Ragna Crimson

Ragna Crimson


Résumé :

Les chasseurs de dragons tuent leurs proies avec leur épée d’argent afin de toucher une récompense. Parmi eux, il y a Ragna, un jeune homme plutôt faible faisant équipe avec Léonica, une chasseuse de génie qui peut se vanter d’avoir tué bien plus de dragons que
n’importe quel autre chasseur. Seul un être puissant peut défier ces
créatures. Pour s’opposer au terrible destin qui l’attend, Ragna n’aura pas d’autre choix que de repousser ses limites…! Source : Kana

Avis principal par Beldaran

Au mois de février dernier, la collection Dark Kana de l’éditeur s’est enrichie d’un nouveau shonen fantasy toujours en cours au Japon, Ragna Crimson. Le premier volume a même bénéficié d’une édition collector comprenant un fourreau cartonné avec une illustration exclusive et un décorama. C’est avec ce titre que nous découvrons en France le travail de Daiki Kobayashi. J’ai été totalement surprise par la lecture car je ne m’attendais absolument pas à ça et de ce fait ne sais pas trop quoi penser de ce volume.

L’univers présenté évoque par ses décors les premières années du XXème siècle, le tout enrobé dans un esprit plutôt médiéval ce qui offre un rendu assez intrigant, même si le développement est plutôt léger pour le moment. Ce monde est peuplé d’humains et de dragons, dragons qui se repaissent de chair humaine. Afin de se défendre et de lutter, les humains capables d’affronter les monstres se sont rassemblés au sein d’une Guilde qui transmet les ordres de mission. Il n’y a pas trente-six solutions pour tuer un dragon, il faut une bonne lame en argent et ensuite les exposer à la lumière du soleil (vampire ?). Au fil des pages, on comprend qu’il existe une hiérarchie chez les dragons avec naturellement un boss de fin incroyablement puissant. Ce sont les seuls éléments que l’auteur nous offre concernant son univers, j’espère un approfondissement par la suite.

Les évènements s’enchainent très (trop) vite, ce qui fait que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, malgré quelques points intéressants. La narration est de ce fait bien rythmée et son traitement particulièrement rapide éteint le côté sombre du récit qui est marqué par quelques touches d’humour. Il y a quelques combats importants dont on ne saisit pas trop l’intérêt face à l’enjeu principal qui se dégage et qui devrait faire office de fil conducteur maintenant que les personnages principaux sont réunis. C’est donc un tome introductif qui présente l’univers et les personnages de manière assez expéditive.

J’ai été totalement surprise par les personnages dont finalement le plus intéressant apparaît dans les dernières pages. Le duo de « héros » m’a laissé profondément perplexe. Je commence par Léonica, chasseuse de dragons de génie, très respectée à la Guilde et qui a 12 ans. 12 ans. Sa relation avec Ragna n’est pas vraiment développée si ce n’est qu’ils sont nécessaires l’un à l’autre mais quand on voit comment les choses évoluent. Justement Ragna, le petit Ragna qui a le charisme d’une bassine et la force d’un poussin. J’ai énormément de mal avec le personnage. Heureusement, il est sauvé par un artifice scénaristique, très intéressant qui offre une autre dimension à l’histoire et qui donne envie de connaître la suite. Cependant, même sans cet évènement, une aura mystérieuse entoure le passé de Ragna. Difficile de présenter le troisième personnage sans spoiler donc j’en reste là.

En ce qui concerne les dessins, c’est correct. Le design des personnages est classique mais cela fait le travail. En revanche, le rendu des dragons est bien travaillé et recherché. Il y a une volonté de diversifier l’aspect des monstres, on sent que l’auteur se fait plaisir. A noter également que les décors sont vraiment soignés et détaillés. Certaines pleines pages sont saisissantes alors que certains combats sont plutôt brouillons.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Kana.

Tome 2 par Beldaran

Ragna Crimson T2

Après un premier tome introductif qui se révélait classique mais riche, celui-ci est dans la même veine, tout en apparaissant plus intéressant.

Dans cette ligne temporelle, Ragna a retrouvé Crimson plus tôt et possède la monstrueuse puissance de son « moi » du futur. Le personnage principal du volume trône fièrement sur la couverture et éclipse totalement Ragna, ce qui m’arrange car je n’adhère toujours pas au chasseur de dragon. Il est très plaisant de découvrir Crimson, dragon de son état, et surtout grandement cinglé qui possède un grand objectif, tuer tous les dragons. Il se révèle retors et brillant chef d’orchestre dans l’affrontement qui les oppose au dragon ailé de 3e rang, Desastros.

