Les Enfants de la Baleine

Les Enfants de la Baleine


Résumé :

Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce.
À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde.
Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…
Source : Glénat

Avis principal par ladybird3000

Ce manga m’intéressait déjà, de part ses dessins et son histoire. Grâce au service de presse des éditions Glénat, j’ai donc pu découvrir les deux premiers tomes.

L’histoire est celle de Chakuro, un jeune garçon qui vit sur la Baleine de glaise, un vaisseau voguant à la surface d’une mer de sables. Sur ce vaisseau, il existe des personnes possédant un pouvoir, le saimia. Ces personnes peuvent utiliser ce pouvoir grâce à leurs émotions, mais elles vivent moins longtemps que les autres. Sur le vaisseau, les sentiments sont proscrits. Chakuro est le scribe de la Baleine de glaise, car il ne peut s’empêcher de noter tout ce qu’il ressent et tout ce qu’il voit. Un jour, un vaisseau à la dérive est aperçu et c’est à partir de ce moment que le petit monde de la Baleine de glaise et de Chakuro va basculer.

On est plongé dans l’histoire sans introduction et on assiste immédiatement à un ensablement, c’est-à-dire à un enterrement d’une jeune fille marquée, possédant le saimia. Les talents de dessinatrice de la mangaka sont tout de suite mis en avant, car le déroulement de la cérémonie est très beau et le cercueil rempli de fleurs. C’est surtout le dessin qui m’a plu dès le début. On découvre Chakuro, qui est le scribe et qui est la personne qui nous raconte l’histoire. Très vite, on comprend que les émotions sont interdites et personnes ne peut pleurer la perte de la jeune fille. En fait, on ne nous explique rien de la Baleine de glaise, on ne sait pas pourquoi tout le monde s’est retrouvé ici, ni s’il y a d’autres vaisseaux. On ne sait pas pourquoi certains enfants naissent marqués. Mais cela est voulu, car les habitants eux mêmes ne savent rien de leur passé. En fait, cela semble normal car c’est Chakuro qui nous conte l’histoire, donc on ne peut pas en savoir plus qu’il n’en sait lui-même. C’est ce point qui m’a un peu dérangée à la lecture en fait. Car on nous lance dans l’histoire, sans savoir à quelle époque on est situé, sans savoir pourquoi ce vaisseau vogue sur une mer de sable. On ne sait presque rien. J’ai donc été dérangée d’être jetée dans cette histoire sans savoir à quoi m’attendre. Ce qui fait que l’enchaînement assez rapide des événements m’a un peu perturbée.

En effet, Chakuro va apercevoir un autre vaisseau à la dérive. Avec quelques autres personnes, il va se rendre sur le vaisseau afin de l’examiner. Ce qu’il va y trouver va changer sa vie et bouleverser le quotidien monotone où personne ne savait rien, mis à part les anciens. Tout se déroule rapidement et en deux volumes, on commence à comprendre un peu qui sont les anciens, pourquoi cette Baleine de glaise est à la dérive sans contact avec personne d’autre.

Ce que je regrette et que j’ai déjà énoncé, c’est qu’on n’a pas vraiment d’explications et que tout se déroule assez vite. On a à peine le temps de prendre connaissance des personnages et je trouve dommage qu’on ne s’attarde pas plus sur certains d’entre eux.

D’ailleurs, concernant les personnages, je les trouve plutôt intéressants. Mais ce que je trouve encore plus intéressant, c’est la Baleine de glaise. Le sable est prédominant et j’ai bien aimé la façon dont tout était dessiné, avec une ambiance propre au navire. On a un peu un côté « ancien », notamment avec les objets ou les vêtements.

De plus, les dessins sont vraiment très jolis et les traits sont très fins. Mais parfois, j’ai confondu certains personnages car ils se ressemblent un peu. Je trouve que la mangaka a fait un très joli travail, notamment dans les décors et dans le dessin de la Baleine de glaise. Comme dit plus haut, on est saisi dès la première page, par une cérémonie très belle et fleurie. La seule chose que je reproche, c’est que parfois les traits sont trop fins, presque effacés, mais cela est peut être du à l’édition.

