Prunus Girl

Prunus Girl


Résumé :

Tandis que Maki va consulter la publication des résultats d’examens d’entrée au lycée, il rencontre une magnifique jeune fille dont il tombe immédiatement sous le charme. Le destin les rassemble non seulement dans le même lycée, mais également dans la même classe. Lors de la présentation individuelle à la classe, cette dernière, prénommée Aikawa, se présente comme étant un garçon ! Toutefois, le doute est permis, tant le jeune homme a la parfaite allure d’une délicate jeune fille. D’ailleurs, Maki ne semble pas convaincu du genre de son camarade qui ne cesse de jouer de son ambiguïté. Fille ou garçon ? Garçon ou fille ? Quelle est la réalité ? Finalement, cela importe-t-il vraiment pour Maki ?
Source : Manga-News

Avis principal par ladybird3000

Lors de la parution de Prunus Girl, les éditions Soleil ont fait un gros coup de pub en proposant des jaquettes réversibles avec d’un côté le logo shônen et de l’autre le logo shôjo. Ainsi le lecteur peut choisir dans quelle catégorie il veut le ranger, malgré le fait que ce soit bel et bien un shônen. Comme la mangaka joue avec le personnage d’Aikawa, est-ce une fille, est-ce un garçon? Le lecteur peut alors choisir lui même et se faire son opinion.

Nous allons suivre Maki, un garçon plutôt populaire auprès de la gente féminine. Le jour de l’affichage des résultats des examens d’entrée au lycée, il croise une jeune fille dont il tombe tout de suite sous le charme. Le hasard fait bien les choses, car il se retrouve dans le même lycée et la même classe que celle-ci. Mais sa surprise est grande lorsque la jeune fille, Aikawa, annonce devant toute la classe qu’elle est en réalité un garçon. L’ambiguïté de la situation et la façon de se comporter d’Aikawa vont le faire douter de ses dires. Est-ce une fille ou bien un garçon? Comment se comporter avec lui/elle?

J’ai beaucoup aimé ce manga. Dès le début, Aikawa annonce être un garçon, mais on continue à douter. En effet, ses attitudes et ses allures parfois aguicheuses nous font penser qu’en réalité, c’est peut être bien une fille. La mangaka joue vraiment avec cela, mais sans jamais être impudique. Les scènes sont parfois aguicheuses ou sexy, mais jamais poussées à l’extrême. Et surtout, Maki ne se laisse pas faire et repousse sans cesse Aikawa en disant que c’est un garçon. Parfois il doute, comme nous, mais il ne se laisse pas aller à des pensées perverses ou mal placées. C’est ce que j’ai bien aimé dans cette histoire.

De plus, ce manga parle de l’amour quelque soit l’apparence ou le genre. Déjà avec Aikawa qui dit être un garçon mais qui se comporte et s’habille comme une véritable jeune fille. La romance est développée doucement, car Maki commence à se demander si le statut d’Aikawa est vraiment important. Et on voit les autres camarades masculins qui finalement se fichent bien de savoir si c’est réellement un garçon. Pour eux, rien que de croiser Aikawa embelli déjà leur journée. Mais on a également des relations entre filles dans ce manga. Donc la mangaka ne joue pas uniquement avec cette ambiguïté, elle ajoute également des histoires d’amour entre filles, qui elles sont bien des filles sans ambiguïté.

Le manga se veut assez humoristique puisqu’il joue sur les bases du shônen romantique. Ici, on a Aikawa qui est au centre de l’attention, filles comme garçons sont subjugués par sa présence. Les filles sont admiratives et discutent avec elle comme si c’était une fille. Et les garçons lui courent après, même en sachant qu’elle est en réalité un garçon. Je viens d’employer le pronom personnel « elle » à plusieurs reprises, et vous verrez qu’en lisant, vous ne pourrez vous aussi que la considérer comme une fille. Aikawa est un personnage qui vit vraiment comme elle se sent le mieux. Elle n’est bien que lorsqu’elle s’habille en fille et se montre féminine. Si on a l’occasion de la voir habillée de façon plus masculine, son attitude, elle, reste la même : celle d’une jeune fille. Je parlais tout à l’heure d’humour et il est bien présent, surtout grâce à cette ambiguïté. Aikawa elle-même joue de son travestissement et amplifie parfois ses attitudes féminines, surtout à l’égard de Maki. Celui-ci est souvent perturbé, même s’il repousse ses avances comme si de rien était. C’est cette situation qui est souvent drôle, avec un Maki qui est las et qui essaie de persuader les autres de ses bonnes intentions. Tandis qu’Aikawa fait tout pour rendre les choses encore plus compliquées.

Je n’ai pas vraiment parlé des personnages secondaires, mais ils sont également intéressants et ont des personnalités plutôt bien développées. On s’attarde également sur eux et sur leurs relations. Chaque personnage peut parfois être un peu comique malgré lui et j’aime bien ce côté là. On n’a pas seulement un shônen romantique sur fond écolier, mais également cette touche d’humour qui est appréciable.

Les dessins sont très réussis, on ressent le côté shônen, mais Aikawa est tout de même mignonne et cela renforce nos questionnements. Je trouve également les jaquettes très belles et réussies.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Une série qui montre à quel point les apparences peuvent être trompeuses. La mangaka s’attache à décrire des relations amoureuses où le genre n’a finalement pas tant d’importance.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)