On entend son cri, sans que l’on voie ses larmes, corbeau sous la pluie

On entend son cri, sans que l’on voie ses larmes, corbeau sous la pluie


Résumé :

Aizawa Seiji, beau, sociable et nonchalant, est récemment tombé sous le charme de son voisin, Ugôda Rin. Celui-ci, qui fréquente la même université, est pourtant du genre ronchon et caractériel. Et c’est sans compter ses difficultés familiales, que les rumeurs se plaisent à rapporter, car Rin est l’héritier bâtard d’un grand groupe financier. Mais dans la chaleur de l’été, au milieu du chant des cigales et de l’atmosphère humide de Kyôto, Aizawa aura peut-être l’occasion de pousser Rin à s’ouvrir aux autres… Source : Boy’s Love – IDP

Avis principal par Beldaran

Après le one-shot The Dog and Waning Moon publié en novembre dernier, également par Boy’s Love-IDP, l’autrice Unohana revient en France avec le livre On entend son cri, sans que l’on voie ses larmes, corbeau sous la pluie et son titre à rallonge. Autant l’écrire immédiatement, c’est la douceur qui se dégage de la couverture et ce titre long comme un bras qui m’ont poussée à tenter l’aventure sans avoir lu le résumé. Heureusement que je n’avais pas lu ce dernier car il dévoile tout le scénario.

L’histoire est simple et tourne autour de deux étudiants qui apprennent à se connaître. Leur relation évolue en douceur, enfin jusqu’au drame de l’entretien du jardin. Le récit est linéaire, ponctué par des scènes de sexe qui restent soft. Ils sont à l’université donc l’autrice présente brièvement l’activité de club de Seiji mais Rin est celui qui est le plus mis en avant, à cause de sa position au sein de sa famille. Je ne me suis pas ennuyée durant ma lecture mais elle n’a pas été fondamentalement marquante. En revanche, la mangaka utilise un procédé narratif qui permet de mettre un point final, logique, à son histoire et surtout d’aller jusqu’au bout de son idée, même si elle n’était pas réellement originale. Le dernier chapitre m’a laissée perplexe.

Du côté des personnages, rien de vraiment original non plus. Seiji est un jeune-homme enjoué qui a littéralement flashé sur son voisin et l’observe souvent, pour ne pas dire en permanence. De prime abord, il fait un peu creux et il faut l’écrire, chaud lapin. Il a une passion pour le bénévolat, histoire de lui donner un peu d’épaisseur. Rin est un personnage sombre, ronchon qui traine son héritage comme un boulet et dont une rencontre l’obligera à prendre une décision radicale. Sous l’influence de Seiji, Rin évolue et devient moins grognon.

Les graphismes sont sympathiques. La couverture est vraiment belle.

En ce qui concerne l’édition, nous avons droit à des pages couleurs et surtout de nombreuses explications sur le haïku et le choix du titre. C’était vraiment très intéressant. En revanche, il est dommage que de nombreuses bulles soient coupées.

Fiche réalisée grâce au service presse des éditions Boy’s Love – IDP.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Le one-shot propose une histoire qui se lit bien mais sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)