Ranma 1/2

Ranma 1/2


Résumé :

C’est fou comment de l’eau, chaude ou froide, peut bouleverser la vie d’un homme. Demandez à Ranma Saotome par exemple : le simple contact avec ce liquide le métamorphose en homme… ou en femme, selon la température de l’eau. Autant dire que sa vie sera tout sauf un long fleuve tranquille, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs(trices)… Source : Glénat

Avis principal par Beldaran

Les 38 tomes de la série ont été publiés pour la première fois en France entre 1994 et 2002. Le titre revient dans une édition Ultimate/Originale, calquée sur une nouvelle publication japonaise qui compile la série en 20 tomes. Je ne connaissais le travail de la mangaka que par le biais des adaptations animées de ces mangas, comme Inu Yasha et Ranma ½ bien sûr, diffusée par le Club Dorothée. Je me suis plongée avec curiosité dans la lecture de ce premier tome et quel pied mais quel pied ?!

Genma et son fils Ranma reviennent de Chine après un entrainement musclé aux arts martiaux et reviennent surtout après avoir visité un terrain particulier, fait de de multiples sources légendaires mais maudites. En effet, l’eau froide transforme Ranma en fille et Genma en panda. A partir de ce postulat simple mais profondément burlesque, l’autrice se fait plaisir et enchaine situations cocasses sur situations cocasses grâce à une narration efficace et bien rythmée. D’ailleurs vu le nombre de ces sources et la fin du tome, on comprend que l’histoire en a largement sous le pied pour nous offrir de multiples événements loufoques avec l’apparition de personnages un brin timbrés.

Le père et le fils débarquent au dojo Tendo où les problèmes de Ranma se complexifient puisqu’il est fiancé d’office à une des trois filles du dojo, Akane qui n’est pas vraiment emballée par la nouvelle non plus.

Sur un fond de tranche-de-vie bien travaillé, la comédie se déploie et fait la part belle aux situations cocasses (dans la rue, au lycée ou au dojo) et aux dialogues percutants sous une pluie de quiproquos. L’humour fonctionne, je me suis bien marrée tout au long de la lecture. Et s’il marche si bien, c’est grâce à une galerie de personnages haut en couleur, totalement loufoques et réellement attachants.

Le quotidien de Ranma est chamboulé depuis sa visite aux sources mais il reste optimiste et apprend à vivre avec, même si cette situation est compliquée à gérer au lycée. Sa fiancée, Akane est un personnage au caractère bien trempé et balèze. Elle n’aime pas les garçons et quand on voit ce qu’elle subit tous les matins en arrivant au lycée, on la comprend. Cependant, au fil des pages, elle dévoile un autre aspect de sa personnalité et on sent que sa relation avec Ranma va évoluer. C’est un duo qui fonctionne. Au lycée, nous découvrons, Kuno capitaine de Kendo, idiot et particulièrement drôle, même si en termes de n’importe quoi Ryoga Hibiki met la barre haute. Sinon, je suis fan du père de Ranma en panda et de ses panneaux.

En ce qui concerne les graphismes, ils n’ont pas pris une ride. Le découpage est dynamique. C’est un vrai plaisir pour les yeux.

L’édition est bonne avec une chouette qualité d’impression sur un papier blanc et semi-épais (oui ça existe encore !). Nous avons même droit à une page en couleurs. Je ne peux pas comparer avec l’ancienne édition, puisque je ne l’ai pas lu mais j’ai apprécié la traduction qui est vraiment fluide.

Tome 2 par Beldaran

Après un premier tome qui plantait le décor de cette comédie totalement déjantée, on prend les mêmes personnages délirants, on saupoudre le tout de deux nouveaux sports qui auraient leur place aux JO, on ajoute d’autres personnages et on obtient une lecture très fun.

La très grande majorité du volume est consacrée à deux affrontements dans des sports revisités qui mettent en avant de nouveaux personnages. Le premier se nomme la gymnastique rythmique martiale qui opposera dans un match Akané et Kodaichi. Le match est totalement fou avec des enchainements imprévisibles et tordants. Kodaichi qui est lié à un personnage du premier tome nous entraine sous une avalanche de quiproquos. Elle est joyeusement cinglée. Pauvre Ranma.

L’autre affrontement, au patinage martial, dure plus longtemps. Il est absolument épique. Le duo Azusa et Mikado est le champion de la discipline et possède des techniques redoutables. L’enjeu de ce combat, c’est Pitchoun/Ryoga, adopté de force par Azusa mais aussi la fierté bafouée de Ranma. Le combat est parfaitement construit et s’offre un incroyable final. Il permet de mettre en avant le lien d’Akané et de Ranma qui se renforce doucement mais sûrement, même s’ils n’en ont pas conscience. Ryoga se pose de plus en plus en rival et donne tout ce qu’il a.

Les dernières pages sont marquées par l’arrivée tonitruante d’une combattante chinoise, Shampoo, là pour en découdre avec Ranma/fille. Cela promet énormément pour la suite, surtout au vu de la dernière case.

Nous avons le droit à une page en couleurs et des pages bonus sur Ryoga à la fin, avec de nouvelles anecdotes sur la création de la série.

La mangaka nous propose un récit dynamique, rocambolesque et particulièrement tordant.

Tome 3 par Beldaran

Ranma 1/2 T3

Ranma a fort à faire dans ce volume. Il accumule les tuiles et les épreuves pour un rendu fortement déjanté et fun à l’image des deux premiers tomes.

L’imagination de la mangaka semble sans limite et va toujours plus loin dans l’invention de techniques totalement improbables et ridicules. La redoutable Shampoo a utilisé une célèbre technique chinoise sur Akané qui ne se souvient plus de Ranma. La résolution du problème effective, laisse planer l’ombre de l’entourage de Shampoo au-dessus de Ranma.

Cependant, l’autrice nous propose de découvrir un camarade de classe de Ranma et d’Akané ce qui lui permet de mettre en avant la relation de ces derniers et surtout de nous dévoiler la redoutable technique féline qui est incroyablement burlesque.

Le récit enchaine par la suite les duels sous le patronage de la grand-mère, tordue et balèze, de Shampoo. Il est certain que dans sa forme la narration possède un côté redondant mais le traitement est tellement loufoque et amusant qu’on se laisse entrainer par l’histoire. Pour le moment, la recette fonctionne car les personnages sont également habilement travaillés. Nous retrouvons l’ensemble des protagonistes présents depuis le début et à ceux-là s’ajoutent de nouveaux qui sont, naturellement, tout aussi cinglés que les anciens.

Les situations sont classiques avec le festival ou encore le passage à la plage mais le déroulement est bigrement original, mention spéciale à la course à la pastèque martiale à la plage qui se solde par un affrontement au sommet.

Les derniers chapitres nous offrent une séance d’entrainement pour Ranma et Ryoga, entrainement quelque peu particulier qui nous laisse sur un suspense, le fameux arcane de l’école Saotome.

Les graphismes sont toujours agréables et les scènes d’action dynamiques et bien construites.

La page en couleurs est présente, tout comme les bonus de fin, consacrés, cette fois-ci, à Shampoo.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Ranma ½ signe un retour plus que réussi dans une nouvelle mouture. C’est un plaisir de redécouvrir cette série assurément intemporelle.

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)