It’s Okay, That’s Love

It’s Okay, That’s Love

Avis principal par Missmatsu

Résumé : Jang Jae-Yeol est un écrivain à succès, dragueur et arrogant, qui souffre de TOC suite à une enfance compliquée. Ji Hae-Soo est une psychiatre un peu psychorigide, qui souffre d’un traumatise envers les hommes. D’abord comme chien et chat, ces deux êtres vont doucement apprendre à s’apprivoiser et tenter de remédier aux blessures profondes de chacun…
Source : Drama Passion

Casting :

Acteurs Rôles
Gong Hyo Jin Ji Hae Soo
Jo In Sung Jang Jae Yul
Lee Kwang Soo Park Soo Kwang
Do Kyung Soo (D.O. des EXO) Han Kang Woo
Sung Dong-Il Jo Dong Min
Yang Ik Jun Jang Jae Bum
Lee Sung Kyung Oh So Nyeo
Jin Kyung Lee Young Jin
Cha Hwa-Yun Mère de Jae-Yeol

Bon, autant vous prévenir tout de suite, cette critique va être longue, très longue. Parce que It’s Okay, That’s Love, c’est mon dernier gros, que dis-je, immense coup de cœur du moment. Diffusé cette année en Corée du Sud, ce n’est qu’à sa fin que je le découvre vraiment et c’est suites aux propos très élogieux de Estalyne (du blog Dramaic) sur le sujet que je décide de me lancer dans l’aventure, chose que je n’avais à la base pas prévu pour tout de suite…

It’s Okay, That’s Love met en scène la vie de Jang Jae Yul, un écrivain de renommée et celle de Ji Hae Soo, une jeune psychiatre. Alors que celle-ci souffre d’un traumatisme l’empêchant d’avoir des contacts physiques dans ses relations amoureuses, Jang Jae Yul, très sur de lui, semble intouchable. Pourtant, cet auteur de talent cache un passé douloureux…

A première vue, le drama semble peu innovant. Il nous montre comment les deux protagonistes principaux vont pouvoir guérir leurs blessures côte à côte. Ce scénario promet une romance difficile au vu du traumatisme de Hae Soo, mais peut-être pas plus. C’est ce que je pensais en tout cas. Et pourtant, quelle richesse renferme cette histoire! Je me suis sentie immédiatement prise dans les tourments des héros, qui pour une fois, ne sont pas préoccupés uniquement par leur avenir amoureux. Et laissez-moi vous dire une chose, cela fait extrêmement de bien. Ce drama n’est pas niais comme le sont beaucoup de séries du genre. Les personnages ont de vrais problèmes, des soucis dans lesquels les spectateurs peuvent peut-être se retrouver, qui les font réfléchir. Il y a une certaine maturité et un naturel qui ressortent de l’oeuvre et qui la rendent très appréciable. On est très loin de la plupart des trames légères du drama où les seuls obstacles qui se dressent entre les deux personnages principaux sont la popularité ou la richesse du garçon et la pauvreté de la fille. Cela fait beaucoup plus « vrai » et évite beaucoup de clichés du genre. Il n’y a qu’à voir le nombre de tabou qui sont évoqués: sexe, maladies mentales, traumatismes sont des thèmes que l’on voit très rarement dans le monde du drama mais qui sont ici traités avec justesse. Cela casse tous les non-dits des dramas en général.

Mais attention, ce n’est pas parce que le drama traite de maladies sérieuses qu’il n’est pas drôle. Il est même bourré d’humour. Je me suis vraiment sentie faire partie de la bande d’amis de Hae Soo, je riais et pleurais avec eux. Il y a une complicité immense entre les personnages qui fait que l’on est pris dans toutes leurs émotions. Les scènes plus joyeuses étaient renforcées par l’utilisation de musique légères qui faisaient vraiment sourire sans que l’on s’en rende compte. Et même si les derniers épisodes de la série sont beaucoup plus durs, on ne tombe jamais dans le pathos, alors qu’il y avait pourtant matière à le faire avec le personnage de Jae Yul, pour ne citer que lui. Et mieux, ça a beau être très dur à regarder, la série parvient à garder de sa bonne humeur. J’ai vraiment eu la sensation de suivre de vraies personnes et non plus des personnages de drama, parce que c’était juste la vie, avec ses hauts et ses bas et sans aucune exagération pour faire pleurer dans les chaumières. Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais je n’ai pas eu l’impression que le scénario devenait plus triste juste parce qu’il fallait un final triste comme dans tous les dramas, c’était vraiment nécessaire à l’histoire et à l’accomplissement des personnages.

Juste un petit mot sur le final de la série quand même, et promis, je fais court et sans spoiler. J’appréhendais beaucoup ce final, parce que jusque là, It’s Okay, That’s Love avait atteint un niveau de perfection que je ne le croyais pas capable d’atteindre. Et comme beaucoup de dramas se terminent de façon pathétique ou juste peu satisfaisante, j’avais vraiment peur d’être déçue et que cette fin casse toute la perfection dont avait fait preuve le drama jusque là (non non, je ne pense pas du tout à The Mermaid). Si vous avez peur comme moi, n’avez absolument aucune inquiétude, parce que IOTL est parfait de bout en bout. C’est bien simple, je n’y trouve absolument aucun défaut. Cette fin est à l’image de la série: émouvante, drôle, profonde, qui fait pleurer et sourire en même temps (vous deviendrez maître de cet art en regardant It’s Okay, That’s Love, si c’est pas un argument de persuasion ça!). Franchement, je ne suis pas déçue du tout de cette conclusion.

