Kurokami – Black god

Kurokami – Black god

Résumé :

En rentrant chez lui après une soirée arrosée, Keita, jeune programmeur, s’arrête pour avaler un bol de ramen. Il est contraint de céder son repas à une jeune fille affamée. Il ignore qu’il s’agit d’une mototsumitama – une gardienne de l’équilibre de ce monde. Pris entre deux feux quand surgit un mystérieux agresseur, il perd un bras dans l’affrontement. Pourtant, à son réveil le lendemain matin, son corps est intact… Mais à qui appartient réellement ce nouveau bras ?
Source : Ki-oon

Avis principal par Zwitzwit

Ce qui peut rebuter le lecteur à la lecture du premier tome est la multiplicité et la complexité des termes utilisés, on s’y perd vite. L’univers de Kurokami est assez construit et de nombreux termes désignent différents éléments de cet univers. Heureusement, il n’y a pas de nouveaux termes à chaque tome et une fois ce vocabulaire intégré , le lecteur peut pleinement profiter de l’histoire.

Kuro est une mototsumitama, qui sont des guerriers chargés de veiller à l’équilibre co-existentiel, l’équilibre entre la terra positive et négative. Ils ont une force physique impressionnante et apprennent rapidement les techniques de combat. Afin d’augmenter son pouvoir, un mototsumitama doit liée un pacte avec un humain , qui devient son contractant. Pour cela , ils doivent échanger une partie de leur corps , comme un membre , afin de sceller le pacte. Les mototsumitama se regroupent généralement en clan. Kuro appartient à celui des shishigami qui compte les plus puissants guerriers parmi les mototsumitama.
Certains shishigami donnent des pouvoirs à des humains et ce, sans nouer de pacte. Ces humains sont des mototsumitama inférieurs, ils ont des pouvoirs similaires aux mototsumitama mais ils ne sont que des humains et ne nouent pas de pacte . Ils deviennent les serviteurs du mototsumitama qui leur a offert leurs pouvoirs. Ces humains sont appelés extensions tribales.
Selon Kuro , chaque personne aurait dans le monde deux sosies , des doppeliners. Ils ont une même apparence et se partagent inéquitablement une même destinée. Lorsque deux doppeliners se rencontrent , ils doivent disparaître afin de préserver l’équilibre co-existentiel .Ceux sont les substituts, les subs. Leur portion de destinée revient en totalité au troisième sosie , celui qui survit et qui est appelé root.
La terra peut être assimilée à l’énergie spirituelle des individus . Certains lieux sont sacrés chez les mototsumitama car « producteur de terra ». Ils s’y installent et protègent ces lieux. Les mototsumitama utilisent cette énergie lors des combats.
C’est là que le pacte noué avec un humain prend son importance. Un mototsumitama lié à un humain peut augmenter ses capacités au combat grâce à un phénomène appelé la synchronisation. La synchronisation permet au mototsumitama d’utiliser aussi la terra de son contractant lors d’un combat et ainsi d’augmenter sa quantité de terra disponible. Le contractant humain doit aider de son mieux le contactant mototsumitama . La détermination de l’humain , son « esprit combatif » renforce le mototsumitama. Cependant, il faut que les deux contractants apprennent à œuvrer de concert. Pour cela , ils doivent être proches afin de plus avoir de secret l’un pour l’autre. Keita va devoir apprendre à se synchroniser avec Kuro . Puis il apprendra à tenir en état de synchronisation car c’est un état éprouvant pour un contractant novice . Enfin il devra renforcer ses liens avec Kuro pour pouvoir atteindre l’état de synchronisation totale et rendre Kuro plus forte que jamais.

Au fil des tomes, on voit le personnage de Keita évoluer. Au début de l’aventure, il est égocentrique , il traite mal Kuro qu’il rend responsable de tous les problèmes, il abuse de la gentillesse d’Akane. Il se comporte en gamin irresponsable et capricieux. Cependant les épreuves qu’il va vivre aux côtés de Kuro et Akane vont peut à peut le changer , le faire évoluer. Son pacte avec Kuro et leurs aventures sont un parcours initiatique que mène Keita de l’adolescence à l’âge adulte. Kuro qui était insouciante et enjouée devient plus réfléchie et traverse une grosse crise de confiance en soi. Par contre , sa gloutonnerie , un autre aspect marquant de sa personnalité, n’évolue pas , elle mange toujours comme une ogresse. Akane conserve toujours son rôle de maman poule, elle prend soin de Keita et Kuro , les soutient et joue le médiateur dans leurs conflits. Si au début, elle était assez soumise à Keita voire bonne poire et qu’elle n’osait pas lui exprimer ses sentiments. Elle prend un peu d’assurance au fil de l’histoire et ose s’opposer à Keita voire même lui crier dessus quand il dépasse les bornes.

