Smells Like Green Spirit

Smells Like Green Spirit


Résumé :

Dans un collège au fin fond de la campagne, Mishima est tyrannisé et harcelé par ses camarades de classe masculins. La raison ? Il a « l’air d’un pédé ». En réalité, Mishima est réellement attiré par les garçons, et c’est pour ça qu’il ne fait jamais rien pour se défendre. Il n’y a que la nuit, lorsqu’il se travestit en fille en secret, qu’il se sent réellement heureux. Mais un jour, alors qu’il est seul sur le toit, son refuge à l’école, il découvre Kirino, le chef de la bande qui le brutalise sans cesse, en train d’essayer un rouge à lèvres qu’il avait perdu… Source : Boy’s Love – IDP

Avis principal par ladybird3000

Voici une série en deux volumes que j’ai beaucoup aimé lire et qui traite de sujets forts comme l’homophobie, la maltraitance, l’acceptation de soi et le fait d’être accepté par ses proches, mais qui va aussi plus loin en abordant des sujets plus difficiles encore tels que la pédophilie et le viol.

Nous découvrons de jeunes garçons, Mishima en premier, qui a une allure féminine avec de longs cheveux noirs et un teint pâle. Il aime être pris pour une fille et paraître « mignonne » en essayant par exemple le rouge à lèvre de sa mère. Mais il est le souffre douleur d’un groupe de garçons qui se moquent de son allure, le traitant de taré ou de « pédé ». Les brimades vont loin et sont autant physiques que psychologiques. Parmi ces garçons se trouve Kirino, un garçon au regard glacial et qui semble vouer une haine sans nom à Mishima. Mais aussi Yumeno, un garçon qui semble peu réfléchi et qui suit Kirino un peu bêtement.

Derrière cette maltraitance et cette haine, on va rapidement découvrir ces trois garçons en particulier. Alors que tout semble clair concernant Mishima, c’est plutôt au niveau de Kirino que l’on va être assez surpris. Celui-ci déteste Mishima pour une raison bien précise : Mishima arrive a rester tel qu’il est réellement en toute circonstance et n’essaie pas de se cacher, même s’il n’a jamais avoué ses petits secrets. Kirino a peur qu’en le côtoyant, ses secrets à lui soient dévoilés. Il y a ensuite Yumeno qui est encore différent des deux autres. Il ressent des sentiments qu’il ne comprend pas et s’en détourne en passant ses nerfs sur Mishima. D’autant plus que le concernant, c’est quelque chose de complètement différent. J’ai beaucoup aimé la façon dont ses sentiments et son ressenti étaient abordés. Je pense que cela trouve un écho dans les yaois que j’ai pu lire jusqu’à maintenant, où un hétérosexuel tombe amoureux d’un homme. Ici, j’ai beaucoup aimé la réflexion à ce sujet et la conclusion apportée.

Enfin, un dernier personnage a son importance, il s’agit du professeur Yanagida. Celui-ci apporte une autre part d’ombre au récit qui commençait déjà assez mal pour Mishima. La lecture a parfois été assez dure lorsque ce personnage était présent, car certaines scènes sont gênantes, dans le sens où on se sent mal pour Mishima. L’autrice a réussi à donner à ce personnage une présence qui se ressent et qui met mal à l’aise.

Il y a également un autre thème abordé dans le second volume. Il s’agit de l’acceptation de soi-même et vis-à-vis de la société et de ses proches. On voit de nombreuses personnes colporter des ragots et voir d’un mauvais œil les relations entre personnes du même sexe. Mais ce que j’ai le plus apprécié, ce sont les différentes réactions des familles des garçons. Les parents vont réagir différemment et vont, ou non, soutenir leur enfant. J’ai trouvé la famille de Yumeno assez décalée, avec un père originaire des Etats-Unis et qui ne mâche pas ses mots. Mais je pense que sa mère est celle qui m’a le plus plu, elle recadre toujours son mari et c’est drôle.

Ces deux volumes ont été une très bonne lecture, non seulement par les thèmes abordés et les messages qu’ils véhiculent mais aussi par la façon dont l’histoire et les personnages sont traités et développés. Il y a des passages sombres et difficiles, mais il y en a aussi des très beaux et pleins d’amour et d’espoir. Il y a également des touches d’humour, comme par exemple avec la famille de Yumeno, mais aussi par exemple la réaction de Mishima devant un corps de femme, ou encore par la réelle personnalité de Kirino qui dénote totalement avec l’idée qu’on a de lui et qui le rend si mignon.

La conclusion m’a semblé intéressante, même si l’un des personnages semble avoir trouvé un bonheur différent des autres. Cela montre qu’en faisant le bonheur des siens et en reniant un peu le sien, on finit quand même par trouver un bonheur différent. Ou du moins, c’est ce que j’ai envie de croire, car autrement cela serait trop triste pour le personnage en question.

Pour finir, les dessins sont très réussis et beaux. Les couvertures sont vraiment belles, ainsi que les pages couleurs. On arrive à comprendre les émotions des personnages ou les changements dans leurs comportements. Les passages humoristiques ressortent bien, tout comme la noirceur de certaines scènes. Bref, j’ai trouvé que tout était très maîtrisé et bien réalisé, faisant ressentir toutes ces émotions et ambiances à la lectrice que je suis.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Boy’s Love – IDP.

  • Scénario
  • Dessin
5

En conclusion

Un diptyque très intéressant et sympathique à lire. A ne pas mettre entre toutes les mains pour son caractère parfois sombre et pour les thèmes qu’il aborde.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)