Le domaine psychiatrique apporte beaucoup à l’oeuvre de mon point de vue. Pour certains, il est trop présent, pour d’autres, trop tiré par les cheveux pour qu’il soit crédible. Mais pour moi, au contraire, ce domaine est vraiment utilisé à bon escient. Il n’y a qu’à voir les cas de Jae Yul et de Hae Soo, ou même encore Soo Kwang et So Nyeo. Si cet aspect n’était pas présent, les personnages n’auraient pas cette profondeur qui est si plaisante et qui les rend plus attachants. J’ai trouvé qu’il apportait beaucoup de maturité au titre. Avec White Christmas, c’est le drama qui traite le mieux ces personnages que j’ai vu. Sans vous parler des personnages principaux, parce que je vais m’étendre dans la suite, certains cas des patients de Hae Soo étaient très touchants également.

Vous l’aurez compris, j’ai absolument et totalement succombé aux personnages. Ils se montrent tous extrêmement touchants, attachants et sont très travaillés. Je me suis vraiment sentie concernée par chacun de leurs soucis, de leurs joies aussi bien que de leurs tristesses. Comme dit plus haut, je me sentais presque faire parti de la bande d’amis de Hae Soo.

J’aimerais voir plus d’héroïnes du genre de Ji Hae Soo. Elle était vraiment attachante et très naturelle. Lorsque l’on découvre le personnage, on n’y voit qu’une femme forte et peu attachée à son entourage. Mais lorsque l’on s’y attache de plus près, que l’on découvre ce que lui fait son petit ami, Choi Ho et l’ampleur de son traumatisme, on ne peut que s’y intéresser et commencer à compatir face à sa situation délicate. En effet, elle ne peut avoir une relation amoureuse comme tout le monde, puisque les rapprochements physiques la mettent dans un grand état de stress. Et on découvre alors une femme plus délicate et fragile qu’elle ne laisse paraître. Sous ses airs intouchables, elle est en réalité blessée par le comportement de sa mère et ce traumatisme est bien plus important que ce qu’on croit à la base. Et sa volonté de prendre une année sabbatique et voyager comme elle l’entend seule, ce n’était qu’une façon de s’échapper et de se sentir libre pour elle. J’ai vraiment adoré ce personnage. Je trouve qu’elle a deux facettes: elle est à la fois très vache (je ne trouve pas d’autres mots ^^) avec les autres et aussi très douce, parfois enfantine avec Jae Yul. J’ai eu l’impression que cet aspect plus fort de sa personnalité était en fait une protection et qu’elle ne montrait que sa véritable personnalité avec son homme. Elle était en effet, réellement adorable et touchante avec lui.

Mais malgré mon amour pour cette héroïne, je ne peux nier que le plus intéressant est sans conteste Jang Jae Yul. Tout comme elle, c’est un personnage à deux facettes que j’aurais adoré découvrir au fur et à mesure de l’histoire. Il apparaît tout d’abord comme un play-boy très sur de lui et qui n’a pas peur de vivre comme il l’entend, que ça plaise ou non. Sa franchise séduit donc en premier lieu. Et puis, il faut dire que c’est en partie cela qui rend sa relation avec Hae Soo si plaisante et pleine de piquant. Puis, on découvre son passé et l’on comprend que cette sûreté est aussi bien une carapace pour se protéger que Hae Soo. On découvre en effet sa situation difficile lorsqu’il était enfant et sa relation compliquée avec son grand frère, qui l’accuse du meurtre de leur beau père. Je ne peux pas trop en dire pour ne pas trop spoiler (chose que je ferais plus tard d’ailleurs), mais je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il se dévoile de cette manière, cela m’a vraiment laissée sur les fesses si vous me permettez l’expression. Mais de bout en bout, je trouve que c’est un personnage qui est traité de façon très humaine et qu’il est difficile de ne pas compatir à sa situation. Et sur la fin, il se montre tellement touchant, il m’a été impossible de ne pas fondre en larme face à la détresse du personnage et au fabuleux jeu de l’acteur. Un personnage mené de main de maître de bout en bout.

Et au centre de tout ça, nous avons Han Kang Woo, un jeune lycéen qui poursuit le rêve de devenir écrivain et vénère le style de Jang Jae Yul. A la base, le personnage intrigue et amuse dans sa relation très fraternelle avec son idole. J’ai adoré chacune de ces scènes avec le héros, elles étaient à la fois amusantes et plus touchantes au fur et à mesure que l’histoire avançait. C’était adorable et apportait à la fois de l’humour et de l’émotion. Mais que ça aille jusque là, JAMAIS je n’y aurais pensé, vraiment.

