MADK

MADK


Résumé :

Considéré comme déviant par ses pairs, Makoto est ostracisé à cause de ses penchants morbides. Afin de satisfaire ses derniers, il s’est tourné vers la sorcellerie et alors qu’il tente sans trop y croire d’invoquer un démon, voilà qu’apparaît J, archiduc des Enfers (dans le plus simple appareil). Le superbe démon lui accorde un voeu en échange de son âme, sans se douter que le lycéen va lui faire une requête inattendue : manger sa chair et ses entrailles ! Makoto pensait sombrer dans le repos éternel une fois son souhait exaucé, mais J semble avoir d’autres projets pour lui… Source : Taifu comics

Avis principal par ladybird3000

Voici un yaoi qui m’intriguait par son histoire qui semblait sortir de l’ordinaire. Et en effet, c’est une lecture vraiment différente de ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant, avec une part d’ombre et de gore digne d’un bon seinen. Attention, cette série n’est pas à mettre entre toutes les mains, pas uniquement car elle contient des scènes érotiques, mais car elle peut aussi contenir des scènes un peu violentes et dérangeantes.

Makoto est un lycéen mais il n’a rien de banal. Depuis longtemps, il s’intéresse à la mort et au cannibalisme. Mais il est également très soucieux du bien être des autres et espère ne jamais succomber à ses tentations. Il s’est récemment tourné vers la magie noire et désire invoquer un démon. Ce qu’il parvient à faire après de nombreuses tentatives. C’est alors J, archiduc des Enfers, qui apparaît devant lui. Il lui promet de réaliser n’importe quel vœu en échange de son âme. Le choix de Makoto est tout sauf banal : il souhaite dévorer le démon et découvrir cette sensation de manger de la chair. Mais une fois son vœu exaucé, Makoto ne sait pas ce qui l’attend car J compte le faire travailler pour lui.

En lisant ce premier volume, on ne peut qu’être dérangé par cette ambiance sombre et morbide. Mais la mangaka arrive quand même à attirer notre attention en apportant des éléments intéressants et intrigants. De nombreuses scènes peuvent déstabiliser, notamment les scènes érotiques qui sont souvent étranges. De plus, lorsqu’un démon est de la partie, cela change les choses car comme vous pouvez l’imaginer, les corps des démons n’ont pas grand chose d’humain. En cela, j’ai trouvé que la mangaka gérait bien car ses dessins sont très beaux et son imagination pour représenter les corps des démons semble sans limites.

Ce que j’ai bien aimé, c’est que dès le début, la trame de l’histoire est donnée, en évoquant le fait que Makoto sera amené à devenir un démon de renom. Alors que pour le moment, c’est un peu le jouet de J. J’ai donc hâte d’en apprendre plus sur les Enfers, leur fonctionnement et surtout découvrir de nouveaux personnages. Pour le moment, on nous a déjà dévoilé un élément important, à savoir que les mots ont un certains poids. Ainsi, la parole s’avère être un outil indispensable pour survivre dans ce monde.

L’ambiance générale est sombre, parfois glauque. Mais l’autrice arrive à apporter un décalage avec quelques scènes d’humour, faisant presque tourner cela à l’humour noir. Ce premier volume est donc un mélange de plusieurs éléments et genres, qui forment un tout vraiment intéressant et plaisant à lire.

Quant aux dessins, je les ai trouvé vraiment bien réalisés. Les démons ont tous des styles bien différents et pleins de détails. Les traits sont tantôt épurés et fins, tantôt plus grossiers et appuyés. Les personnages sont très beaux, que ce soit leurs tenues, leurs morphologies ou même juste les regards qui sont très expressifs. En contraste, les personnages sont parfois dessinés en petits, comme des chibis, ce qui apporte de l’humour et un décalage avec les pages qui fourmillent de détails. Pour information, l’autrice est déjà connue en France sous le nom Ryo Sumiyoshi pour sa série Centaures.

L’édition est de bonne facture, avec une belle page couleur en début d’ouvrage. La couverture est très jolie, avec un effet argenté, sombre et le titre en rouge. Il y a quelques bonus à la fin du volume, dont des croquis des personnages et quelques explications sur la genèse de cette œuvre. Ainsi, on découvre aussi ce qui se cache derrière le titre MADK, à savoir Motsu Akuma to Danshi Koukousei, qui signifie « Les entrailles d’un démon et un lycéen ».

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Taifu comics.

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Un premier volume très intéressant et beau visuellement. A ne pas mettre entre toutes les mains pour son côté morbide et dérangeant.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)