Fullmetal Knights Chevalion

Fullmetal Knights Chevalion


Résumé :

« Fullmetal Knights Chevalion ». C’est sous ce nom que sont connus les cinq valeureux héros qui ont sauvé l’Humanité d’une disparition certaine. Après avoir éradiqué pour de bon les Death Universe, extra-terrestres venus conquérir la planète Terre, les différents membres de ce groupe de justiciers sont retournés à une vie normale. Tous, sauf Red qui, depuis la fin du grand combat, n’arrive pas à se réintégrer socialement !!! Chômeur et presque SDF, il tente – tant bien que mal – d’aider la police à faire régner… l’ordre et la justice ?! À moins qu’en réalité, il ne se contente de troubler, bien malgré lui, l’ordre public… La belle Sakura, ex-Chevalion Rose, et secrètement amoureuse de son ancien collègue, le prend alors en pitié et décide de l’aider. Mais une question subsiste : depuis la fin de l’ultime combat, pourquoi Red n’a-t-il toujours pas retiré son armure ?!
Source : Akata

Avis principal par ladybird3000

Cette série fait partie de la collection WTF?! des éditions Akata. Loin du gore et du trash, elle se veut plutôt comique, à l’instar de Desperate Housecat & co., mais cette fois dans le style sentaï. Les éditions Akata avaient d’ailleurs annoncé la série en utilisant des jaquettes parodiant les livres jeunesse Martine, ce qui avait fait le buzz. Ces jaquettes étaient d’ailleurs offertes à JE pour l’achat des volumes.

Les Fullmetal Knights Chevalion sont un groupe de cinq héros ayant sauvé la Terre des Death Universe, un groupe d’extraterrestres venus la conquérir. Après leur victoire, chacun est retourné à une vie ordinaire, sauf Retto, qui n’est autre que Red le chef des Chevalion. Incapable de retirer son armure, il tente tant bien que mal d’aider la population mais cause toujours plus de chaos qu’autre chose. Considéré comme une gêne par la police et étant la risée des enfants, Retto vit de petits boulots. Mais ses anciens camarades ne vont pas le laisser ainsi et vont tenter de lui venir en aide.

J’ai déjà lu les deux premiers volumes et j’ai beaucoup aimé cette histoire. Elle se veut humoristique mais pas uniquement. On y aborde la réinsertion professionnelle et personnelle. Après leur victoire, Yellow, Blue, Green et Pink sont retournés à une vie ordinaire. Red quant à lui ne peut pas quitter son armure et ne peut donc pas vraiment retrouver une vie normale. Les personnages doivent aussi accepter ce qu’ils sont à présent, car sans leurs pouvoirs, ils sont des citoyens normaux. Il est difficile de retourner à une vie futile alors qu’il y a quelque temps on était un héros. Retto va rapidement retrouver ses anciens camarades. Tout d’abord, il y a Sakura qui n’a jamais vraiment coupé ses contacts avec lui. On sent qu’elle a des sentiments pour lui, mais fait toujours tout pour que personne ne s’en aperçoive, ce qui donne exactement le contraire. Elle est là pour aider Retto, car cela la chagrine de le voir dans cette situation. Il y a également Sôta, qui lui est plus imbu de sa personne. C’est un peu le rival de Retto, même s’ils sont dans la même « équipe ». On sent une certaine jalousie envers Retto, car celui-ci a pu conserver son armure. Il y a ensuite Kiri, une jeune fille toujours très dynamique, je pense que c’est la seule qui a réussi à se reconvertir vraiment. Enfin, Tokiwa est le plus jeune et est très admiratif de Retto. Celui-ci apparaît dans le second volume. L’auteure joue ainsi sur un running-gag concernant son absence. Les personnalités sont fortes et bien travaillées.

Le côté comique est bien présent, surtout avec Retto qui ne peut pas quitter son armure. Il est un brin idiot et désinvolte, écoutant souvent à moitié. Mais la raison de son attitude et le fait qu’il soit bloqué ainsi pourrait se révéler plus sérieuse que cela, et c’est ce que l’on découvre dans le second volume. Sous ses airs de héros un peu débile, Retto a tout du vrai héros, voulant protéger la population et également ses précieux amis. On navigue donc entre humour et sérieux, sans jamais virer trop d’un côté. Tout est parfaitement dosé et on ne s’ennuie pas. La présence du mentor et de son compagnon étrange, Metroia, rajoute une dose de mystère. La série est vraiment basée sur les sentaï japonais et l’auteure en joue.

Tout l’histoire se situe après la victoire de nos héros contre les Death Universe. Mais à la fin du second volume, nous découvrons comment tout cela a commencé et c’est plutôt intéressant. L’idée de raconter une histoire sur des héros après qu’il n’y ait plus d’ennemis à combattre est vraiment intéressante et la façon dont celle-ci est traitée l’est encore plus. Avez-vous déjà vu un héros qui cherche à se débarrasser de ses super-pouvoirs et qui est ennuyé car ceux-ci ne font qu’augmenter?

Les dessins sont très réussis et plein de détails. Le style graphique de l’auteure se prête bien à l’histoire. L’édition est plus que correcte, avec des textes fluides, dont l’humour est parfaitement compréhensible.

Tome 3 par ladybird3000

Couverture Chevalion T3

Dans ce volume, Retto a perdu sa force mais doit toujours supporter le poid de son armure. De ce fait, il est tout raplapla et fait son possible pour retrouver des forces. J'ai trouvé cela assez drôle encore une fois, car il se voit maintenant confronté à une faiblesse dont il n'a pas l'habitude. A contrario des deux premiers volumes où il avait une force sans limite qu'il ne contrôlait pas, maintenant il se retrouve à ne plus pouvoir rien faire.

J'ai donc bien aimé découvrir cette seconde facette et voir Retto se démener pour essayer de redevenir digne d'être un Chevalion. La partie où on le voit sur son "destrier" est vraiment drôle aussi. Retto arrive toujours à nous surprendre.

En conclusion, un volume toujours aussi sympathique qui fait passer un bon moment.

Tome 4 par ladybird3000

Couverture Chevalion T4

Voici le quatrième et dernier volume de la série. Retto sera passé par tous les états et le voici maintenant devenu un géant. Nous avons droit à un "combat" hilarant pour ce final, puisque l'un des robots des Death Universe s'est mis à bouger. Mais ce combat est très atypique avec Retto qui n'a pas retrouvé toute sa force et ses amis qui se retrouvent piégés dans le robot. Vu de l'extérieur, cela donne encore une scène drôle et complètement saugrenue.

J'ai bien apprécié le final de cette série. Finalement, on attendait que Retto retrouve une apparence normale et j'ai beaucoup aimé comment cela se termine. Les personnages restent fidèles à eux-mêmes et c'est tant mieux. La mangaka s'est amusée des codes du sentaï tout au long de la série, mais en y ajoutant une petite touche sérieuse qui fait qu'on s'attache aux personnages. Les liens entre les Chevalion sont mis en avant ainsi que le lien qui s'est fait entre Retto et la population de la ville. On voit que même si personne ne semble le prendre au sérieux, finalement les gens savent qu'ils peuvent compter sur lui.

En conclusion, une série qui a su remplir son rôle humoristique avec une part de sérieux tout de même. On quitte les personnages avec sympathie et le sourire aux lèvres.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Une série de sentaï comme vous n’en avez jamais lue, bourrée d’humour et avec un héros plus vrai que nature.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)