Walking Cat

Walking Cat

Résumé :

Les zombies ont envahi le pays. Jin entame un périple pour retrouver sa femme, Satoko. Aujourd’hui, il traverse une forêt mais doit s’arrêter car il aperçoit un groupe de cinq zombies en train dévorer une proie. Il se cache derrière un arbre et commence à étudier la situation pour s’enfuir de là. C’est alors qu’un chat blanc arrive à pas légers avant de foncer à vive allure vers une souris. Malheureusement pour lui, un autre zombie surgit et attrape la souris. Sans réfléchir, Jin prend son couteau et exécute le zombie. Il ramasse ensuite le chat et déguerpit avec. Jin ignore encore que ce chat va lui servir de compagnons pendant un long moment. Source : Kana

Avis principal par Beldaran

Au mois de juin, les éditions Kana publiaient le premier volet d’un triptyque apocalyptique à base de zombies. Cette série nous permet de découvrir le travail de Tomo Kitaoka. Je ne suis pas une adepte de récits de ce type mais j’ai vraiment apprécié ma lecture. En revanche, les amateurs du genre risquent d’être déçus.

Le monde a déjà basculé dans l’horreur et pullule de zombies. Nous ne savons pas comment ni depuis quand et ce n’est pas le propos pour le moment. En effet, nous suivons l’attachement qui se créé entre l’humain Jin Yahiro et le chat Yuki. L’univers est peuplé de zombies qui en tant que tels avancent lentement, très lentement et agissent en bande. Jin étant un citoyen lambda, n’a aucune information sur la situation et survit comme il peut. Il est à la recherche de son épouse, Satoko. Cependant, nous ne sommes pas réellement au cœur d’un récit horrifique, certes il y a des zombies mais ils font partis du décorum. L’ambiance générale de l’histoire évoque plutôt une sorte de tranche-de-vie légère qui se développe dans un monde qui a sombré. Cette touche de légèreté est apportée par le chat, Yuki qui poursuit sa vie féline, loin des tourments du monde. Il chasse, il joue, il essuie une peine de cœur.  C’est à travers ses yeux que nous observons la dévastation. Il apporte à Jin un peu de lumière, lui évitant de basculer dans le désespoir.

Le récit avance grâce à des pirouettes scénaristiques classiques, comme la rencontre fortuite avec un scientifique qui lui explique le fonctionnement des zombies et qui l’aiguille vers une île où se sont retranchés des survivants.

Le rythme de la narration est appréciable car il se construit autour de chapitres courts qui apportent des éléments différents et qui évitent une certaine routine dans la manière de conter l’histoire.

Les évènements de la fin du tome surprennent par leur tournure et nous touchent. Par la suite, il suffit de jeter un œil aux visuels des trois tomes pour comprendre qui est réellement le personnage principal de l’histoire.

Les graphismes sont agréables, avec un rendu plutôt réaliste des êtres vivants. Les zombies présentent un design bien sale et dégoulinant. Le travail sur Yuki est très bon. Ses réactions sont travaillées, à l’image d’un vrai chat. Le trait de l’auteur est particulièrement fin et soigné. Il n’y a pas de grandes scènes où ça découpe à tour de bras mais certaines sont assez dures.

Pour l’édition, nous sommes dans les standards de l’éditeur, c’est donc très correct avec une bonne qualité d’impression. La traduction, signée Pascale Simon, est plaisante.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Kana.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Walking Cat propose une autre vision du récit de zombies qui ne plaira pas à tout le monde mais qui m’a séduite. Vive les chats!

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)