Les Nuits d’Akşehir

Les Nuits d’Akşehir


Résumé :

Ayako est une jeune étudiante à Tokyo, en école de mode. Pourtant, peu motivée, elle ne trouve pas l’inspiration pour créer des design satisfaisants et originaux. Mais grâce à l’amulette qu’elle porte autour cou, une inatendue opportunité va s’ouvrir à elle : Hodja, imigré turc, va lui proposer de travailler en tant que serveur au sein d’Akşehir, son petit restaurant égaré au coeur de Shinjuku. Au fil de ses rencontres et de ses nuits de service, mais aussi au contact de Zakuro, fascinante danseuse orientale, Ayako va découvrir tout le charme de la culture turque… au-delà de tous clichés ! Et si cette nouvelle ouverture sur l’étranger lui montrait enfin la Voie à suivre ?
Source : Akata

Avis principal par Maccha

J’attends toujours avec curiosité les licences des éditions Akata qui nous proposent souvent des titres de qualité aux thématiques diverses, originales et parfois audacieuces. Cette fois-ci, c’est un titre qui nous fait découvrir la culture turque et aborde aussi un sujet sensible, l’Islam.

L’histoire commence d’une manière curieuse où Ayako se retrouve dans un restaurant turc d’une drôle de façon. Elle commence rapidement à travailler dans ce lieu où elle va découvrir une culture riche avec sa gastronomie, la danse orientale ou l’artisanat. Une culture à la fois étrangère mais ressemblante. C’est comme si un nouveau monde s’ouvrait dans la vie d’Ayako qui ne semble pas très à l’aise dans sa vie d’étudiante.

Ayant vécu une grande partie de ma vie en Turquie, je connais bien la culture turque et j’étais curieuse de la redécouvrir à travers les yeux d’une japonaise. Je ne connaissais pas du tout la mangaka et je suis contente de la découvrir. On sent bien sa passion pour cette culture dans son oeuvre. Il y a beaucoup de mots turcs avec les noms des plats et la mangaka nous fait découvrir plusieurs aspects de cette culture riche. Je connais bien cette culture mais j’ai quand même appris des choses que je ne connaissais pas, notamment sur la danse orientale ou sur les céramiques.

Il y a peut-être un peu trop d’informations sur les plats ou la danse mais le manga ne se limite pas uniquement à présenter une culture et le fil conducteur est également intéressant. Notre héroïne semble avoir du mal dans sa vie universitaire et son travail au restaurant auprès de Hodja et de Zakuro lui ouvre d’autres perspectives dans sa vie. Zakuro est également un personnage intéressant qui cherche à suivre sa voie dans la danse. J’ai trouvé Hodja bien drôle, ainsi que ses interactions avec Zakuro. J’espère apprendre un peu plus sur ces trois personnages dans les deux tomes suivants.On a aussi un peu de romance même si je ne suis pas sûre que par la suite elle gagnera beaucoup d’importance.

Ce premier tome est plus consacré à la découverte de la culture turque. Il y a des références à la religion mais le sujet n’est pas vraiment traité dans ce tome. Je pense qu’il sera plus abordé dans les deux prochains volumes.

La mangaka a un joli trait avec de beaux décors soignés, ainsi que les plats bien dessinés qui donnent faim. L’éditeur nous propose une édition de qualité avec une belle sous-couverture aux motifs orientaux et des premières pages en couleurs magnifiques.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Un beau manga bien riche sur la découverte d’une nouvelle culture et la recherche de soi. Bonne pioche !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)