La Petite Faiseuse de Livres

La Petite Faiseuse de Livres


Résumé :

Une étudiante s’est réincarnée en fille de soldat dans un monde caractérisé par l’illettrisme et une absence quasi-totale de livres. Elle a beau vouloir lire, rien ne le lui permet. Alors que faire s’il n’y a pas de livres ? Il suffit de les faire soi-même ! Son but est de devenir bibliothécaire ! Pour pouvoir vivre entourée de livres, il faut bien commencer par en faire un ! Une biblio-fantaisie pour les amoureux des livres, par des amoureux des livres ! Source : Ototo Manga

Avis principal par ladybird3000

Nouveauté des éditions Ototo pour le mois de février, La Petite Faiseuse de Livres est à l’origine un light novel scénarisé par Miya Kazuki et illustré par You Shiina, s’intitulant Ascendance of a Bookworm. Ce light novel compte pour le moment 5 parties, soit 23 volumes. La présente adaptation en 7 volumes couvre la première partie de l’histoire. La seconde partie est en cours de pré-publication en manga au Japon depuis 2018 et compte pour le moment 2 volumes.

Dans cette série, nous découvrons Urano, une jeune étudiante qui adore lire. Lors d’un séisme, elle perd malheureusement la vie, écrasée sous une énorme pile de livre. Elle adresse alors un souhait à dieu, celui de pouvoir lire de nouveaux livres dans sa prochaine vie. La voilà qui se réveille dans le corps d’une fillette, Maïn. Tous les souvenirs de l’enfant lui arrivent en mémoire de plein fouet et elle va devoir apprendre à vivre dans cet univers moyenâgeux. Mais le pire pour elle, c’est qu’il semble n’y avoir aucun livre dans cet endroit.

Les mangas isekai sont assez courants, mais celui-ci m’intriguait de part l’histoire qui nous rapproche d’une jeune fille qui va se retrouver dans un monde sans livre. J’ai beaucoup aimé ce premier volume, notamment grâce à l’univers qui nous est présenté. Pour le moment, rien de magique ni de surnaturel, la seule chose qui sort de l’ordinaire concerne la couleur des cheveux des personnages et les fruits étranges qu’ils récoltent. Ce qui est intéressant, c’est qu’Urano va être projetée dans le corps de Maïn, une fillette de constitution fragile et qui a apparemment échappé de peu à la mort. Comme Maïn est une enfant qui n’est jamais ou très peu sortie de chez elle, Urano ne connaît pas ce nouvel environnement même si elle acquiert les souvenirs de l’enfant. De ce fait, à chaque fois qu’elle va découvrir quelque chose, cela permet de l’expliquer en même temps au lecteur qui est aussi ignorant qu’elle. De plus, j’ai trouvé cela intéressant que lorsqu’Urano se sert d’un vocabulaire qui l’enfant ne connaissait pas, comme la langue est différente, cela sort comme du charabia pour les autres. Bref, autant d’éléments intéressants et bien réfléchis qui m’ont permis de m’immerger dans cet univers, en même temps qu’Urano.

Le thème principal concerne les livres et leur absence dans ce nouvel univers. Pourtant, plus elle avance, plus Urano va se rendre compte qu’il y a bien la possibilité de créer des livres, puisque l’encre existe, le papier également et l’écriture est utilisée par certaines personnes. Elle va même trouver le graal, mais celui-ci sera inaccessible pour l’enfant qu’elle est. Les livres semblent inaccessibles, notamment à cause du coût et des connaissances trop maigres de son entourage, qui ne sait apparemment pas très bien écrire. Mais Urano ne renonce pas et va tout faire pour acquérir les connaissances pour écrire et aussi pour essayer de créer elle-même un livre. C’est donc quelque chose que j’ai hâte de suivre à ses côtés.

Enfin, il y a également le mode de vie de la famille qui va être un choc pour Urano. Elle va découvrir que l’hygiène est loin d’être au top, la poussière couvre le sol et aucun produits pour la toilette n’existe ou est peut-être trop coûteux. C’est ce que j’ai bien aimé dans ce premier volume, car cela se rapproche d’une époque lointaine et semble donc assez réel. Urano va redoubler d’astuces pour prendre soin de son nouveau petit corps et essayer de se sentir un peu mieux dans sa peau. Ce faisant, sa famille va commencer à s’inquiéter et trouver qu’elle a changé. En effet, l’enfant qui était jusque là sage et renfermée à cause de sa santé, devient maintenant curieuse de tout et veut aider aux tâches, tout en créant des mélanges étranges mais efficaces.

J’ai également beaucoup aimé les dessins qui nous plongent vraiment dans cet univers qui pour le moment n’a rien de l’heroic-fantasy, à voir si cela changera ou pas par la suite, mais pour le moment je l’aime tel qu’il est présenté. Les décors extérieurs renforcent la première impression d’un monde où la population est pauvre et vit simplement. J’ai trouvé ces décors très réussis. Les personnages sont également bien réalisés, tout comme les expressions. On ressent parfois la frustration que peut ressentir Urano, surtout qu’on sait dans quel monde elle vivait et dans quel monde elle se retrouve.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Ototo Manga.

Tome 2 par ladybird3000

La Petite Faiseuse de Livres T2

J'ai beaucoup aimé lire ce second volume, tout comme cela avait été le cas pour le tome 1. A partir de maintenant, je parlerai d'Urano en la nommant Maïn, puisque c'est le nouveau nom qu'elle porte et que ce sera surement plus clair ainsi.

Nous continuons donc d'évoluer aux côtés de Maïn qui souhaite à tout prix écrire et créer un livre. Elle va faire face à plusieurs problèmes et échecs, mais également à quelques succès, ce qui lui permet de ne pas déprimer complètement.

J'aime bien le fait qu'elle apporte des choses nouvelles à son entourage, car elle a son expérience de sa vie précédente. Mais je me demande quand même parfois pourquoi ses parents ne se rendent pas compte que quelque chose a changé en elle. Maïn est quand même une enfant, fragile qui plus est, et elle sait tout d'un coup faire beaucoup de choses sans les avoir appris, ce qui devrait paraître étrange à son entourage. Mais si on passe sur ce détail, la lecture est plaisante. Tout comme le fait qu'elle apprenne à écrire avec cet alphabet inconnu pour elle.

Il y a un aspect qui m'intrigue dans cet univers, c'est le fait que certains éléments fantastiques semblent s'y glisser de temps en temps. Comme par exemple le paroutier, cet arbre étrange qui disparaît aussi vite qu'il est apparu, après avoir balancé ses fruits au loin. Je suis assez intriguée d'en apprendre plus sur cet univers et voir si l'intrigue porte sur autre chose que sur le fait que Maïn arrive à créer un livre.

En conclusion, un second volume intéressant et intrigant qui donne envie de découvrir la suite.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Ototo Manga.

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Un très bon premier volume que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)