IM – Great Priest Imhotep

IM – Great Priest Imhotep


Résumé :

Depuis qu’elle est toute petite, Hinome n’a aucun ami. À l’école, on la dit maudite… Et pour cause : chaque son qui sort de sa bouche se transforme en flamme mortelle ! Alors qu’elle rentre comme d’habitude chez elle sans avoir parlé à qui que ce soit de la journée, elle tombe sur un étrange garçon en pleine cavale dans les rues de Tokyo. Elle lui propose de l’héberger, avant de découvrir qu’elle a devant elle rien de moins qu’Imhotep, le plus grand prêtre-sorcier de l’Égypte ancienne ! Malgré ses airs d’adolescent, il cache d’immenses pouvoirs… si grands qu’il s’est attiré la colère des dieux. Considéré comme le pire criminel de tous les temps, il a été condamné à un sommeil artificiel… Mais 3 000 ans plus tard, le monde est de nouveau menacé par les Magai, des démons maléfiques, et les geôliers d’Im n’ont d’autre solution que de faire appel à lui pour régler le problème. Imhotep, qui voue une haine profonde à ces créatures, ne se fait pas prier pour les éliminer… en commençant par celle qui avait pris possession du corps de Hinome ! Réunis par le destin, Im et la jeune fille se lancent dans un combat sans pitié, avec pour le mage une chance de trouver la rédemption au bout du chemin…

Avis principal par Beldaran

En mai 2017, les éditions Ki-oon nous proposaient en sortie simultanée les deux premiers tomes de la série IM. Finalement, je leur préférai le tome 1 de Reine d’Égypte que je n’ai finalement pas apprécié. La Japan Expo aidant (l’éventail était top) et le fait que le manga soit terminé en 11 tomes, j’ai pris les deux premiers volumes que j’ai dévoré dans le train.

L’éditeur a bien joué le coup en proposant deux tomes pour le lancement du titre car la trame du premier est classique de chez classique. Il est totalement introductif, en présentant le trio, IM, l’humaine Hinome qui n’a rien demandé à personne et la mascotte, un p’tit Anubis a emporté partout avec soi. Par le biais du père, particulièrement déjanté d’Hinome, le portrait du grand prêtre légendaire qu’était Imhotep nous est dressé et dans la foulée est présenté son combat actuel contre les Magai, les faux dieux qui s’en donnent à cœur joie à notre époque en semant le désordre et le malheur. IM a de la chance, les bestioles pullulent dans le quartier.

La narration est plutôt linéaire, sans surprise et reprend les codes du shônen fantastique d’aventure. Cependant, la sauce prend. Malgré le côté prévisible du scénario et des scènes d’action un peu brouillonnent, la lecture est prenante et addictive. De plus, l’autrice nous prend à contre-pied dans le tome 2 car je m’attendais à une succession de chapitres où IM affronterait des Magai mais par le biais du culte d’Amon nous avons droit à un long flash-back. Il nous dévoile une Égypte scindée en deux, entre le pharaon et le clergé et surtout l’acte qui a conduit au scellement d’IM et à la création des Magai. De ce fait, de nombreuses réponses sont déjà apportées alors qu’elles auraient pu être distillées au compte-goutte au fil de l’histoire. Je suis maintenant très curieuse de connaître la suite et surtout de voir comment l’autrice va mener son récit. A noter, les régulières touches d’humour, de situations ou de dialogues (le K-O de boue m’a tué) qui ponctuent intelligemment le récit.

On s’attache à l’histoire grâce à ses personnages, le trio en tête. IM nous arrive tout droit de l’Egypte de -2600 et des brouettes et s’adapte plutôt rapidement à notre monde. Ce point-ci aurait pu être plus développé car seuls quelques petits détails présentent le décalage. IM est terriblement marqué par son passé et possède un côté assez insaisissable, même s’il semble redevenir celui qu’il était aux côtés d’Hinome. Cette dernière, victime d’un Magai durant 8 ans, s’ouvre à nouveau aux autres. Elle est dynamique, n’a pas sa langue dans sa poche (elle a du temps à rattraper faut dire) et super attachante. Anubis, le chiot, est incroyablement maladroit, un brin pervers et rigolo. D’autres personnages gravitent autour du groupe et je suis impatiente de découvrir Djéser.

Les dessins sont très agréables, même si le découpage reste classique et les scènes d’action pas très lisibles. Je suis vraiment fan des couvertures.

L’édition est au top avec une très chouette traduction.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

IM, malgré un côté classique, propose une entrée en matière plus que convaincante, en signant un récit captivant avec des personnages attachants.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)