Yako et Poko

Yako et Poko


Résumé :

Dans un monde différent du nôtre, où chacun possède son robot qu’il programme à son goût, Yako est mangaka et Poko est son robot-assistant. Chez eux, le niveau de technologie est différent de celui auquel nous sommes habitués. Les robots sont performants, parlent et aident vraiment les gens, mais les ordinateurs sont excessivement lents et une simple recherche sur internet peut prendre plusieurs dizaines de minutes.
Source : Manga Sanctuary

Avis principal par Beldaran

Les éditions Komikku ont le chic pour dénicher les titres atypiques ainsi le dessinateur de la série Mes petits plats faciles by Hana, revient avec un manga très original.

Yako et Poko nous transporte dans un univers futuriste qui nous est rapidement présenté. Il y a des robots divisés en trois modes : l’optimal, le brouillon et le bon à rien. Ces robots se retrouvent partout dans la vie quotidienne, leur efficacité au travail dépendant de leur mode choisit à l’achat. Chose surprenante, dans cet univers, malgré les robots, la technologie a régressé, les ordinateurs et autres téléphones portables sont devenus particulièrement lents et plus vraiment utilisés. Ce monde qui de prime abord semble simple, fourmille de détails, se révèle riche et surtout parfaitement structuré. J’ai adoré le service éclair de la poste pingouin.^^

Le fil rouge qui lie les chapitres est cette fameuse quête des stylos Yukko, vieux stylos qui représentent les souvenirs de leur créateur à travers une couleur. Cette recherche donne au récit un sentiment de nostalgie. Cependant, l’on s’aperçoit rapidement que cette mission n’est qu’un prétexte à l’histoire et que l’on s’en écarte souvent au profit des pérégrinations de Yako et Poko. La recherche des stylos Yukko nous conduit à la rencontre de différents personnages aussi originaux les uns que les autres et nous permet de poursuivre la découverte de cet univers. Découverte qui semble être l’unique objectif du récit.

Dans ce monde nous suivons Yako, mangaka, qui possède un robot en mode « brouillon » Poko. Le choix de ce mode s’explique plus l’histoire avance. Notamment si on compare son travail de mangaka avec celui d’Olive qui collectionne les modes optimaux (qui possèdent tous des noms de grands artistes du XIXe siècle). Cela donne un côté nostalgique à Yako car sa façon de travailler appartient définitivement au passé. La relation entre les deux personnages principaux est très simple et douce car même si Yako ne déborde pas de sentiments, on perçoit un véritable attachement à son robot chat. Poko est tout simplement adorable, dans sa façon de voir la vie, les gens qui l’entoure, même s’il a des prises de conscience sérieuses vis-à-vis de son statut « brouillon ».

De nombreuses informations nous sont données par Poko sur le métier de mangaka et la création d’un manga : très intéressant et mignon bien évidemment.

Les graphismes sont adorables : tout mignons, tout ronds. Ils renforcent cette impression de douceur que dégage le récit.

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Yako et Poko est une tranche de vie touchante qui se déroule dans un monde futuro-nostalgique. La lecture est vraiment plaisante et reposante.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)