To Your Eternity

To Your Eternity


Résumé :

Ici débute un voyage éternel…
“C’est à l’épreuve de la réalité que je saurai ce que je suis… Voilà pourquoi mon voyage commence.”
Un être immortel a été envoyé sur Terre. Il rencontre d’abord un loup puis un jeune garçon vivant seul au milieu d’un paysage enneigé. Ainsi commence le voyage de l’Immortel, un voyage fait d’expériences et de rencontres dans un monde implacable…

Source : Editions Pika

Avis principal par Yanmei

To Your Eternity est un manga dont on attendait beaucoup, car il est tout simplement la nouvelle création de la mangaka de l’excellent A Silent Voice, hé oui, rien que ça !

Pour me garder la surprise, je n’avais même pas lu le synopsis de cette série, je savais cependant que je le lirai, ayant adoré A Silent Voice. La très jolie couverture du tome 1 m’avait également plu, il faut dire que le combo loup + « enfant inuit » marche à tous les coups sur moi.

To Your Eternity traite donc du voyage initiatique d’un être immortel dont on ne sait pour l’instant rien, ni pourquoi il est vraiment là, ni par qui il a été envoyé. On sait simplement qu’il peut personnifier les objets et êtres vivants qu’il touche et qu’il ne peut pas mourir. Il va incarner une pierre, puis un loup, puis un jeune adolescent, et sans doute beaucoup d’autres, car apparemment avec cette mangaka, on n’est pas au bout de nos surprises !

On n’a pour l’instant pas énormément de contexte et on suit deux histoires. Premièrement, celle d’un jeune garçon seul et de son loup, qui vit tant bien que mal sur une étendue de neige qui semble infinie. Le reste de ses semblables est soit mort soit parti chercher un monde meilleur. Il lutte au quotidien pour sa survie et rêve lui aussi de partir en expédition pour rejoindre sa famille. La deuxième histoire prend place au sein d’un village qui organise le sacrifice d’une petite fille (qu’on retrouve sur la couverture du tome 2) à la divinité locale. Comme vous pouvez le constater, rien de très très gai !

J’ai été captivée par ce récit dès le premier chapitre, c’est à la fois très dur et très beau, très cruel et très poétique, je vous invite à lire cette légende fantastique pour vous faire votre propre idée mais je dois bien avouer qu’il est rare que j’aime autant une série dès le premier volume. Les dessins sont à l’image du scénario, réalistes mais doux, j’ai noté toutefois une belle amélioration depuis A Silent Voice.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 1 par Beldaran

To Your Eternity T1

Oima Yoshitoki revient en France, cette fois-ci chez Pika avec sa dernière série en cours, To Your Eternity. Après A Silent Voice, édité par Ki-oon qui traitait du handicap, l’autrice nous entraine dans un voyage initiatique profondément bouleversant. La lecture de ce premier tome a été forte en émotions.

L’histoire nous est contée par un narrateur extérieur, celui qui a jeté une sphère sur Terre et qui nous donne quelques menues informations sur cette dernière. Concernant le narrateur, on ne sait rien, peut-être est-ce un Dieu ?

Sous nos yeux la sphère évolue jusqu’à devenir un loup et rencontrer un premier être humain dans un environnement rude. Ce premier chapitre introductif est terriblement immersif et prenant : une véritable claque. Le récit, très dur, est maîtrisé de bout en bout. On ne sait pas vraiment où la mangaka nous emmène mais on suit cet être immortel et ce jeune humain qui a passé de longues années seuls, perdus au milieu de cette vaste étendue recouverte de neige, avec beaucoup d’intérêt et de curiosité. Je ne m’attendais pas à un tel dénouement mais après tout, il s’agit ici de suivre l’évolution de l’être immortel au contact de la nature et des hommes. Derrière un scénario plutôt simple, des réflexions plus complexes se devinent, notamment en ce qui concerne la mort et la trace que nous laissons, cela peut être un dessin ou une personne qui se souvient que nous avons existé. Ce premier chapitre m’a vraiment marquée avec son ambiance particulière, immobile et silencieuse au sein de ce vaste espace enneigé. Voilà pourquoi l’arrivée de la seconde partie du volume est un petit électrochoc, à l’image de l’être immortel, le lecteur a droit également à des stimulations.

