Girls’ Last Tour

Girls’ Last Tour

Avis principal par Beldaran

Résumé : Voilà bien des années que notre civilisation et ses trésors ont disparus. Toute espèce vivante semble s’être éteinte, à l’exception de quelques rares êtres humains. Les villes, autrefois complexes et ordonnées, se sont transformées en véritables labyrinthes en ruine. Les machines, désormais dépourvues d’entretiens, ont, quant à elle, peu à peu cessé de fonctionner. Deux jeunes filles parcourent ce monde sans fin, privées de but. À bord de leur autochenille préférée, Chito et Yuuri errent au milieu des ruines. Source : Wakanim

La série animée est l’adaptation d’un manga, signé Tsukumizu, publié par l’éditeur Shinchosha depuis 2014 et toujours en cours avec 5 tomes parus. Elle a souvent été rapprochée de l’anime Made in Abyss, paru la saison d’avant. Je suppose que c’est par rapport au chara-design tout rond des personnages car nous sommes sur deux univers totalement différents. Cependant, les deux œuvres se rejoignent par leur côté profondément original et atypique.

Girls’ Last Tour nous offre un long voyage contemplatif au cœur d’anciennes villes qui évoquent fortement nos mégalopoles actuelles. C’est au sein de cette ambiance silencieuse et dans ce décor morne que le récit nous plonge dans une certaine monotonie. Au fil des épisodes, ce monde fait de béton et de ferraille se dévoile et révèle un univers de science-fiction profondément cohérent et surtout bien construit. L’humanité semble s’être quasiment auto-détruite et avec elle tout l’écosystème de la planète. Il n’y a plus de vie, sauf quelques machines qui s’agitent encore mais qui s’éteindront bientôt. Le ton est réellement mélancolique avec une portée philosophique importante. En effet, de nombreuses réflexions sont développées sur la nature même de l’homme et nous pousse à nous interroger. Le récit est beau et triste à la fois mais surtout vraiment poétique. Il y a un passage avec la pluie absolument magnifique et poignant. Le dernier épisode conclue bien, d’une certaine façon, la série car apporte certaines informations sur ce monde et notamment sur sa fin.

Dans cette ambiance étrange nous suivons un duo complémentaire. Chito, la conductrice, a un esprit très scientifique. Elle est la tête pensante du groupe. Son opposé, Yuuri vit sans trop se prendre la tête et n’a qu’un objectif, manger. Pourtant cette dernière est celle qui nous offre le plus de remarque percutante, « être ami avec le désespoir » étant la plus pertinente finalement. Le duo fonctionne très bien et nous offre de beaux moments d’humour et d’amitié. Leur route va croiser quelques êtres humains mais leur voyage se déroule majoritairement dans la solitude, ce qui rend d’autant plus prenant un passage du dernier épisode.

L’animation est sympathique. Le côté mignon des personnages est aux antipodes du monde dépeint. C’est ce point qui le rend d’autant plus attractif et qui allège, un peu, le ton sérieux du récit. J’ai vraiment apprécié les musiques. L’opening et l’ending sont très agréables.

  • Scénario
  • Dessin
4.3

En conclusion

Girls’ Last Tour propose un voyage contemplatif intelligent et de toute beauté. C’est une très grande réussite !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)