Kids on the Slope

Kids on the Slope


Résumé :

À la fin des années 60, alors que le Japon occupé fait face à de grands changements sociaux, la musique venue des États-Unis va faire naître, entre deux adolescents que tout oppose, une amitié complexe. Kaoru vient tout juste d’emménager en ville. D’un naturel solitaire et studieux, il n’a pas pour habitude de se mêler à ses camarades de classe. Et pourtant, sa rencontre avec le bagarreur Sentarô va radicalement changer sa vie…
Source : Kazé Manga

Avis principal par ladybird3000

Voilà un josei que j’avais envie de lire depuis un moment et c’est maintenant chose faite. Dans celui-ci, on va suivre l’histoire de trois lycéens : Kaoru, Sentarô et Ritsuko. Kaoru a souvent changé d’école à cause du travail de son père. L’histoire commence sur un énième changement d’établissement que le jeune garçon vit très mal. A force d’être ballotté et de devoir se refaire des amis à chaque fois, il a fini par se renfermer sur lui-même et le moindre stress lui donne la nausée. Il va faire la rencontre soudaine de Sentarô, garçon bagarreur qui est craint par ses camarades. En parallèle, il rencontre également Ritsuko, la déléguée de classe qui se trouve être l’amie d’enfance de Sentarô. Un petit trio inattendu se forme avec notamment le duo Kaoru/Sentarô.

J’ai vraiment beaucoup aimé la lecture de cette série et j’ai du sortir les mouchoirs à plusieurs reprises. Dès le début, on rentre dans l’histoire et le thème des années 60 se fait ressentir de part les personnages, l’ambiance et les décors. J’ai vraiment beaucoup apprécié cet environnement et je trouve que la mangaka a réussi son coup. Sentarô tout particulièrement semble être ancré dans cette période, tandis que Kaoru pourrait être de notre époque. J’ai trouvé que cela faisait une sorte de décalage.

Kaoru et Sentarô sont deux personnages aux antipodes l’un de l’autre. Kaoru est quelqu’un de posé, sérieux et presque sévère. Quant à Sentarô, j’ai envie de dire qu’il frappe avant de parler. Mais ce n’est pas vraiment cela, c’est surtout qu’il a un caractère assez explosif, donc s’il a quelque chose à dire ou s’il n’aime pas quelque chose, il le dit. Mais c’est également un personnage qui a la joie de vivre et qui sourit beaucoup une fois qu’on apprend à mieux le connaître. Ce duo est tempéré par la présence de Ritsuko. C’est une jeune fille douce qui prend soin des deux garçons.

Au fil de la lecture, on commence à connaître mieux les personnages, à voir leur environnement respectif et comment ils ont grandi. Kaoru et Sentarô ont chacun eu une enfance plutôt difficile dans le sens où leur famille n’est pas vraiment restée unie. Chacune des deux familles semble avoir explosé pour des raisons bien différentes et finalement les deux garçons vont pouvoir apprendre l’un de l’autre et se soutenir. J’ai vraiment bien aimé la façon dont tout cela était raconté et dévoilé au fur et à mesure, afin de comprendre comment ils sont devenus ce qu’ils sont.

Comme je l’ai dit, l’histoire se situe dans les années 60. On a donc cette ambiance si attirante et des personnages bien travaillés. Mais on a également la présence de la musique : le jazz. C’est au travers de leur passion naissante pour cette musique que les deux adolescents vont commencer à tisser des liens. Cette musique qui parfois va permettre de les sauver et de les réunir, comme elle pourra également les séparer.

La seule petite chose que je pourrais reprocher à cette série, c’est sa fin que j’ai trouvée un peu trop rapide. Tout au long des tomes, les choses se mettent en place de façon rythmée. Mais vers la toute fin, j’ai trouvé cela un peu trop rapide et j’ai trouvé qu’il manquait quelques petites scènes qui auraient pu être intéressantes. En gros, on nous dit des choses en demi-mot, j’aurais préféré qu’on les voit réellement. A part cela, la série est vraiment aboutie.

Les dessins sont très bien faits, au début j’avais même l’impression que le style était un peu vieilli, ce qui colle parfaitement avec les années 60. Mais cela ne veut pas dire que ça fait vieillot, au contraire. Les traits sont simples mais efficaces, on ressent toute l’atmosphère qui s’en dégage.

Le petit mot de la fin pour rajouter qu’à la fin des volumes, on a souvent des histoires bonus sans rapport avec la série. J’ai bien aimé ces histoires, même si certaines sont plutôt étranges et ont une touche surnaturelle.

  • Scénario
  • Dessin
4.5

En conclusion

Un josei qui mérite qu’on le lise, avec des personnages bien travaillés et une histoire intéressante qui m’a fait sortir les mouchoirs plus d’une fois.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)