Le cadre change totalement et après la solitude, nous découvrons un village et « Il » passe au second plan. Le village Ninanna entretient une vieille tradition, sous la houlette de représentants de la ville de Yanome. Une jeune fille doit être sacrifiée au dieu Oniguma afin d’apaiser ce dernier. Un nouveau personnage apparaît, la jeune March, enjouée, choupinette au possible et qui rêve de devenir adulte afin d’être maman. Le premier chapitre a préparé le terrain donc le choc est légèrement atténué. Cependant, malgré le côté dur de l’histoire, les mimiques de la petite March viennent adoucir les angles. Sa rencontre avec l’être immortel qui gagne un nom au passage « Imm » est formidablement mise en scène. Lui qui est au stade de nouveau-né, gagne ses premières leçons auprès d’une petite fille. C’est très bien fait et surtout vraiment attendrissant.

En ce qui concerne les graphismes, on retrouve la patte de la mangaka avec des personnages très expressifs, la dernière page est formidable sur ce point. Le trait est fin et les décors détaillés. Les dessins participent au côté immersif de l’histoire.

To Your Eternity nous offre un premier tome beau et poétique. Cette quête initiatique, bien qu’encore mystérieuse sous de nombreux aspects, promet de belles choses pour la suite.

Tome 2 par Beldaran

To Your Eternity T2

L’histoire reprend où nous avions laissé notre petit groupe, en direction de la ville de Yanome. C’est l’occasion d’apprendre ce qui se cache véritablement derrière le rite d’Oniguma et il est difficile de dire quel est l’acte le plus détestable, entre l’aveuglement ou la concupiscence. Aux côtés de March et Palona, Imm fait des découvertes gustatives et s’émerveille des attraits de la ville. Naturellement, ce calme ne dure pas et le groupe est rattrapé par son statut de captif. Imm va alors expérimenter la douleur et accéder à une nouvelle évolution, plus intérieure cette fois-ci. C’est effroyable mais le traitement de ces scènes est particulièrement intelligent.

Imm reste, finalement, plutôt en retrait, faisant office de support à l'objectif de Palona de s’échapper. Cette dernière est animée d’une volonté farouche. Par le biais de flashbacks, bien insérés dans le récit, on apprend son passé, passé qui la pousse à veiller sur March. March reste égale à elle-même. Elle est comme une bouffée d’air frais dans ce contexte pesant.

La narration est toujours aussi immersive avec la tension qui va crescendo autour du plan d’évasion mis en place par Palona. C’est là que la mangaka décide faire quelque chose que je n’attendais pas du tout et qui a brisé mon petit cœur. Cependant, la suite du récit me va et surtout cette rencontre a permis à Imm de vraiment développer son « humanité ».

Alors que l’histoire aurait pu conserver une certaine linéarité, nous sommes surpris par la fin du tome qui nous en apprend un peu plus sur le créateur d’Imm et sur son objectif. Nous avons également droit à un grand moment d’action qui nous livre un antagoniste de taille et mystérieux pour le moment. La suite du voyage d’Imm promet d’être mouvementé.

Les graphismes sont toujours aussi beaux avec des points de vue ingénieux qui accentuent le dynamisme de l’histoire et qui offrent de belles scènes d’action. Les décors sont soignés et particulièrement détaillés.

Ce volume confirme l’excellente impression du premier tome, en proposant un récit palpitant et poignant.

Tome 3 par Beldaran

To Your Eternity T3

Le nouveau voyage d’Imm se poursuit aux côtés de Piolan qui l’amène dans un village où vit un vieil ami qui distille de l’alcool. L’histoire met sur le devant de la scène le jeune Googoo à qui le destin a joué de vilains tours mais qui a su rester droit et honnête.

Le ton de ce tome est totalement différent des deux premiers car le récit ne s’éloigne jamais trop du périmètre du village entre les champs et la forêt mais surtout nous offre de grands moments de tranche-de-vie.

La première partie est consacrée à la vie de Googoo qui suite à un accident et les lubies du Vieux Saké est devenu différent des autres. L’autrice aborde ici une thématique qu’elle avait déjà développé dans son œuvre précédente, A silent Voice, en traitant du regard des autres mais toujours avec justesse. La force du récit est là, il ne tombe jamais dans le pathos et reste pudique d’une certaine façon.

