I Dream of Love

I Dream of Love


Résumé :

Chikagé Déguchi, 31 ans, célibataire, regrette la vie tout juste passable qu’elle a toujours menée. Un jour tout bascule : grâce à l »Idream » que lui a remis Tokita, un ancien camarade de classe, elle se retrouve à nouveau dans la peau de es 15 ans ! Elle se fait d’ailleurs très vite repérer pour devenir modèle. La vie va-t-elle enfin sourire à cette nouvelle Cendrillon ?
Source : Tonkam

Avis principal par Maccha

Mangaka connue pour ses nombreux shôjos, Arina Tanemura nous propose cette fois-ci sa première série josei avec une histoire de magie pour faire rêver les adultes. C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’ai attendu ce titre. Cela fait plaisir de voir l’auteure tenter un autre style même s’il faut dire que ce changement n’est pas encore très notable. J’ai eu l’impression de lire un shôjo de Tanemura habituel, ce qui n’est pas une mauvaise chose mais j’espère voir un côté plus mature par la suite.

I Dream of Love raconte l’histoire de Chikagé, 31 ans, célibataire. A 15 ans, c’était une jeune fille pleine d’avenir qui a reçu plusieurs déclarations d’amour, notamment de Haru, le garçon qu’elle aimait mais à qui elle n’a pas pu répondre. Aujourd’hui elle a une vie monotone et n’a jamais eu de copains depuis tout ce temps. Suite à une réunion d’anciens élèves, elle se rend compte que sa vie n’est pas ce qu’elle voulait et alors qu’elle est au bord du désespoir, Tokita, un ancien camarade de classe, lui offre une chance de revivre ses 15 ans. Elle se retrouve rapidement dans le monde des jeunes idols au côté de Hibiki, une idol nationale dans un boys band à succès auprès des adolescents.

J’ai trouvé le premier tome bien plaisant à lire. Je dois dire que j’aurais aimer voir une femme plus adulte en Chikagé, même si j’arrive un peu à m’identifier à elle sur certains aspects. En effet, malgré son âge, dans sa tête on dirait qu’elle soit restée une adolescente. Le fait qu’elle n’a pas eu de copains jusque-là peut être une raison mais j’aurais aimé voir une héroïne plus forte et épanouie comme Sumi de 2nd Love – Once upon a lie par exemple. La fragilité de l’héroïne facilite certainement sa volonté de retourner dans sa jeunesse. Ce n’est pas sa fragilité qui me dérange mais plus sa naïveté et son manque de maturité.

Quant aux autres personnages, bien qu’ils ne soient pas très originaux, ils sont sympathiques. J’aime bien notamment Tokita, qui visiblement avait des sentiments pour Chikagé au collège mais n’a jamais eu le courage de les lui dire. On ne sait pas encore si ce qu’il ressent aujourd’hui c’est juste de la nostalgie d’un ancien amour ou s’il a toujours des sentiments pour elle, mais en tout cas il a l’air bien troublé par Chikagé. De l’autre côté, on a Hibiki et je pense que ce dernier va beaucoup aider l’héroïne dans son développement personnel. Il a l’air taquin mais est gentil et plein de vie. Le fait qu’il ressemble à Haru crée aussi une occasion pour qu’elle puisse vivre des choses qu’elle n’a pas pu avec celui-ci. C’est un garçon bien doué et perfectionniste dans son travail, ce qui fait fuir parfois les gens avec qui il travaille d’ailleurs. Impressionnée par la force de ce garçon, Chikagé va s’appliquer en tant qu’Akari malgré ses maladresses.

On avait déjà vu le monde du show-biz dans Full Moon wo Sagashite de la mangaka. Ici on est plus centré sur celui des idols, un vrai phénomène au Japon. Je suis curieuse de voir comment la mangaka va gérer les deux mondes de Chikagé et où tout cela va nous amener.

Au niveau des graphismes, on reconnaît bien les traits de l’auteure avec les grands yeux et les pages bien remplies. J’ai juste trouvé parfois les cous des adultes très longs, notamment celui de Haru ou de Tokita.

Tome 2 par Maccha

I Dream of Love 2

Dans ce tome, on apprend sur les années de collège difficiles de Tokita où Chikagé et Haru furent un grand soutien. Aujourd'hui les rôles sont inversés et c'est lui qui aide Chikagé. En tant qu'Akari celle-ci doit affronter Yuko pour être produite par Hibiki et semble n'avoir aucune chance face à cette jeune fille qui prend des cours de danse et de chant depuis toute petite. Cependant elle a le soutien de Hibiki. On apprend aussi des choses sur celui-ci en faisant la connaissance de ses frères et soeurs et on comprend pourquoi il s'applique autant pour son travail. Il semble s'ouvrir de plus en plus à Akari et croit en elle. Lu aussi semble tenir à Akari et on se demande s'il a des sentiments pour elle. De l'autre côté, Haru a apparemment rompu avec sa copine et Tokita qui semble tenir beaucoup à sa copine est aussi troublé par Chikagé. Les choses semblent se compliquer quand on découvre que l'organisateur du concert où Yuko et Akari s'affrontent n'est autre que Haru...

On a donc plusieurs possibilités de romances que ce soit pour Akari ou Chikagé. Le fait que cette dernière soit qualifiée comme "perdante" par ses collègues m'a un perturbée. Après tout, c'est une femme qui travaille, qui est indépendante, même si elle n'est pas très épanouie. Cette vision m'a paru un peu bornée.

C'est intéressant de voir les deux vies de l'héroïne en parallèle qui semblent se rejoindre avec l'apparition de Haru devant Akari.

En fin de tome, on trouve un interview de la mangaka sur cette série et sur Neko to watashi no Kinyôbi (publiée en France par la suite sous le titre Lovely Fridays). Cela m'a un peu perturbé de passer dans le sens de lecture française d'un coup mais c'est un bonus sympathique.

Tome 3 par Maccha

Même si l'auteure dit dans la sous-couverture que ce tome est plus centrée sur Chikagé, on peut le diviser en deux parties. La première moitié sur Chikagé qui a enfin l'occasion de parler avec Haru. On dirait une véritable adolescente devant lui mais comme c'est son premier amour c'est compréhensible. On assiste aux retrouvailles des trois amis de collège suite à la rencontre de Haru avec Akari. On apprend les sentiments de Haru et Tokita qui a du mal à laisser Chikagé est en de plus en plus conflit avec lui-même. Alors que tout semble aller bien pour Haru et Chikagé, ce dernier fait un pas en arrière suite à l'intervention de Tokita, ce qui est frustrant. La deuxième partie est axée sur Akari. Là aussi, un triangle amoureux semble se former. Même si les sentiments de Hibiki ne sont pas encore clairs, ceux de Lu s'affirment. Je comprends la volonté de Chikagé de prendre des risques en tant qu'Akari pour changer mais je trouve que c'est égoïste de sa part de ne pas penser aux sentiments des deux jeunes garçons. A aucun moment, elle se demande la conséquence de ses actes sur eux. En tout cas, j'aime bien suivre les deux vies en parallèle et je suis curieuse de voir comment tout cela va s'arranger.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

I Dream of Love apparaît plus comme un shôjo mature qu’un josei pour l’instant. Cependant, la série est bien sympathique avec une héroïne qui a une double vie en se transformant en une jeune fille en route de devenir une idol.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)