Les Enfants de Gorre

Les Enfants de Gorre

Résumé :

Wilfrid, fils ainé du seigneur forestier de Gorre, revient dans son château natal après des années à parfaire sa formation de chevalier. Il y retrouve ses frères, sa sœur et un père mourant. Wilfrid va devoir prouver sa valeur et montrer qu’il est digne de gouverner les terres de son père. Mais, une nouvelle ère approche et la fin du règne d’Uther Pendragon risque de plonger le royaume dans la tourmente. Source : Mahô

Avis principal par Beldaran

Les jeunes éditions Maho font leur entrée sur le marché français avec le premier tome de la saga arthurienne, Les Enfants de Gorre. L’éditeur qui publiera des light novel et des mangas japonais et internationaux, commence par une œuvre française, écrite par Sylvain Ferrieu et illustrée par l’artiste coréen Navigavi.

Avant de m’attaquer à la bête, j’aimerais préciser que je n’ai pas eu le sentiment de lire un LN mais simplement un très bon roman s’appropriant les légendes arthuriennes.

Les enfants de Gorre Visuel

L’histoire se déploie sur les îles Bretonnes aux alentours de la fin du Ve siècle et début du VIe siècle. L’Empire Romain d’Occident n’existe plus et le christianisme a fait des percées jusque dans les territoires les plus reculés mais les anciennes croyances sont tenaces. L’auteur choisit pour faire débuter son récit, un moment charnière du royaume de Bretagne, la fin du règne d’Uther Pentagron. Cet évènement qui devrait avoir un impact considérable sur le déroulement de l’intrigue, reste en arrière-plan pour le moment car ce qui nous intéresse, c’est le retour du fils du Seigneur de Gorre, Wilfrid, en ses terres natales, après des années d’apprentissage passées sur le Continent. Il retrouve la demeure familiale figée, dans l’attente d’une évolution de l’état de son père, le redoutable Folkhart Fenrys, dans un état léthargique depuis une grave blessure de guerre. La surprise du récit, c’est que Wilfrid n’est pas le personnage principal. Il partage la vedette avec deux de ses frères aux caractères diamétralement opposés, bien que jumeaux, Gunnolf et Fanegan.

La narration est posée et plutôt lente jusqu’au départ du trio pour le tournois de York. Ainsi cette partie est un peu longuette mais nécessaire à la mise en place de l’intrigue et à la compréhension des personnages. L’univers est riche et Sylvain Ferrieu puise avec brio dans les différents siècles de la période médiévale pour offrir un monde cohérent, bien construit autour d’un récit qui devient de plus en plus prenant et captivant. Naturellement, des libertés sont prises avec l’Histoire mais le rendu est convainquant.

De nombreux lieux sont abordés, heureusement, une carte est présente en début d’ouvrage et permet de ne pas se perdre. Il en va de même pour les personnages, ils sont multiples et certains sont bien connus des légendes arthuriennes donc à voir comment l’auteur va lier les frères de Gorre à Arthur.

Ce n’est pas un simple roman historique, il y a également une touche de fantastique qui prend de plus en plus de place dans les dernières pages qui nous entraine sur un autre chemin mais qui reste liée à l’intrigue principale autour d’Uther. Cet élément est relié aux terres bretonnes mais devrait également nous entrainer bien plus au nord, sur les terres hostiles scandinaves. Pour le moment, nous avons un roman qui est un brillant hommage aux récits courtois du XIIe siècle et qui donne envie d’en apprendre plus et de découvrir la suite rapidement, surtout vu la fin surprenante du tome.

Les personnages sont nombreux mais ceux qui portent l’histoire sont les frères Fenrys. L’aîné, Wilfrid, est assez déconcertant au début et pas forcément le plus attachant. Il est tiraillé entre ses devoirs et sa formation acquise sur le Continent qui tend à tempérer sa fougue d’homme du nord. Il réfléchit beaucoup et on le sent écrasé par le poids de la figure paternelle. Gunnolf est le plus braillard et tempétueux des trois. J’ai eu du mal avec le personnage, même si je comprends son caractère passionné. Il est très attaché à ses frères, notamment à son jumeau, Fanegan qui est le plus intéressant du trio à cause de ses capacités et le fait qu’il soit à la croisée des chemins. Il est celui qui connaît l’évolution la plus spectaculaire. Le trio se complète parfaitement donc je suis assez impatiente d’observer la suite de leur évolution. Il y a des protagonistes féminins grâce au clan de l’île de Mann qui sont plus en retrait mais dont les personnalités sont appréciables, loin des clichés des light novel. Naturellement, il y a d’autres personnages mais difficile de les aborder sans spoiler des points importants de l’intrigue donc je vous laisse le plaisir de la découverte.

Les illustrations réalisées par Navigavi sont belles et s’insèrent parfaitement dans le récit en illustrant des moments clés.

La plume de Sylvain Ferrieu est riche et soignée, loin de la simplicité des light novel. L’auteur jongle habilement avec les descriptions, qui permettent une parfaite immersion, les phases de dialogues et les moments d’action de plus en plus nombreux dans la dernière partie de l’ouvrage. C’est un roman particulièrement équilibré qui nous est proposé, ce qui offre un excellent moment de lecture.

L’édition est vraiment bonne. Malgré les plus de 500 pages, l’ouvrage est pratique à lire car tient bien en main. Nous avons le droit à des illustrations couleurs en début de volume, ce qui est top. Je n’ai pas relevé de coquilles particulières sauf pour le terme Moyen Âge qui s’écrit sans tiret. La postface est très intéressante à lire, même si elle ne donne pas d’indications sur le nombre de tomes que fera la saga.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Maho.

  • Scénario
  • Dessin
4.5

En conclusion

Ce tome des enfants de Gorre propose une première partie riche et convaincante, à l’écriture prenante, où l’histoire est portée par des personnages attachants et humains. Je suis très impatiente de lire la suite.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)