Les 12 Royaumes

Les 12 Royaumes

Avis principal par Beldaran

Résumé : Yoko est une jeune fille dont les rêves sont hantés par des myriades de créatures fantastiques. Un jour, un étrange individu du nom de Keiki vient à sa rencontre et lui révèle qu’elle est «l’élue » et qu’elle doit le suivre dans son monde afin d’accomplir sa destiné. Pour se défendre, Yoko reçoit de Keiki une mystérieuse épée qu’elle est la seule à pouvoir manier. Elle et ses amis se retrouvent ainsi projetés malgré eux dans un univers totalement inconnu : l’univers des Douze Royaumes. Livrés à eux-mêmes dans ce nouveau monde, Yoko et ses amis vont devoir, pour survivre, affronter maints dangers et périples. Ainsi commence la Légende des 12 Royaumes… Source : manga news

 

Les 12 royaumes est une adaptation de huit romans écrits par Fuyumi Ono. Ils ont été publiés en France par Milan en 12 tomes. C’est une saga d’aventure fantastique à l’univers très riche, largement inspirée du folklore médiéval chinois.
Le résumé peut paraître classique, pour la énième fois des lycéens sont propulsés dans un univers parallèle, très différent du leur, etc… La comparaison avec les autres séries de même type s’arrête là pour notre plus grand bonheur.

L’univers des 12 royaumes apparaît complexe au fur et à mesure de sa découverte. Son organisation est surtout très originale. La population y est très hiérarchisée, le fonctionnaire est très respecté car il incarne le summum de la réussite sociale, quand la majorité de la populace cultive des terres ou gère des boutiques.
Ce monde a été créé par l’Empereur Céleste et divisé en 13 parties avec au centre la mer jaune et sa montagne où naissent les Kirins. Elle est entourée de huit royaumes et à l’extrémité a été mis en place quatre royaumes supplémentaires (à chaque début d’épisode, une carte est présentée pour situer le déroulement de l’action, ce qui est appréciable). Les Kirins possèdent une fonction très importante, ils leur incombent le choix du souverain pour chaque royaume. Il y a donc 12 Kirins pour 12 royaumes. Ils peuvent être masculin (Ki) ou féminin (Rin).
Il y aurait énormément de choses à écrire sur le mode de vie, la richesse de l’architecture et des décors en tout genre car nous sommes littéralement plongés dans cet univers asiatique très soigné. Mais je vous laisse la surprise de la découverte. La richesse se retrouve également dans les costumes, très variés, des différents protagonistes : enfin des personnages qui ne sont pas tout le temps vêtus de la même façon ! Un véritable plaisir pour les yeux.

La réussite de l’animé ne tient pas seulement grâce à cet univers fouillé et travaillé mais surtout grâce aux personnages et celui de Yoko en tête. Cette dernière est une élève modèle, appréciée par tous, qui ne fait rien qui sorte du cadre rigide, imposé par la société. Son seul problème (pour le moment) c’est la couleur de ses cheveux : elle est rousse, ce qui lui vaut des remarques sévères de la part de ses professeurs et de sa mère. C’est là que se pointe le kirin Keiki pour embarquer Yoko au royaume de Kei. Dans sa panique, deux autres personnages sont du voyage Asano et Sugimoto (celle qui croit dur comme fer aux épées magiques et autres créatures). Ces deux protagonistes sont un ajout de l’animé et apportent un plus à l’histoire, offrant un éclairage différent sur la personnalité de Yoko et surtout sur son évolution. Yoko est profondément agaçante au début, elle pleure beaucoup et ses cauchemars ne l’aident pas vraiment. L’histoire va la façonner.  J’ai beaucoup apprécié son évolution. Elle s’endurcit, devient totalement cynique et un brin cinglée sanguinaire à un moment, pour finir par se remettre en question, changer, décider, douter et développer une forte volonté.

Les 39 épisodes n’adaptent pas seulement les péripéties du voyage de Yoko et offrent de nombreux personnages hauts en couleur, traités de façon très intéressante avec leur propre destin. Ces épisodes peuvent se découper en trois parties : la première avec l’arrivée de Yoko, le deuxième qui donne plus d’informations sur les kirins, en s’attardant sur celui du royaume de Tai et la troisième qui revient sur Yoko avec une autre vision de ce monde et surtout du royaume de Kei. Les 6 oavs adapte le livre « La majesté des mers », entièrement consacré au roi du royaume d’En : Shôryû qui est un personnage fort sympathique et qui gère ses terres d’une main de maître. Son Kirin est aussi bien fun.

La réalisation est correcte pas vraiment originale mais reste agréable. Les musiques sont superbes et mettent en exergue la richesse du monde des 12 royaumes.

 

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Les 12 royaumes proposent une immersion totale à la suite de Yoko dans un univers d’heroïc fantasy aux teintes asiatiques, très fouillé, aux thématiques multiples et aux personnages bien campés. Une superbe série à voir et à revoir.

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)