Under the Blue Sky

Under the Blue Sky


Résumé :

Kôhei Takagi est un jeune lycéen de Tokyo qui arrive sur une petite île, où il va rapidement se lier d’amitié avec un de ses camarades de classe, Yûta Hoshino. Peu à peu, entre ciel bleu et chant des cigales, leur relation va s’approfondir… Découvrez aussi trois autres histoires d’amour tout aussi délicates…
Source : Taifu comics

Avis principal par Maella

Dans son ensemble, j’ai beaucoup apprécié le recueil de one-shot. Les histoires ne se ressemblent pas les unes les autres et nous embarque dans différents registres, ce qui est assez plaisant.

Under the blue sky nous raconte l’histoire de Kôhei, nouveau arrivant sur l’île et Yûta, son camarade de classe. Le premier est timide et semble froid aux premiers abords, tandis que le second est plus sûr de lui et chaleureux. Très rapidement, les deux lycéens deviennent des amis proches jusqu’au jour où Yûta surprend Kôhei et une fille lui faisant sa déclaration d’amour.
Au premier abord, l’histoire semble vraiment simple et clichée. Et effectivement, elle l’est. Les surprises ne sont donc pas au rendez-vous, mais là où ce one-shot basique arrive à convaincre, c’est sur le côté sentimental et la place accordée aux personnages. En effet, tout est centré là-dessus. Les dialogues sont très peu nombreux et courts et laissent place à un dessin évocateur qui parle à la place de Kôhei et Yûta. Les sentiments de chacun sont donc mis en avant par de nombreux plan fixes où l’on voit presque toutes les pensées du personnage sur son visage. Résultat, pas de dialogues réellement superflus, seulement Kôhei et Yûta qui cherchent à faire comprendre à l’autre à quel point il tient à lui. Même si leur relation peut sembler couler de source, Yûta se pose tout de même quelques questions sur ce qu’il peut ressentir auprès de Kôhei et sur le fait qu’il soit un garçon. C’est donc une première histoire très douce et apaisante, sans prise de tête que nous offre l’auteur.

Night&Co raconte comment Kazuhiro, un employé, vit le mariage d’Hisashi, qu’il aime depuis le lycée sans jamais le lui avoir dit. Lors du mariage, il croise à nouveau Azuma, qui avait remarqué à l’époque, l’amour de Kazuhiro envers Hisashi. De ce « secret » s’est alors créée une relation qui ne dura pas longtemps.
Encore une fois, Aoi Aki nous offre une histoire simple mais agréable à lire. Les sentiments sont à nouveau bien mis en avant, mais parfois de façon assez confuse à mon goût. En effet, je n’ai pas su dire au final qui Kazuhiro a réellement aimé au fil des années, même si ses retrouvailles fortes en émotions avec Azuma ont été plus ou moins évocatrices. Dans la même veine que la première histoire, celle-ci est construite de façon douce et touchante.

La forêt de l’au-delà m’a laissée perplexe. Difficile pour moi de bien résumer l’histoire ou même de donner un avis concret puisque je ne l’ai pas vraiment comprise… Ce troisième récit nous embarque cette fois dans un univers fantastique auprès de Sahiko, un moine et d’un esprit renard. Il dégage une atmosphère à la fois philosophique, à travers les dialogues des protagonistes et poétique à travers les dessins et le contexte.

Et enfin, Sous une pluie de rêves nous emmène dans un univers singulier où humains et scénaristes, des êtres à part qui décident de la vie des « personnages » dont ils ont la charge. Reiji Yasuda est un scénariste chargé du scénario de Nobuyuki Segawa. Il sait qu’il ne doit en aucun cas prendre contact avec Nobuyuki, mais finit par tout de même aller à sa rencontre et s’attache à lui.
Une histoire compliquée dont il m’a fallu plusieurs lectures avant de réellement comprendre le fond et la forme. Je vais encore me répéter, mais l’auteur nous emmène dans un univers poétique, à l’ambiance particulière et qui se veut assez sensible. Les scénaristes sont montrés comme des êtres vivants insensibles, devant écrire leur scénario quoi qu’il en coûte, peu importe si cela peut faire souffrir l’humain dont ils ont la charge. Comme le dit Yasuda, tout est calculé à l’aide de probabilités qu’il détermine, puis il écrit le scénario : ainsi est le rôle des scénaristes. Mais au contact de l’être humain, il se rend compte petit à petit que la manière dont il vit n’est pas ce qu’il souhaite. On sent que, petit à petit, il se met lui aussi à devenir humain, c’est-à-dire ressentir des émotions, et remet en question son « travail ».

Pour résumer, je dirais que Under the Blue Sky est une œuvre assez particulière possédant une sensibilité parfois étrange, surtout pour les deux dernières histoires qui ne sont pas faciles à comprendre mais qui sont assez recherchées pour le coup par rapport aux premières qui sont plus simples et plus centrées sur les sentiments amoureux.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Une jolie œuvre tout en poésie, sentiments et émotions.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)