Captain Tsubasa (2018)

Captain Tsubasa (2018)

Avis principal par Maccha

Tsubasa est un jeune garçon fan de football. Son rêve ? Devenir le meilleur footballer au monde ! Nouveau en ville, il va découvrir de nombreux jeunes talents avec qui il pourra progresser et tenter de réaliser son rêve ! Par ailleurs, le jeune joueur peut compter sur Roberto, une star du football brésilien, pour le conseiller et surmonter tous les obstacles ! Assistant à un match improvisé, un joueur va énormément le marquer. Mais qui est ce jeune prodige qui garde les buts comme personne ? Tsubasa réussira-t-il à le surpasser ?
Source : ADN

Ah, Captain Tsubasa… Une série qui a marqué toute une génération, que cela soit au Japon, en Italie sous le titre « Holly e Benji, due fuoriclasse » ou en France sous le nom « Olive et Tom »… De mon côté, je regardais la série tous les soirs après l’école dans les années 90 en Turquie où elle était diffusée sous le titre « Küçük Golcü / Le petit buteur ». Que de souvenirs donc. Je n’ai jamais été une fan de foot et à part certaines rencontres sportives importantes, je ne regarde pas les matchs. Et pourtant j’aime toujours autant regarder les matchs de Tsubasa et de son équipe Nankatsu contre leurs différents adversaires. Je suivais donc le premier anime de 1983 qui comptait 128 épisodes. La série avait déjà connu un remake en 2001 sous le titre Captain Tsubasa: Road to 2002 / Olive et Tom : Le Retour qui reprend celle de 1983 en plus court avec des ajouts à l’occasion de la Coupe du Monde 2002. Je n’ai pas trop suivi ce remake, qui visuellement était meilleur que la série des années 80 mais n’apportait pas beaucoup à l’histoire. Enfin, voici qu’en 2018, une nouvelle série animée qui apparait pour adapter plus fidèlement le manga original, en remettant au goût du jour la série de 1983.

On retrouve donc Tsubasa, un garçon passionné par le foot, inséparable de son ballon depuis tout petit. Il vient d’emménager dans sa nouvelle ville où il finit par rejoindre le club de foot de Nankatsu, un « club de chèvres », pour défier Genzo Wakabayashi, un gardien de but de talent. Il va remonter avec lui toute une équipe, de joueurs passionnés de foot mais qui jusqu’ici ne gagnaient pas, grâce à l’aide d’un ex-international brésilien qui devient leur coach, en voyant la lueur chez ce talentueux garçon. On suivra donc Tsubasa depuis le primaire de match en match, aux interclubs contre Wakabayashi, son Golden duo avec Misaki, au tournoi départemental puis national en primaire puis au collège, dans l’espoir de partir à Brésil et devenir pro, son rêve étant de devenir le meilleur joueur au monde. Sur son chemin, il rencontrera d’autres joueurs de grand talent, comme Wakabayashi, les frères acrobates Tachibana, le karatéka Wakashimazu, le prodigieux Jun Misugi, ou encore le tigre féroce Kojiro Hyuga.

C’est avec beaucoup de nostalgie que j’ai regardé cette série. J’ai retrouvé mon enfance avec tous ces personnages. On retrouve les scènes mythiques et l’esprit de la série est conservé. A l’époque je ne me rendais pas vraiment compte à quel point les jeux étaient surréalistes, avec les pelouses infinies et des techniques improbables. Les matchs ne durent plus aussi longtemps dans la nouvelle version et la pelouse n’est plus un champ infini. Cependant c’est toujours aussi surréaliste avec des techniques de jeu improbables et exagérées. Il ne faut pas chercher la crédibilité ou le réalisme dans cette série, ni le respect des règles du jeu ou des lois de la physique. Il ne faut pas oublier que c’est un divertissement et il ne s’agit pas de vrais matchs. On est en plein shônen avec des noms d’attaques des différents joueurs qui ne quittent jamais la pelouse, même avec des blessures graves ou le corps en miettes. Quand j’étais jeune, j’étais bluffée par toutes ces acrobaties improbables qui me font rire aujourd’hui mais qui continuent à m’impressionner par la mise en scène. C’est toujours aussi divertissant et excitant. La première saison se passe à l’école primaire et la seconde reprend l’histoire à la dernière année du collège, 3 ans après l’histoire de la première partie. On espère que la suite du manga sera également adaptée.

Une remise au goût du jour est faite au niveau de l’adaptation de la série à notre époque, avec notamment l’apparition des smartphones ou des tablettes dans la série. Bien sûr, la série bénéficie des techniques d’animation actuelles et les graphismes sont meilleurs que ceux de la première série. Cependant la série de 1983 avait son propre charme. Personnellement j’aime les deux versions. La nouvelle version a l’avantage et le désavantage d’être plus rapide. L’avantage, parce qu’on ne perd pas de temps avec les grands parcours de terrain et on retrouve les scènes principales en raccourcissant les matchs. Mais du coup, c’est aussi un peu expéditif par moments et on vit moins intensément les choses. Je pense notamment à la partie avec Misugi en primaire, qui m’avait beaucoup plus touchée à l’époque et elle termine un peu trop rapidement à mon goût dans cette nouvelle version.

Contrairement en France ou en Italie à l’époque, la version turque gardait les prénoms et les génériques japonais. Du coup, il m’est paru normal de retrouver les prénoms japonais des personnages mais les fans français de l’ancienne série risquent d’être un peu déroutés de ne pas retrouver les noms de la version française. J’ai été également ravie de retrouver le générique de début de l’ancienne série (japonais bien sûr) comme générique de fin de la nouvelle version, même si j’avoue que j’ai trouvé cette remix un peu bizarre au départ, comme si quelqu’un chantait au karaoké, jusqu’à ce que je comprenne qu’elle était chantée par les seiyûs des différents personnages en fonction de l’épisode, une idée bien sympathique en effet. Les génériques de début sont également sympathiques et la musique accompagne bien les scènes épiques. J’aime aussi le générique de début de la deuxième saison qui me donne envie de danser à chaque fois.

Fiche réalisée grâce au service de presse d’ADN.

  • Scénario
  • Dessin
3.8

Résumé

Une belle réadaptation modernisée d’une série qui a marqué des générations avec la passion de foot. Toujours aussi surréaliste mais toujours aussi épique. Vivement la suite !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)