Choubi

Choubi


Résumé :

Hirase est écrivain de romans. Lorsqu’il apprend que son responsable éditorial, dont il est amoureux, va bientôt se marier, il trouve du réconfort dans les bras de Choubi, qui ressemble à l’homme qu’il aime. Hirase arrivera-t-il à finalement oublier son éditeur pour répondre aux sentiments de Choubi ? Un recueil de petites histoires pleines de délicatesse et d’humour, par Hajime Tojitsuki. Source : Boy’s Love – IDP

Avis principal par ladybird3000

Ce one-shot m’avait surtout attiré grâce à sa couverture et finalement j’en ai plutôt apprécié la lecture. Dans celui-ci, nous avons quatre histoires différentes, dont la dernière est un peu plus longue avec trois chapitres.

La première histoire, Chôbi, donne son titre au one-shot. Dans celle-ci, nous découvrons Hirase, un écrivain qui est amoureux de son responsable éditorial Yoshiie. Mais celui-ci va bientôt se marier et Hirase va donc se consoler avec Chôbi. J’ai bien aimé cette histoire car elle était un peu emprunte de mélancolie. C’est une histoire qui fait jouer le surnaturel et le fantastique et j’ai trouvé qu’elle était sympathique à lire.

Ensuite, Rosaire raconte l’histoire d’Hiroki et Raika, deux amis d’enfance. Hiroki est quelqu’un de studieux, son père est pasteur et il passe son temps dans son église, à faire ses devoirs au calme. Quant à Raika, ce n’est pas qu’il est moins studieux, mais son environnement familial fait qu’il commence à avoir de mauvaises fréquentations et qu’il s’éloigne peu à peu d’Hiroki. Les deux jeunes hommes s’éloignent, mais un lien persiste quand même. J’ai bien aimé cette histoire aussi. Même si elle est courte, on ressent le temps qui passe et qui change les personnages, tandis que les sentiments eux restent inchangés. J’ai trouvé l’histoire douce et belle.

La troisième histoire, Atelier, nous parle de peinture. Seigo Soya est professeur dans une université ayant un cours d’art. L’un des élèves, Komazawa, a un don particulier pour la peinture. Les deux hommes n’ont a priori rien en commun, mais un lien va finir par les unir, au travers d’une connaissance commune, qui a changé leur vie. Une histoire encore une fois courte, qui raconte un bout de la vie de Soya et la passion de Komazawa. Même si ce n’est pas très développé, on ressent encore une ambiance chaleureuse et attirante.

La dernière histoire, The day was not fine, est donc la plus longue, avec trois chapitres. Celle-ci se passe à l’université où un certain Shishikura lance des sortes de cache-cache, où la personne qui arrivera à l’attraper aura droit à ses notes de cours. Toeda Tomohiro tombe par hasard sur ce garçon, qu’il trouve immédiatement très beau. A force de penser à lui, il finit par comprendre qu’il a toujours été attiré par les garçons. Les deux jeunes hommes vont commencer à se lier d’amitié, mais Toeda veut essayer d’aller plus loin. Mais comment faire pour ne pas brusquer Shishikura qui lui n’a peut être pas d’attirance pour les hommes? Cette histoire également était sympathique à suivre. La progression est bien faite et les personnages sont sympathiques à suivre.

Ce que j’ai bien aimé dans ce one-shot, c’est surtout l’ambiance qui s’en dégageait. Tout est très doux, presque mélancolique. On s’attache à un instant de la vie des personnages et on apprend à les connaître un peu. De plus, à part dans la première histoire, il n’y a pas de scènes érotiques. Et quand il y en a, elles sont plutôt soft je dirais. Bref, un titre dans l’ambiance m’a bien plu.

Les dessins sont très fins, peu détaillés, mais très jolis à regarder. J’ai trouvé que cela allait très bien avec ce titre et cette ambiance.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

Une one-shot qui m’a bien plu.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)