Kang Woo fut donc un personnage travaillé de main de maître que j’ai adoré. Sans lui, le drama perdait toute son intensité.

Pour en revenir aux deux héros, le couple qu’ils formaient étaient vraiment un gros bol d’air frais. J’ai adoré chacune de leur petite scène et même mieux, chacun de leur petit rapprochement me mettait dans un état d’hystérie affolant (j’exagère à peine). Le couple est piquant, plein de répartie, tout en étant touchant, adorable et très vrai. Comme je l’ai déjà dit, je n’avais pas l’impression de suivre un drama, mais plutôt de voir un vrai couple qui évoluait en face de moi. Ils apportaient un vrai vent de maturité à Dramaland qui était très plaisant. Et puis sur la fin, ils étaient tellement unis, forts et à la fois dépendants l’un de l’autre, c’était très beau et touchant. C’est un couple beaucoup plus mature que la plupart des duos dans les dramas, peut-être parce que les personnages ont passé la trentaine. Mais cela faisait plaisir de les voir avec des problèmes plus sérieux que « omg omg on s’est touchés la main, on est amoureuux ». C’était un réel plaisir à suivre.

Pour ce qui est des personnages secondaires, j’ai adoré les suivre car ils sont presque autant travaillés que les deux héros. Soo Kwang est un des locataires qui vit avec Hae Soo. Victime de la maladie de Gilles de La Tourette, il cache lui aussi de profondes blessures, notamment dans ses relations avec les autres, qui le discriminent en raison de sa maladie. J’ai trouvé ce personnage extrêmement touchant et convaincant. Il faisait vraiment mal au cœur quand il avait ses crises. Mais c’est aussi lui qui apportait beaucoup d’humour à la série et qui allégeait bien souvent le ton quand Jang Jae Yul était au plus mal. J’étais toujours morte de rire dans ses interactions avec celui-ci d’ailleurs, qui se finissaient toujours de la même façon: « si tu fais ça pour moi, je t’appellerais Hyung! » ^^. Son couple avec So Nyeo était vraiment touchant et mignon. Sur le coup, la jeune fille m’exaspérais quand je voyais à quel point elle se servait de Soo Kwang, qui étais pourtant si gentil avec elle. Mais comme tous les autres personnages, elle finit par se dévoiler et par montrer ses blessures. Elle est à la fin vraiment touchante, parce que son problème relevait plus de maladresses au final. Dong Min était un véritable soutien pour tous les personnages. Je ne peux pas dire que ce fut un coup de cœur, mais je trouve qu’il avait vraiment sa place au sein du groupe et qu’il était plus que nécessaire. Jae Bum fut un protagoniste presque fascinant. Frère de Jae Yul, c’est un prisonnier récidiviste qui n’a que la vengeance en tête. Mais là où il se montrait énormément touchant, c’est qu’il est lui même convaincu de son innocence et que l’on ne sait, pour le coup, jamais vraiment qui croire. Sous ses airs menaçants, il paraissait parfois enfantin et il était difficile de lui « en vouloir ».

Je ne connaissais aucun acteur de la série, mais tout ce que je peux dire, c’est que ce fut d’excellentes découvertes que j’ai eu là. Gong Hyo Jin et Jo In Sung furent deux excellentes surprises. Ils font passer leurs émotions de brillante façon. Franchement, qu’ils soient heureux, tristes ou énervés, je les suivais toujours grâce à leur jeu d’acteur tout simplement merveilleux. Gong Hyo Jin était tout simplement magnifique dans le rôle, elle avait une prestance incroyable. Et Jo In Sung, je crois que j’ai vraiment eu un immense coup de cœur sur son jeu. Il est juste bourré de charme. Et la façon dont il faisait passer les émotions de son personnage, rien qu’avec ses yeux était très impressionnante. Mais les autres ne sont pas en reste : Lee Kwang Soo nous livre une prestance juste du syndrome de La Tourette, Yang Ik Jun est tout simplement fascinant et Do Kyung Soo (alias D.O. du groupe EXO) s’en sort à merveille pour son premier rôle. De très très bons acteurs donc.

Je suis réellement tombée amoureuse de l’OST de It’s Okay, That’s Love. Mélangeant chansons coréennes et titres américains, elle est diversifiée et très agréable à écouter. Là où les morceaux coréens (comme Sleepless Night, Best Luck ou encore It’s Okay, That’s Love ♥) apportaient douceur et émotions, les morceaux américains apportaient une ambiance très plaisante. Des titres comme Hero apportaient beaucoup d’émotions tandis que Cross my mind ou Sunboats étaient en parfaite adéquation avec les scènes et faisaient vraiment sourire plus encore. Un très bon choix de morceaux donc!

  • Scénario
5

En conclusion

Je crois que la longueur de mon pavé parle de lui même. Il y a beaucoup à dire sur It’s Okay That’s Love, parce que c’est tout simplement un drama sublime qui ne devrait pas vous laisser indifférent. Il est touchant, drôle, mature, émouvant, intelligent, différent. Les personnages sont poussés et attachants, les acteurs excellents, les musiques sublimes, il traite de façon brillante de la différence. Franchement, je n’y vois absolument aucun défaut.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)