Bungô Stray Dogs

Bungô Stray Dogs

Avis principal par Beldaran

Résumé : Atsushi Nakajima a été chassé de son orphelinat. Sans-le-sou, il croise la route d’un duo d’étranges détectives tandis qu’ils pourchassent un tigre mangeur d’hommes terrorisant la population… Ces détectives appartiennent à une agence particulière qui mène des enquêtes souvent dangereuses dans le plus grand secret, là où la police et l’armée refusent d’intervenir.
Source : Crunchyroll

 

Bûngo Stray Dogs était un des animes du printemps que j’attendais le plus. J’étais très emballée par le concept d’utiliser de grands écrivains du panthéon littéraire japonais en guise de personnages, surtout en leur conférant des pouvoirs. Mes attentes étaient sûrement trop grandes car je ressors déçue de cette première saison (la série animée, composée de 24 épisodes, a été divisée en deux parties, la seconde sera disponible en octobre prochain).

Cette première saison fait office de grosse introduction. Ainsi, c’est par le biais de l’orphelin Atsushi que nous allons intégrer l’Agence de détectives et en découvrir ses membres de manière plus ou moins approfondi. Le scénario quand on y réfléchit est somme toute assez simple, ce qui à la limite n’aurait pas été un problème si la narration avait suivi. Cette dernière est laborieuse, entre les flash-backs à répétition concernant le passé d’Atsushi et le problème de gestion de ton, cela donne quelque chose de difficile à suivre.
Je crois que le ton du récit est ce qui m’a le plus dérangé car clairement, au vu du syno, je m’attendais à un rendu plus mature. Ainsi, on passe de scènes particulièrement intenses et dures à de la grosse poilade qui fait grincer les dents. L’humour est très mal utilisé et parfois en trop grande quantité. Ce qui est dommage, c’est que l’histoire nous livre rapidement un adversaire intéressant avec l’organisation de la mafia portuaire mais même les affrontements restent lisses, ce n’est pas assez travaillé et c’est clairement rageant car on sent qu’il y a du potentiel.

Du côté des personnages, que vous connaissiez ou non les auteurs desquels ils s’inspirent vous ne serez pas perdu car on apprend pas grand-chose et le peu qu’il y a, est tourné en dérision. J’ai eu du mal à m’attacher à eux, déjà parce que certains ne sont absolument pas développés et d’autres sont de telles caricatures que cela en est crispant. Le personnage principal, Nakajima Atsushi est assez exaspérant, les flashbacks sur son triste passé sont lourds (un à chaque épisode, voire plus) mais j’aime bien son look et son pouvoir. Le duo qui tient la boutique et celui qu’on voit le plus, Dazai /Kunikida. Je suis fan de Dazai et de ses multiples tentatives de suicides avortées : le pauvre. Il possède un côté nonchalant et on ne sait jamais vraiment à quoi il pense. Il est tout l’opposé de son binôme, Kunikida, très rationnel, peut-être trop. Mais leur association fonctionne.
Je ne peux pas m’étendre sur les autres personnages de l’Agence car ils ne sont vraiment pas assez développés.
Dans le camp adverse, il y a Akutagawa qui sort du lot et qui est plutôt pas mal comme antagoniste, même s’il n’y a rien de bien original dans son comportement.
En bref, j’espère que la saison 2 va étoffer le tout car pour le moment c’est léger, léger.

 

En revanche, j’ai totalement été séduite par les graphismes que j’ai trouvé beaux. L’animation est très sympa. L’ost n’est pas exceptionnelle contrairement à l’opening et l’ending qui sont vraiment chouettes.

Fiche réalisée grâce à l’accès presse de Crunchyroll.

  • Scénario
  • Dessin
3.3

En conclusion

Bûngo Stray Dogs offre une première saison en demi-teinte. L’histoire n’est pas assez travaillée et pénalisée par un humour trop présent. Il faut espérer que la saison 2 apportera un peu plus de poids à cet univers dont on sent qu’il possède un potentiel certain.

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)