Nura – Le Seigneur des Yokai

Nura – Le Seigneur des Yokai


Résumé :

Petit-fils d’un yokaï, Nura Rikuo a en lui un quart de sang yokaï, ce qui lui permet un jour, alors qu’il est âgé de huit seulement, de se transformer et d’obliger les yokaïs à le suivre pour sauver ses camarades. Cependant, sa transformation n’est que temporaire et au réveil, il ne se souvient de rien. Et même si au départ il était fasciné par ces monstres et rêvait d’égaler un jour son grand-père, Nurarihyon, commandant des yokaïs, il refusera par la suite de devenir comme eux. Cependant, les monstres forment immédiatement des clans et se disputent pour savoir s’il peut être leur chef. Certains le considèrent même déjà comme tel et l’appellent « maître ». Nura finira-t-il par accepter sa nature de yokaï ? Ou continuera-t-il à fuir cette réalité ?
Source : Kana

Avis principal par ladybird3000

J’avais déjà connu ce manga au travers des deux saisons animées. D’ailleurs, les 16 premiers volumes correspondent aux deux saisons, donc ma lecture n’a pas vraiment été une découverte jusqu’au tome 17.

On découvre d’abord Rikuo à 8 ans. C’est le petit fils du seigneur yokaï Nurarihyon, il a donc une part yokaï en lui. A 8 ans, Rikuo est un enfant farceur avec les yokaïs qui vivent chez lui et prennent soin de lui. A l’école, il maintient devant ses camarades que les yokaïs sont des êtres gentils et bons envers les humains. C’est un garçon enjoué, jusqu’au jour où un groupe de yokaïs s’en prend au bus qu’il devait prendre. En rentrant chez lui, il apprend l’accident et décide d’aller aider ses amis qui sont acculés par les yokaï. C’est la première fois que sa part yokaï se manifeste. Mais cela marque également son changement d’avis sur les yokaïs. Dès ce jour, Rikuo devient plus timoré et ne voue plus autant d’amitié envers les yokaïs. On le retrouve ensuite à l’âge de 13 ans. Cela fait des années qu’il refuse de prendre la succession de son grand-père, mais un événement va chambouler les choses et réveiller à nouveau le yokaï qui sommeille en lui.

J’ai bien aimé ce shônen. Déjà j’ai trouvé intéressant que le héros soit en partie yokaï. En général, les yokaïs font plutôt penser à des être maléfiques et mauvais. Mais ici, la plupart sont en fait plutôt gentils, même si leur désir premier est d’effrayer les humains. Je ne peux pas dire qu’ils sont beaux, car certains sont vraiment affreux, mais dans le fond, on voit qu’ils ne sont pas si mauvais. Ce que j’ai bien aimé également, c’est de connaître l’histoire de certains d’entre eux. On apprend comment ils naissent, soit à cause de leur ressentiment lorsqu’ils étaient humains, soit des racontars des humains, soit d’objets qui ont acquis un pouvoir… Ils sont diversifiés et tout est bien expliqué.

Rikuo est seulement collégien lorsque sa part yokaï, et lui même par la suite, décide de reprendre la suite de son grand-père. Autant il était enjoué et dynamique enfant, autant maintenant il est plus renfermé, notamment vis à vis des yokaïs. Mais sa part yokaï est différente et plus dynamique. On dirait presque que le Rikuo enfant qui admirait tant son grand-père s’est scindé en deux : avec sa part humaine qui est renfermée et sa part yokaï qui extériorise plus ses sentiments. J’ai bien aimé cette dualité, surtout qu’au fur et à mesure, le Rikuo humain commence à embrasser un peu plus sa part yokaï, pour finalement ne faire plus qu’un. Les autres personnages sont également intéressants, ce sont pour la plupart des yokaïs divers et variés. Autant on voit les yokaïs du clan Nura comme de bons yokaïs, autant on va aussi en croiser des mal intentionnés. Ainsi on va avoir différents arcs où le clan Nura sera en opposition avec un autre clan. Mais ce ne sont pas des arcs random, tout est lié, notamment au passé de Nurarihyon.

Ce qui m’a moins plu dans le manga, ce sont les chapitres qui sont entre les arcs. Certains ne sont pas vraiment utiles et viennent faire retomber la tension. Mais dans tous les shônens, on a quelques moments de flotemment. Ici cependant, ce ne sont pas les moments « piscine et consort », même s’il y a un certain relâchement, les yokaïs sont toujours à l’honneur.

Les dessins sont bien réalisés. Entre les chapitres il y a également de jolies illustrations comme faite à l’encre et au pinceau. Au fur et à mesure des tomes, les dessins s’améliorent. Les scènes de combat sont bien réalisées et on ressent bien la tension à chaque fois. La seule chose qui m’a gênée, c’est que Rikuo et ses amis n’ont que 13 ans, mais ils ressemblent déjà à des lycéens, surtout Rikuo lorsque sa part yokaï se manifeste.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Un bon shônen dont l’histoire est intéressante, surtout qu’elle traite de yokaï. Les combats sont bien réalisés et sympa à suivre.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)