J’ai un avis plutôt mitigé sur cette série. En fait, ma première impression a été plutôt négative, car je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire. Mais d’un autre côté, l’histoire est plutôt intéressante et j’ai envie de connaître la suite. Ici, on voit que les émotions sont un sujet important. D’une part car ils permettent d’utiliser le saimia, mais aussi car ces enfants maudits ne savent rien du passé et vivent leur vie heureux sans se poser de questions, jusqu’à ce que tout soit chamboulé.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Glénat.

Tome 4 par Beldaran

Si les trois premiers volumes furent très intéressants, ce tome 4 s'est révélé profondément captivant !

La fin du dernier volume nous laissait au cœur du conflit et surtout sur un nouveau drame.
Cet assaut final qui se déroule sur deux lieux particuliers (le Skylos et la Baleine de Glaise) met en exergue toute la complexité des sentiments humains. La mangaka réussit à insuffler une telle intensité à son récit que cela en est brillant.
L'histoire est poignante et présente son lot de perte humaine, dans les deux camps.

En parallèle de ce conflit, les mystères autour de la Baleine de Glaise s'épaississent mais également ceux qui semblent réglir ce monde à savoir les Noûs. Les bribes d’informations sont parfaitement distillées et heureusement car il y en a un sacré paquet. Cela promet de très belles choses pour la suite, la Baleine de Glaise va sortir de sa torpeur et de son temps figé.
La fin du tome est plus calme faisant place au deuil et à de nouvelles résolutions, notamment avec Suoh qui prend conscience de son rôle en tant que capitaine et des vies qui sont sous sa responsabilité. Si le ton du récit est sérieux, l'humour reste présent, par petites touches et vient légèrement l'alléger. Cela fait du bien.

Les dessins sont toujours aussi magnifiques et contribuent à renforcer l'atmosphère particulière qui se dégage de l'histoire. Certaines planches sont parfois un peu trop chargées et peuvent rendre la lecture difficile mais dans l'ensemble cela reste très agréable.

Ce quatrième tome est une véritable réussite. La lecture fut vraiment très plaisante et prenante.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Glénat.

Tome 6 par Beldaran

Après un tome 5 particulièrement riche en révélations sur la Baleine de glaise mais également sur le monde extérieur, ce volume fait figure de transition, en plaçant ses pions pour de grands bouleversements à venir.

Le voile est enfin levé sur la terrible malédiction qui frappe les marqués et sur le choix que pratique les non-marqués depuis des décennies. Suoh prend la mesure et va s’évertuer à protéger cette population marquée par une vie courte. Cependant, cette ouverture sur le monde et le fait que ce soit les non-marqués qui tiennent la barre, laisse filtrer les prémices de la discorde, incarnée par des jumeaux qui souhaitent que les marqués prennent le pouvoir. Cette lente évolution est très bien réalisée car on sent qu’avec la perspective d’une vie libre, la population commence à s’interroger sur son mode de vie. L’intervention d’un personnage me laisse perplexe. Je pensais qu’il était plutôt neutre ou tout du moins du côté de Chakuro mais finalement ses actes tendraient vers la protection de Phaleina en quelque sorte. La suite promet d’être mouvementée.

A côté de la vie inhérente à la baleine de glaise, nous découvrons avec la population, le monde extérieur et notamment deux îles dont la première La Tour du temps qui offre un joli moment sur la transmission de l’histoire d’un pays. C’est un passage touchant et mélancolique qui marque le début du voyage de Chakuro. La seconde, la Cité du sel ouvre des perspectives culinaires à la population et relance les questions autour d’Ohni et de sa nature particulière. Il en va de même pour le caporal qui paraît se détacher de plus en plus du sort de la population.

Le récit, teinté de mélancolie, est plus calme mais soulève de nombreuses interrogations. L’auteur continue d’étoffer ses multiples intrigues sans que l’on soit perdus pour autant. L’ensemble reste très plaisant et toujours aussi agréable à suivre.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Glénat.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Une manga plutôt intéressant, même si on est jeté dans l’histoire sans aucune explication. L’histoire semble se dévoiler peu à peu et les dessins sont magnifiques.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)