Le duo Imm et Googoo qui deviendra un trio avec la petite Linh, est très plaisant à suivre. A nouveau, Imm reste plutôt en retrait, nous percevons son évolution par le biais de Googoo. Ainsi Imm comprend un de ces pouvoirs et se rapproche toujours plus de l’être humain, même si leurs expérimentations à un moment m’ont fait frémir. Ces tests ont dévoilé un aspect inconnu de la personnalité d’Imm. Autour du binôme gravite la petite Linh, issue d'une grande famille, qui fait fugue sur fugue afin d’échapper au destin imposer par ses parents.

Finalement, l’histoire de ce volume tourne autour de la thématique de la destinée, même si la seconde partie du tome nous rappelle sa dimension fantastique avec l’apparition des ennemis de Imm dont on apprend le nom, Knocker. Cet aspect reste toujours aussi mystérieux et l’homme en noir n’est pas très bavard, même si nous glanons quelques informations, assez pour entretenir notre curiosité.

Le combat entre Imm et le Knocker est impressionnant avec un Googoo qui s’illustre brillamment et vaillamment. Décidément sa relation avec Imm est devenue forte et puissante, ce qui me fait logiquement craindre pour la suite car l’homme en noir l’a dit, Imm doit devenir plus fort et doit se déplacer pour cela.

Les dernières pages sont surprenantes. Le récit prend une tournure inattendue mais marque l’importance de cette rencontre pour Imm.

Les graphismes sont superbes avec des planches qui fourmillent de détails. C’est toujours un plaisir pour les yeux.

La série poursuit sur sa lancée et nous offre encore une fois une formidable aventure, humaine, avec des personnages particulièrement attachants.

Tome 4 par Beldaran

To your Eternity T4

La couverture donne le ton mais mon cœur n’était pas prêt.

Nous retrouvons le trio, 4 ans après les évènements contre le Knocker. Ils ont tous changé. Googoo a gagné en musculature mais porte toujours son masque. Lihn s’apprête à fêter ses 16 ans. Imm a bien évolué aussi, comme un véritable être humain. Il n’utilise plus ses pouvoirs et vit paisiblement aux côtés de la vieille Piolan et du vieux Saké. Il s’est forgé un endroit précieux. Son changement n’est pas que physique mais aussi mental. Il réfléchit plus par lui-même, il donne un coup de pouce à la relation de Googoo et de Lihn. Imm est devenu un humain qui sait ce qu’il veut et qui s’interroge sur son statut. Il n’obéit plus aveuglement à l’observateur. Car oui, ce dernier revient, suite à une très violente attaque du Knocker dont le déroulement et le dénouement sont terribles.

La narration est dynamique et captivante mais le récit est marqué par quelques facilitées, comme l’arrivée de Knocker qui nous entraine dans un combat dantesque, vraiment bordélique, peu lisible mais dont se dégage une puissance folle, grâce à des scènes incroyables.

L’arc se termine de manière surprenante et surtout de façon particulièrement marquante. Le rêve s’étire et se mélange au réel pour un résultat doux-amer.

Une nouvelle aventure attend Imm. Il comprend les conséquences du vol de mémoire par les Knockers et elles s’annoncent terribles. L’observateur se révèle, on le cerne mieux et Piolan, cette chère Piolan !

En revanche, je n’ai pas apprécié le dernier chapitre. Les nouveaux personnages sont profondément antipathiques, même si, pour le moment le mystère reste entier. Le passage qui conduit à l’île de Jananda est maladroit et ce début d’arc ne m’emballe pas, à voir la suite.

C’est un arc fascinant et poignant qui se termine. Imm a évolué, en apprenant à se comporter comme un humain. Cependant, la suite s’annonce compliquée.

Tome 5 par Beldaran

To your Eternity T5

C’est un nouvel arc qui est lancé et le changement de décor est total avec l’île prison de Jananda. L’arrivée d’Imm et Piolan a été forcée et surtout ils ont été séparés. Imm cherche désespérément la vieille femme. Leur arrivée sur l’île que j’avais trouvé assez artificielle est expliquée d’une certaine façon, par le retour d’une ancienne connaissance du duo.

