue au niveau de Billy, elle m’a quand même assez plu. Le mangaka a finalement raconté l’histoire de l’humanité, en y ajoutant un peu de fantastique avec Billy, en montrant que tout semble écrit d’avance, mais qu’il y a toujours un espoir, aussi infime soit-il.

Du côté des dessins, on retrouve le trait de Naoki Urasawa. Un style très réaliste, qui est d’ailleurs parfait pour ce genre d’histoire où interviennent des personnages réels. Ce trait réaliste avec l’apport d’éléments historiques permet au lecteur de se sentir proche du récit et des personnages. J’aime de plus en plus le style du mangaka et ses scénarios sont toujours si travaillés et intéressants, que le final parfois un peu décevant peut en être oublié. En fait, le mangaka nous attire tellement dans l’histoire, qu’on en ressort déçu au final, attendant toujours une fin grandiose, à la hauteur d’une intrigue qui met la barre haute.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Une série que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, malgré une fin mitigée. Le mangaka fait passer un message d’espoir à travers son œuvre, tout en dépeignant l’humanité à travers les âges.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)