Zodiac love

Zodiac love


Résumé :

Masataka s’occupe du temple qui abrite les 12 animaux du zodiaque. Kotarô, quant à lui, est un jeune homme possédé par l’esprit du chat, Koma. Leur sanctuaire ayant été incendié, ils cherchent un nouvel endroit où vivre. C’est ainsi qu’il fait la rencontre de Masataka, qui se dit prêt à accueillir l’esprit et son hôte. Source : Taifu

Avis principal par Beldaran

En avril dernier les éditions Taifu ont accueilli dans leur catalogue une nouvelle mangaka, Isami Matsuo avec une courte série, Etoiro Koizoushi alias Zodiac Love en français. En parcourant les pages, difficile de ne pas penser à la série Fruits Basket puisque le récit s’articule autour des signes du zodiaque chinois mais la comparaison s’arrête là.

L’histoire nous entraine dans le quotidien du sanctuaire qui accueille les 12 animaux du zodiaque et dont s’occupe le prêtre Masataka Kani. La vie bien huilée du temple est chamboulée par l’arrivée de Kotarô Komano, jeune homme lié à l’esprit du chat. Le récit présente très rapidement l’origine des 12 signes et surtout comment le chat fut dupé par le rat. Cette ancienne rancœur rythme les quatre chapitres qui présentent chacun, un animal particulier. Il est rapidement dévoilé que tous les mois Masataka est possédé par un signe différent et s’approprie les capacités de l’animal concerné. Le procédé est intéressant car renforce l’atmosphère fantastique du titre et surtout offre un bon rythme au récit. L’enjeu du tome est bien sûr l’acclimatation du chat, Koma, au sanctuaire et ce n’est pas chose aisée car si ce dernier est réfractaire, les autres signes ne sont pas franchement emballés non plus mais sont prêts à faire un effort. En filigrane, se dessine une intrigue plus « sombre » en lien avec le sanctuaire du chat qui a poussé Kotarô et Koma a demandé l’hospitalité au sanctuaire des 12. Un groupuscule mystérieux semble vouloir récupérer à tout prix le jeune homme possédé par le chat mais gare au sanglier !

Un des points fort du tome, c’est l’humour. J’ai ri lors de certains passages, forts cocasses et notamment lors du mois du sanglier. Le fait que l’ensemble des 12 commente la relation entre Masataka et Kotarô est très plaisant également. La déception vient justement de cette relation qui apparaît comme un cheveu sur la soupe. Il n’y a pas de réelle construction et le rendu est particulièrement artificiel, à voir par la suite comment cela va évoluer.

Du côté des personnages, les 12 sont formidables bien sûr, chacun ayant une capacité qui lui est propre, vraiment exacerbée. En ce qui concerne les humains, il est difficile de juger Masataka car il est sous l’influence permanente des 12, possède-t-il une personnalité originale ? Il s’entiche trop rapidement du pauvre Kotarô. J’ai vraiment du mal avec le personnage en fait. Kotarô est attachant et touchant car il fait tout ce qui est en son pouvoir pour Koma. Il est déstabilisé par les « attaques » de Masataka (on le comprend) et le dernier chapitre concernant le rat, est émouvant.

Les graphismes sont soignés avec des décors variés. Les animaux ont de bonnes bouilles. En revanche, il y a des couacs de proportions pour les humains avec notamment des problèmes dans le rendu des visages.

L’édition est très agréable avec une page couleur. La traduction est vraiment sympa.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Taifu Comics.

Tome 2 par Beldaran

Zodiac Love Vol.2

Après le coq, le chien, le sanglier et le rat, Kotarô découvre Masataka sous l’emprise de 4 nouveaux animaux, qui s’affichent en couverture, le bœuf, le tigre, le lapin et le dragon.

C’est exactement le même procédé que pour le tome précédent, un chapitre par signe mais cette fois-ci l’action quitte le temple des 12 et l’univers s’enrichit avec de multiples informations.

Le sanctuaire de Koma est au cœur du récit. Nous le découvrons avec le flegmatique bœuf et Masataka totalement stressé de rencontrer sa future belle-famille. On saisit l’ampleur de la tragédie lorsqu’on observe la destruction du lieu. C’est l’occasion pour le fameux Nogi de refaire une apparition mais le pauvre est toujours hanté par le signe du sanglier qui n’a pas envie de lâcher l’affaire. D’ailleurs grâce à cela il est capable de discerner les dieux maintenant. Il n’a pas tout perdu.