Le combat et sa mise en place occupe la quasi-totalité du tome. L’ensemble est dynamique et prenant mais le duel en lui-même est plutôt expédié, surtout lorsque Crimson révèle que Desastros n’a pas utilisé toute sa puissance. Ok. Sinon Desastros est un sacré phénomène, son (très) long monologue qui s’étend sur une double page est excellent. Crimson n’est pas seulement un stratège redoutable et puissant, il est aussi très drôle : « la magie c'est fantastique ! ». Le passage est formidable.

C’est l’occasion d’en apprendre plus sur les armes des chasseurs de dragons avec l’apparition d’armes à feu qui appartiennent plutôt à notre époque. Ce mélange des genres surprend mais pourquoi pas, il y a bien des automobiles.

Dans la seconde partie, l’histoire bascule du côté de la capitale du royaume de Reise et revient en arrière, à la disparition de la ville de Donapierroux. L’apparition majestueuse du dragon de premier rang de la lignée des ailés, Altémacia dévoile le système de hiérarchie des dragons et cela s’annonce complexe, même si pour le moment et depuis le tome 1 nous avons affaire au clan des dragons ailés. Le passage est intense, met en lumière la faiblesse des humains et l’effroyable piège qui se referme sur eux. Cependant, le fameux duo Ragna Crimson arrive dans la place et cela annonce un sacré affrontement.

Les graphismes restent sympathiques avec une belle mise en scène, dynamique, du combat avec Desastros. Les dragons sont classes et les personnages très expressifs.

Le volume est plus convainquant que le premier avec une histoire bien lancée et intrigante.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Kana.

Tome 3 par Beldaran

Ragna Crimson T3

Après deux volumes plus ou moins sympathiques, le tome 3 s’est révélé particulièrement intéressant à découvrir.

Le volume s’ouvre sur une scène concernant le Ragna du futur et s'avère fort éclairante sur la nouvelle force acquise par le Ragna du présent (oui les voyages dans le temps, c’est une sacrée gymnastique). D’ailleurs cet élément est réellement intriguant et j’espère que lors d’une autre vision du futur, nous aurons le droit à la suite.

C’est un passage intéressant qui présente les 12 premiers dragons ailés et qui, surtout, redonne un peu d’envergure à ceux exterminés, rapidement, par Ragna dont Désastros qui faisait partie des plus puissants. L’auteur en profite pour présenter l’origine des ailés. Le procédé est surprenant et explique aussi, d’une certaine façon, pourquoi Crimson souhaite éliminer rapidement Altémacia.

Le temps présent reprend son cours avec Ragna et Crimson qui arrivent à Célesbiella, capitale du royaume de Reise où une extermination méthodique de ses habitants a été mise en place.

Ragna et Crimson se séparent, le temps que ce dernier retrouve deux de ses serviteurs, Golem et Chimère, chargés de récupérer des informations sur les dragons dans la place. Ils sont sympathiques tous les deux mais restent assez en retrait pour le moment puisque Ragna est celui qui brille dans ce volume. Enfin presque, car il faut avouer que les états d’âme du personnage sont toujours aussi pénibles à suivre mais il gagne en charisme lors de son combat.

Je ne l’attendais pas si tôt mais l’affrontement entre Altémacia et le jeune homme est absolument dantesque. Différentes techniques de combat sont utilisées et surtout très bien exploitées avec une mise en scène percutante et diablement efficace.

Les deux derniers chapitres sont frustrants car nous quittons la tension de la capitale pour un pays voisin aux côtés de Léonica et de Saïks. Nous découvrons la conséquence directe de l’attaque sur le royaume de Reise avec de multiples réfugiés. La décision que prend Léonica devrait avoir un impact sur la suite du récit et on devrait donc la retrouver plus tard.

C’est un volume réellement plus convaincant que nous propose Daiki Kobayashi avec son lot de révélations et surtout un affrontement d’une grande intensité avec un final qui donne furieusement envie de connaître la suite.

Comme toujours, pensez à jeter un œil sous la jaquette car l’auteur y présente ses différents personnages.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Kana.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Ragna Crimson propose une entrée en matière classique, à voir comment le récit évoluera.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)