Isabella Bird

Isabella Bird


Résumé :

À la fin du XIXe siècle, le Japon s’ouvre au monde et s’occidentalise à marche forcée. Mais le pays reste un vrai mystère pour la plupart des Européens, ce qui en fait une destination de choix pour la célèbre exploratrice anglaise Isabella Bird ! Malgré son jeune âge, elle est déjà connue pour ses écrits sur les terres les plus sauvages. Isabella ne choisit jamais les chemins les plus faciles et, cette fois encore, elle étonne son entourage par son objectif incongru : Ezo, le territoire des Aïnous, une terre encore quasi inexplorée aux confins de l’archipel… Le voyage s’annonce long et difficile, mais rien n’arrête la pétillante jeune femme !
Accompagnée de son guide-interprète, le stoïque M. Ito, la jeune femme parcourt un pays en plein bouleversement. Dans ses lettres quotidiennes à sa sœur, elle narre avec sincérité et force détails la suite de chocs culturels qu’elle expérimente. Elle veut tout voir, tout essayer, quitte à endurer chaleur, fatigue, maladie ainsi que les sarcasmes de ses pairs ! Source : Ki-oon

Avis principal par Beldaran

Voici le troisième titre de la collection Kizuna des éditions Ki-oon, titre que j’attendais le plus, sur les trois annoncés en décembre 2016. J’ai totalement été charmée par le récit de cette femme exploratrice du 19e siècle.

L’histoire s’appuie sur les échanges épistolaires effectués entre Isabella et sa sœur Henrietta. Le récit proposé se veut donc réaliste et nous offre une immersion complète dans les débuts de l’ère de Meiji et l’ouverture du Japon à l’Occident. Le choc des cultures annoncé a bien lieu et c’est au travers des yeux d’Isabella Bird, anglaise de la période victorienne que nous découvrons ce Japon tout en transition et en mutations. Ainsi, c’est tout un pan des coutumes et des comportements qui nous est dévoilé par le biais d’objets ou de coiffures particulières. Le rendu est minutieux mais n’entraine pas la narration dans une sorte de documentaire sans âme grâce à un ton léger et un duo de personnages attachants.

J’ai réellement pris plaisir à suivre les premiers pas de l’exploratrice au Japon avec les longs préparatifs de son voyage et les premières étapes de son périple vers le nord de l’archipel, l’Ile d’Ezo, territoire des Aïnous. Naturellement, ce voyage qui sort des sentiers battus, choque certains de ces compatriotes. Heureusement, elle sera aidée par d’autres, plus ouverts et qui comprennent la nécessité de son entreprise. En effet, dans cette période importante pour le Japon, le rôle d’Isabella est de garder une trace écrite de certaines traditions qui disparaissent sous le couperet de la modernité.

Outre le côté historique et le cadre du récit très intéressants, si la sauce prend c’est grâce au personnage même d’Isabella qui témoigne d’une curiosité insatiable pour tout ce qu’elle voit. Malgré quelques passages d’incertitude et de peur face à une nouvelle culture, elle porte un regard bienveillant et respectueux sur ce qui l’entoure. Elle est particulièrement enthousiaste, peut-être trop mais elle entraine le lecteur dans son sillage qui veut en découvrir plus. Pour contrebalancer le caractère exubérant de l’exploratrice, il y a son interprète, le taciturne Ito Tsurukichi. Pour le moment, il reste une véritable énigme, même si on apprend qu’il a fait de multiples travaux. Il me tarde d’en apprendre plus.

Les graphismes sont de qualité, notamment en ce qui concerne les décors qui sont particulièrement détaillés et participent à renforcer le côté immersif de l’histoire. Les visages sont expressifs, même si, sur quelques planches, ils ont un rendu curieux.

Tome 2 par Beldaran

Isabella Bird T2

Isabella et Ito sont toujours au village de Nikko et planifient leur prochain itinéraire. Notre intrépide anglaise souhaite emprunter la route méconnue d’Aizu au grand dam de son interprète qui pense à son confort et sa sécurité.

On reprend la même formule que pour le premier tome avec une immersion dans un Japon reculé où même Ito ne connaît pas toutes les coutumes. Isabella découvre les bains publics mixtes dont la pratique rentre en totale contradiction avec son éducation aristocratique, anglaise stricte. Cette façon de se laver ne semble pas emballer Ito. Il la juge impudique. On sent que les mœurs occidentales qui se sont infiltrées dans les grandes villes japonaises ont modifié la perception des habitants et finalement écrasent certaines traditions.

Ce passage aux bains permet un développement des personnages et marque une légère évolution dans la relation de notre duo. Ito comprend les raisons de ce voyage fou entrepris par la Lady qui étouffée par le carcan d’une éducation trop stricte est éprise de liberté. La détermination farouche d’Isabella marque le guide, studieux, qui s’applique à poursuivre son apprentissage de la langue anglaise.

Leur voyage se poursuit au fin fond du Japon où ils traversent deux villages dévorés par la misère et les problèmes d’hygiène. Le contraste est donc frappant entre la richesse des villes qui bénéficient de l’ouverture sur l’Occident et la pauvreté nichée au cœur du pays.

Le récit est toujours aussi agréable à suivre, même si les accroches de chapitres, identiques depuis le premier, sont vraiment pénibles « Henrietta ma chère petite sœur, blabla ». Le côté immersif reste bien travaillé et le ton ne tombe jamais dans le pathos.

Les graphismes sont soignés, particulièrement détaillés et enrichissent l’histoire. Il y a des planches magnifiques et d’autres dérangeantes.

Ce volume est aussi convaincant que le premier. La lecture est vraiment plaisante.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Isabella Bird nous offre une première immersion dans le Japon de la fin du 19e siècle particulièrement convaincante. Vivement la suite du voyage !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)