Le signe du tigre nous permet d’en apprendre plus sur les signes. Derrière sa froideur, Yoshihiro cache sa gentillesse et sa peur de blesser les petits animaux. Koma tombe en totale adoration car c’est bien connu, les chats adorent les tigres. C’est l’occasion pour une évolution déterminante de la relation entre Masataka et Kotarô qui permet à Koma de reprendre du poil de la bête !

Lors du lien avec le lapin Mikoto, le temple des 12 reçoit la visite de la tortue Kumano concernant un problème dans un étang de la ville. Le récit met en avant que les temps changent, que le monde des humains est toujours en mouvement et que les divinités sont oubliées. C’est touchant mais rapidement expédié, le lapin a d’autres chats à fouetter. D’ailleurs, les scènes érotiques sont particulièrement nombreuses dans ce volume. Vous voilà prévenus.

Le dernier chapitre avec le dragon bouscule le récit. Kôetsu est le plus ancien donc est très respecté par les autres mais un évènement chamboule la vie du sanctuaire. Cependant, Masataka n’a pas dit son dernier mot.

La narration est toujours aussi entrainante. Il est plaisant de découvrir le quotidien des 12, surtout que l’humour est toujours bien présent avec les signes qui commentent la vie, notamment sexuelle, des deux amoureux. En revanche, le petit point qui me dérange c’est la relation Masataka, Kotarô. Je n’accroche pas.

Il y a du mieux dans le dessin. On ressent parfaitement quels animaux habitent Masataka. Il est très classe en tigre et pas commode en dragon.

Nous avons droit à une nouvelle page couleurs et comme toujours pensez à jeter un œil sous la jaquette.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Taifu Comics.

Tome 3 par Beldaran

Zodiac Love Vol.3

La présentation des 4 derniers animaux du zodiaque, le serpent, le cheval, le mouton et le singe marque la fin de l’aventure avec ce troisième volume.

Le premier chapitre concerne le serpent (Kagari) et nous permet de découvrir, enfin, le passé de Masataka et surtout ce qui l’a conduit à être le Gardien des animaux du zodiaque. Le passage est touchant et surtout triste mais montre que l’ombre du signe du chat plane sur son existence depuis le début. Cela permet de comprendre un aspect de sa personnalité. Kotarô commence à s’affirmer et cela sera plus marqué au fil des pages, ce qui est très plaisant à découvrir.

Le mois suivant fait place au cheval (Kumano) et ses envies de soirée dansante au grand dam de Kotarô qui n’aime pas la foule. Le récit met en avant ce que je n’apprécie pas chez Masataka, son côté possessif envers Kotarô qui se soucie rarement de son consentement. Heureusement, le chat montre enfin les dents et tient tête au grand prêtre qui arrive à ses fins malgré tout.

C’est au tour de Konami, le mouton tout doux d’entrer en scène et d’affronter son ennemi de toujours, le redoutable loup qui dans les faits est vraiment mignon. C’est le type de chapitre agréable à découvrir car nous permet de quitter l’enceinte du sanctuaire et surtout de donner du corps à l’univers. L’union charnelle entre Masataka et Kotarô a eu un impact inattendu sur ce dernier. Cela permet à l’autrice de mettre en avant l’attachement du chat au gardien.

Les premiers chapitres nous y préparaient et avec le mois du singe (Mitsumasa), place à la procession nuptiale qui scellera définitivement l’union entre Masataka et Kotarô. C’est le récit 100% émotions avec un Kotarô qui s’interroge sur ses sentiments et qui nous offre un dialogue adorable.

Le fil conducteur du volume est l’affirmation des sentiments de Kotarô qui étaient passablement oubliés jusqu’à présent. Chaque chapitre présente une voire deux scènes de sexe, toutes liées aux caractéristiques particulières des animaux du zodiaque. A l’image des deux autres tomes, l’humour fait mouche et rend la lecture agréable. La mise en scène de la procession est vraiment jolie et permet de retrouver les 12 au grand complet.

Isami Matsuo nous propose, en trois volumes, une série fort sympathique. Le récit est original avec de nombreuses pointes d’humour. Cependant, j’ai eu du mal avec le couple, notamment avec le caractère de Masataka.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Taifu Comics.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

Zodiac Love nous offre une plongée intéressante et réussie aux côtés des 12 animaux du zodiaque chinois. Je suis assez impatiente de connaitre la suite.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)