Magical Girl of the End

Magical Girl of the End


Résumé :

Kii Kogami est un lycéen que tout ennuie… même ses potes ! Débonnaire, il prend malgré tout la vie comme elle vient, même s’il se dit qu’elle serait peut-être un peu plus excitante s’il arrivait à sortir avec une nana sexy… Mais ça, il ne le saura jamais ! Car son quotidien va basculer dans l’horreur quand une drôle de fillette armée d’une « adorable » baguette magique, va défoncer la tête de son prof de sport ! En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le lycée tout entier va être massacré… et les rares survivants vont devoir fuir pour survivre ! Mais hélas, c’est tout le Japon qui semble être envahi par ces magical-girls ultra-violentes et sadiques ! D’où viennent-elles ? Quelle est la véritable raison de leur apparition et… Non, tout ça, pour le moment, Kogami s’en fout ! Pour l’instant, il lui faut juste survivre ! Mais comment y parvenir quand les « zombies » qui vous poursuivent ont des super pouvoirs ?!
Source : Akata

Avis principal par ladybird3000

Avec ce shonen, Akata nous propose de briser les codes des magical girls en nous montrant des magical girls qui tuent tout ce qui bouge sans ciller. Ce titre est le premier de la collection « WTF?! » d’Akata. L’éditeur essaie avec cette collection de passer outre les genres attribués généralement aux mangas.

L’histoire commence plutôt banalement, avec Kii, un lycéen dont la vie monotone l’ennuie. Ce n’est sans compter sur l’arrivée brutale d’une magical girl aux yeux révulsés qui va tuer les personnes sur son passage et massacrer toute sa classe sans distinction. Kii va réussir à s’échapper et va être rejoint par d’autres lycéens. Ensembles, ils vont essayer de fuir cette créature.

J’aime beaucoup cette série, car on va de surprise en surprise et le mangaka ne nous ménage pas, entre action et révélations. Le premier tome permet d’introduire plusieurs personnages qui seront ensuite le petit groupe qu’on va suivre. On découvre donc Kii, puis Tsukune son amie d’enfance, quelques camarades de classes, puis des personnages extérieurs au lycée. Les magical girls pullulent également, donc on pourra en découvrir plusieurs, chacune ayant un design plutôt intéressant et des pouvoirs différents. Avec cette série, le mangaka souhaite briser les codes des magical girls toutes mignonnes et gentilles. Parfois, certaines d’entre elles semblent plus jolies et sympathiques, mais le naturel revient vite en avant. On a Tsukune qui est de petite taille et plutôt pleurnicheuse. J’aime bien ce personnage quand même car elle apporte une touche mignonne. On a également Yoruka, avec sa forte poitrine. La façon dont elle est dessinée me fait plutôt rire, là encore on dirait que le mangaka se moque des filles dessinées dans les shonen en général.

L’histoire est très prenante, peut-être un peu trop. Tout va très vite et s’enchaîne sans qu’on ait le temps de dire « ouf ». C’est lorsqu’on arrive à la dernière page qu’on se dit « déjà » et qu’une myriade de questions nous assaille. Ce qui est bien avec cette histoire, c’est qu’on n’a pas du massacre uniquement pour du sang, on a une véritable trame, avec les révélations qui vont avec. A chaque fois qu’il y a une révélation, on ne peut s’empêcher d’être surpris.

J’aime bien les personnages et leur évolution. Car forcément, dans une ambiance pareille, ils ont tendance à révéler leur véritable visage ou à faire des choses qu’ils n’auraient jamais pensé faire, comme se surpasser pour soi ou pour autrui. On en découvre plus au fur et à mesure sur chacun d’eux et sur leur passé. J’aime bien aussi le fait de voir qu’un personnage n’est pas forcément ce qu’il parait et qu’il peut se révéler tout autre. J’aime beaucoup Tsukune car ce personnage m’intrigue. Et j’aime bien aussi Yoruka car je la trouve incroyablement forte. J’ai aussi une certaine attirance pour le flic, même si ses manières de faire sont souvent malsaines. C’est un personnage farfelu qui apporte beaucoup.

Concernant les dessins, ils permettent de retranscrire parfaitement l’ambiance. Le dessin peut être mignon, comme il peut être plus sombre. Les magical girls ont beau être des machines de mort, elles ont souvent des tenues plutôt kawaii. C’est l’utilisation du noir, leurs armes et leurs visages qui leur confère ce côté sombre et mortel. D’ailleurs, il y a beaucoup de scènes où le noir est utilisé plutôt judicieusement pour faire ressortir toute la noirceur de la dite scène.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Un manga « WTF?! » comme la collection l’annonçait. Avec des personnages intéressants et une intrigue bien travaillée.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)