Journal d’une fangirl

Journal d’une fangirl


Résumé :

Sakurako est en apparence une lycéenne japonaise on-ne-peut-plus-parfaite. Elle fréquente l’institut privé Seiotaku, réservé aux jeunes filles de la bonne société et en est une élève modèle. Sa mère, quant à elle, est une auteur de romans à l’eau-de-rose à succès. Pourtant, derrière cette apparente pureté, Sakurako cache un « terrible » secret : elle est fan invétérée de mangas boy’s love !! Mais pour ne pas ternir sa réputation, et surtout celle de sa mère, elle doit impérativement cacher sa passion pour ce genre de mangas, que de nombreuses personnes considèrent comme de la sous-littérature… Mais à force de fantasmer sur les deux beaux-gosses qu’elle croise tous les matins dans le train, Sakurako va être prise au piège : les deux adolescents la remarquent et l’obligent alors à accepter un drôle de travail… Quel est ce travail ? Qui sont ces deux adolescents ? Sakurako sera-t-elle capable de travailler (sans trop fantasmer) aux côtés de ces deux mystérieux individus ? Et évidemment, quand l’amour s’en mêle, les choses deviennent encore plus compliquées…
Source : Akata

Avis principal par Maella

Étant moi même fujoshi, tout comme l’héroïne, il m’était obligé de tester cette série qui parle de ce « type » de personnes. Je ressors de ma lecture avec un avis plutôt positif et j’espère qu’on ne va pas tomber dans le cliché par la suite.

Journal d’une fangirl se veut être une œuvre drôle et fraîche, et en tout cas, je trouve ce pari gagné. On ne cesse de rire avec les films que se fait Sakurako à propos des deux inconnus du train ainsi que les petits jeux de mots présents, comme le nom de l’héroïne qui est Fujiyoshi (qui ressemble à Fujoshi) et le nom de l’école qui se nomme St-Otaku. Cet humour ne cesse d’être accentué, surtout lorsque Sakurako découvre que les deux lycéens du train, Ritsu et Masa sont, entre autre, Meg Maria, l’auteur préféré de boy’s love de Sakurako. On peut penser que tous ces films que cette dernière se fait peuvent être redondants, mais non, car derrière, il existe une trame. En effet, au fil du tome un mystère s’épaissit autour de notre duo de mangaka concernant leur choix d’avoir choisi Sakurako en tant que cuisinière, qui ne fait qu’intriguer le lecteur. La fin du tome nous révèle les intentions de Ritsu et Masa, et nous donne envie de savoir comment va se dérouler la suite des « opérations ».

Sakurako me fait parfois penser à Rumi d’Otaku Girls. Elle est toujours en train de fantasmer sur deux garçons, même là où une histoire d’amour homosexuelle ne devrait pas avoir lieu. Au fil des chapitres, on découvre qu’elle a renoncé à l’amour pour se consacrer uniquement à sa passion, mais les évènements commencent à la faire changer d’avis. J’ai trouvé cela un peu facile malheureusement.
Quant à Ritsu et Masa, ils restent les plus mystérieux. Il semble qu’ils soient frères, même si ce n’est pas dit tout à fait clairement et que leur relation parait parfois passionnelle. Tout deux semblent cacher un sombre passé en rapport avec leur éditeur, Otsuru.

Graphiquement, j’ai plutôt été déçue. Je trouvais les couvertures très jolies, mais en ce qui concerne le chara design dans le manga, c’est tout autre chose. Les personnages masculins sont très féminisés et les yeux de certains personnages semblent disproportionnés.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Un début fort sympathique, drôle et rempli de mystères.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)