L’intensité et plus particulièrement l’intérêt du récit divise le tome en deux. La première partie, linéaire, propose une chose assez surprenante, un tournoi qui permet de comprendre le fonctionnement du lieu où l’arène sert d’exutoire aux pires pulsions humaines.

A côté de cela, l’histoire revient sur le triste passé de Tonali. Le personnage se dévoile et ses réactions paraissent logiques dans ce lieu où règne la loi du plus fort mais où l’entraide est un élément central pour survivre. Malgré ces précisions, je ne m’y fais pas, le personnage reste antipathique. Cependant, la façon de penser de Tonali, réaliste, s’oppose à celle plus naïve, candide d’Imm que place à la vie avant tout et dont la logique des affrontements mortels dans l’arène, le perturbe. Le développement d’Imm sauve cette première partie avec notamment l’apparition d’une nouvelle transformation qui rappelle des souvenirs douloureux mais qui est joliment amenée.

Le basculement est assez brutal mais classique dans l’approche et la mise en scène, le knocker est là. L’élément a le mérite de relancer l’histoire en devenant plus dynamique. La mise en scène du combat est ingénieuse et malgré quelques facilités, Imm récupère ses formes perdues. Ce passage est touchant.

Cependant, le dernier combat d’Imm dans l’arène ne se passe pas comme prévu avec un adversaire déjà connu et qui m’a totalement surprise. Le dénouement du combat est également surprenant mais les dernières pages me laissent perplexes.

Ce nouvel arc ne m’emballe pas vraiment. Je n’accroche pas aux nouveaux personnages et le lieu n’est pas assez exploité. Il faut reconnaître le talent de la mangaka pour créer des arcs différents et variés qui apportent toujours quelque chose à l’immortel et à l’histoire d’une manière générale.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 6 par Beldaran

To your Eternity T6

Contre toute attente Imm perd la finale, pour la place de chef, face à une ancienne connaissance, Hayase qui a tout orchestré afin de conserver l’immortel pour elle seule. Elle a développé une adoration malsaine à l’encontre d’Imm. Tonali qui a récupéré le titre de chef organise l’évacuation des enfants mais tout ne va pas se passer comme prévu, fichu Knocker. C’est une sacrée bataille qui s’engage car à l’image d’Imm qui évolue, le Knocker fait de même et utilise les artifices les plus abjects pour arriver à ses fins.

Les liens tissés tout au long de l’arc se révèlent précieux et encore une fois tragiques, fatalement. J’avoue que la formule me lasse un peu, même si de belles scènes héroïques sont proposées au sein d’une mise en scène soignée qui offre un rendu assez immersif. Imm est toujours aussi révulsé à l’idée à tuer et l’adoration d’Hayase passe un cap. L’arrivée d’Imm a finalement modifié le destin de l’île prison, à voir si les habitants arriveront à se débarrasser de leurs pulsions meurtrières pour apprendre à vivre ensemble.

L’intérêt du tome réside dans la dernière partie de l’arc avec notamment la discussion entre Imm et Hayase qui est totalement cinglée mais l’histoire ne semble pas en avoir fini avec elle.

Le dernier chapitre fait office d’épilogue mais pas seulement pour l’arc terminé. Imm se questionne sur sa place auprès des gens qu’il aime, comme Piolan, à cause de l’apparition meurtrière du Knocker. Cependant, on ne se débarrasse pas de la vieille Piolan comme ça. J’ai adoré ces dernières pages qui sont tellement importantes pour la suite. L’homme en noir se veut plus présent dans le récit. Il fait office de guide, même si son objectif et sa nature restent mystérieux. Le chapitre met en lumière le talent dont témoigne l’autrice depuis les premières pages, dans le déroulement de cette quête initiatique.

J’ai eu énormément de mal avec l’arc Jananda car je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’histoire. Cependant, la dernière page du volume frappe et pose de nombreuses questions. Me voilà impatiente de découvrir la suite.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

  • Scénario
  • Dessin
5

En conclusion

Une claque !!! Je ne savais pas à quoi m’attendre, résultat : ce premier volume est une vraie réussite ! C’est triste, c’est beau et ça nous embarque. J’ai été happée dès les premières pages par la poésie que dégage ce titre. C’est pour l’instant un vrai coup de cœur, vite ! La suite !!!

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)