Dès leur première rencontre, Akane prend Kuro sous son aile et la traite comme sa petite sœur. Bien qu’elle l’aime beaucoup , elle voit parfois une menace en Kuro du fait de la relation privilégiée qui existe en elle et Keita. Ce sentiment survient de plus en plus souvent alors que les liens entre Kuro et Keita se renforcent. La relation entre Akane et Keita est plus complexe. Akane s’est occupée de Keita depuis la mort de la mère de celui-ci , elle est en quelque sorte sa mère de substitution. Keita la traite comme une grande sœur dont il abuse de la gentillesse. Malgré une froideur de surface , il tient beaucoup à elle , même s’il ne le montre pas, s’inquiète pour elle et la protège en cas de danger. Les sentiments d’Akane pour Keita sont clairement amoureux. Elle fait ce qu’elle peut pour attirer son attention et le faire tomber sous son charme . Le manque de réaction de la part de Keita la met souvent au désespoir, mais ses réactions dans ces moments-là sont un régal pour le lecteur. Leur relation est officiellement amicale. Akane souhaite la voir évoluer en relation amoureuse. On ne sait pas quels sont réellement les sentiments de Keita vis-à-vis d’Akane , sûrement car il ne le sait pas lui même. Au départ,Keita rejetait en bloc Kuro et leur lien en lui faisant payer cette association forcée, alors que Kuro a réalisé l’échange de leurs bras dans le but altruiste de lui sauver la vie. Kuro est toujours bienveillante à son égard et elle cherche à gagner se faire aimer. Peu à peu Keita se prend d’affection pour cette jeune fille qui le suit partout même si, tout comme avec Akane, il ne montre pas ses sentiments et continue à la malmener. Au fil de l’histoire et des combats, leur relation s’approfondit, ainsi que l’attachement qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Cependant , Keita persiste à voir en Kuro une adolescente alors que plus le temps passe et plus le lecteur se demande quels sont les réels sentiments de Kuro envers Keita.

Dans Kurokami, les personnages secondaires ont de l’importance. Les personnages sont bien reconnaissables et distincts les uns des autres. Les méchants ont des têtes de voyous. Le grand méchant est beau mais sous la beauté on sent le danger du personnage. Le dessin vient renforcer les pensées et sensations du lecteur. On sent aussi que le dessinateur se fait plaisir en dessinant ses personnages féminins. Toutes les femmes dans Kurokami ont des formes voluptueuses , et portent souvent des tenues provocantes. De temps à autres pour relâcher un peu la pression entre les combats, les mangakas proposent des situations marrantes ou bien ,parfois ,ils déshabillent les personnages féminins lors d’un essayage de sous vêtements, une sortie à la mer… C’est dans ces moments que l’on sent le public visé par ce shonen. Cependant , ces scènes sont courtes et peu fréquentes dans ce manhwa. Le lecteur peut connaître et suivre les aventures des personnages secondaires et les voir évoluer, au moins ceux qui viennent en aide aux héros . Ces personnages ne sont pas que les faire valoir des héros mais ils ont une vie et des buts qui leurs sont propres et connus du lecteur. Il faut aussi parler du clin d’œil de l’auteur : Puni-puni ,qui est le petit chien de Kuro. Ce personnage secondaire n’a pas de fonction spécifique , il suit Kuro, ils ont en commun un amour immodéré pour la nourriture mais il n’apporte pas grand chose à l’histoire. Cependant , il est toujours là après 12 tomes et il lui a même été consacré une histoire bonus qui raconte sa rencontre avec Kuro. Puni-puni c’est la représentation du petit chien de Lim Dall Youg . Il aime son chien et il l’a dessiné et inclus dans son manhwa.

Kurokami, mêle le réel et le mystique avec l’association , improbable ,de Keita et Kuro. La protection de l’équilibre co-existentiel souvent perturbé par les actions inconsidérées des humains porte un message écologique plus ou moins implicite. Ce qui me semble intéressant dans cette série , c’est l’inversion des rôles et le coup de balai donné à certaines habitudes des shonens . Dans le couple Kuro/ Keita, c’est la frêle jeune fille qui défend le garçon et qui encaisse les coups. Keita ,du fait de son rôle ,reste en retrait, ce qui n ’empêche pas que sa vie soit souvent en danger et qu’il soit blessé. Bien que Keita ne prenne que rarement physiquement part au combat et qu’il soit bien moins fort que Kuro , son rôle est important . Sans lui, sa force et ses interventions, Kuro est faible et démunie. Bien que l’on soit dans un shonen , cette série ne fait donc pas l’apologie de la loi du plus fort bien au contraire. Ce manhwa prend même à contre pied le stéréotype des héroïnes à la plastique généreuse mais potiches. Dans Kurokami , on rencontre des mototsumitama femmes qui sont de puissantes combattantes et aux formes pulpeuses.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

La psychologie des personnages ainsi que leurs relations sont travaillées et complexes tout comme les personnages secondaires. Autant de raisons pour se lancer dans l’aventure de Kurokami!

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)