Insupportable Judy !

Insupportable Judy !


Résumé :

Judy Campbell est jeune, petite et féminine, un physique qui ne colle pas vraiment à l’image qu’on a d’une paysagiste qui roule en camionnette et empile les rouleaux de gazon. Seulement, Malcolm Stewart n’est pas non plus n’importe quel client. Ce célèbre architecte de Sydney est beau, drôle et généreux, il est aisé de tomber amoureuse de lui. Cependant, Malcolm considère le mariage comme un piège, et Judy est blessée d’apprendre que l’homme qu’elle aime refuse de s’engager pour la vie. La situation semble impossible mais ce n’est pas dans la nature de Judy de se résigner. Source : izneo

Avis principal par Maccha

Spécialistes dans les romans d’amour, les éditions Harlequin nous proposent une collection qui nous permet de découvrir certains de leurs titres sous forme de manga. Destinées principalement à un lectorat féminin, ces histoires à l’eau de rose conviennent bien pour être adaptées en shôjo ou josei. La majorité des titres de cette collection sont disponibles uniquement en numérique et c’est sur izneo que j’ai découvert Insupportable Judy !, mon premier titre de la collection.

A vrai dire au niveau de l’histoire je n’avais pas beaucoup d’attente. Généralement, ce genre de romans sentimentaux ont un scénario similaire avec un homme séduisant et une belle femme qui s’aiment et se détestent, et ont souvent une fin heureuse. Ce n’est pas une critique, au contraire je pense que c’est ce qui fait le charme de ces romans et c’est aussi bien de lire de temps en temps des histoires romantiques un peu fleurs bleues. Cependant ce qui a surtout attiré mon attention sur ce titre en particulier est le nom de l’illustratrice, Yumiko Igarashi, une mangaka dont j’admire particulièrement les œuvres. J’étais assez surprise de voir son nom sur un des titres de la collection et qu’il soit passé plutôt inaperçu dans la masse du catalogue.

Il s’agit d’une adaptation d’un roman de 1986, Insupportable Judy ! (The impossible woman) d’Emma Darcy. Derrière ce pseudonyme se cache un couple d’écrivains australiens, Wendy Brennan et son mari Frank Brennan (décédé en 1995).

On suit Judy, une jeune paysagiste qui n’a pas encore eu l’occasion de montrer ses talents. Elle rencontre un jeune homme drôle et séduisant et rapidement ils ont une attirance mutuelle. Alors qu’elle semble trouver l’amour et qu’elle a enfin une occasion en or pour lancer sa carrière, elle se rend compte de la différence de leurs mondes et de leur divergence de vues sur la conception du couple et de la famille.

Dans l’ensemble la lecture est plutôt sympathique et l’œuvre répond à ce qu’on attend des romans d’amour. Le début est plutôt classique et prévisible. Une jeune fille plutôt sexy, blonde aux yeux bleus, qui rencontre un bel homme séduisant. Les choses avancent un peu trop rapidement au départ, en deux jours ils se rencontrent et se rapprochent vite. Il y a un peu de sensualité mais rien de très explicite. Puis, en découvrant qui il est vraiment, Judy se pose des questions et un espèce de jeu du chat et de la souris commence. D’un côté elle cède à ses avances, de l’autre elle le rejette. C’est un peu agaçant, même si on peut comprendre qu’elle puisse avoir du mal à lui faire confiance et qu’elle soit séduite tout de même. A part son comportement plein de contradictions, Judy est un personnage sympathique avec sa franchise et forte dans un environnement plutôt machiste. De son côté, Malcolm au départ est un personnage drôle, plein d’entrain et confiant, mais par la suite il se montre assez rustre par moments. Intimidée d’abord par son rang social, Judy se rend compte que c’est surtout leur divergence d’idées sur le mariage qui pose problème. En effet, ayant vécu dans une famille aimante, Judy ne peut imaginer vivre en couple sans se marier, alors que Mal ne croit pas au mariage, ayant grandi dans un environnement bien différent. J’ai trouvé cette partie de l’histoire assez intéressante, avec des réflexions sur la conception de l’amour, du bonheur, de la famille et du mariage pour chacun. Cependant j’ai trouvé que la conclusion était un peu trop rapide et j’aurais aimé voir plus d’arguments convaincants pour arriver à ce final.

Au niveau des dessins, on reconnait le trait et le style d’Igarashi. Ce n’est sans doute pas sa meilleure œuvre mais c’est toujours un plaisir de voir ses adaptations. Le manga fait 127 pages. Le design de la couverture est plutôt simple et je préfère les couvertures des autres titres de la collection que je trouve plus raffinées. Quelques notes explicatives auraient aussi été bienvenues, comme pour la référence à Punch et Judy, un spectacle de marionnette que je ne connaissais pas, ou concernant Daisy May, notamment pour savoir si ce personnage existe vraiment.

Fiche réalisée grâce à l’accès presse de Izneo.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Une adaptation sympathique par une grande mangaka qui répond à ce qu’on attend d’un roman d’amour et plaira à celles (ou ceux) qui cherchent une petite histoire romantique.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)