Mes Voisins Les Yamada

Mes Voisins Les Yamada

Avis principal par Maccha

Résumé : Nonoko Yamada, une petite fille espiègle au franc parler, nous présente chaque membre de sa famille peu ordinaire : Son père, Takashi Yamada, homme d’affaires un peu bougon ; sa mère, Matsuko, au naturel spontané, un peu fainéante, vite démoralisée par les tâches ménagères et autres travaux domestiques. Quant à Naboru, son grand frère, il déteste étudier. Et enfin Shige, sa grand-mère, une septuagénaire bien bavarde qui ne rate pas une occasion de donner son avis sur tout et de s’amuser des querelles du couple. Source : allociné

Mes Voisins les Yamada est un long métrage de 1999 réalisé par le regretté Isao Takahata au sein du Studio Ghibli. Il s’agit d’une adaptation du manga éponyme de Hisaichi Ishii publié entre 1991 et 1997 dans le journal Asahi Shinbun qui montre le quotidien de la famille Yamada sous forme de yonkoma (manga en 4 cases).

Le film reprend le style épuré du manga, avec un joli effet d’aquarelle supplémentaire, et garde le principe de succession de sketchs sans véritable fil conducteur. Le graphisme et le sujet sont assez différents de ce qu’on voit dans les films du studio mais la qualité est toujours au rendez-vous. Personnellement, je trouve que le style graphique a son charme et je trouve dommage qu’on soit rebuté par le dessin même si je comprends que cela surprend. Je trouve que la simplicité et l’effet aquarelle apportent de la légèreté et une douceur agréable.

Au niveau du scénario, il ne faut pas s’attendre à une histoire extraordinaire ou linéaire, il s’agit des tranches de vie d’une famille avec les petits tracas et petites anecdotes de la vie quotidienne, présentées parfois de manière décalée mais toujours pleines d’humour. On suit ainsi les petites aventures de Takashi, un salaryman; son épouse Matsuko, femme au foyer; leur fils Noboru, lycéen; la petite Nonoko; la grand-mère Shige et Pochi, le chien. Bien sûr, on retrouve les petits détails typiques du mode de vie japonais mais certaines choses sont universelles et on peut se reconnaître dans ces personnages ou dans les situations qu’ils vivent.

L’autre particularité du titre est la narration qui est une succession de courtes séquences plus ou moins indépendantes. Personnellement cela ne m’a pas gênée même si cela peut paraître long au bout d’un moment. A la fin des séquences, on retrouve des haïkus, ce que j’ai trouvé bien sympathique.

Globalement, j’ai bien aimé le film même si parfois cela part un peu dans tous les sens et les passages entre certaines scènes m’a paru peu évidents. Certains gags m’ont laissée indifférente mais j’ai quand même passé un bon moment dans la bonne humeur. J’ai aussi beaucoup aimé certaines scènes, comme le passage avec la représentation de la vie de famille après le mariage, plein d’images et de références notamment aux contes japonais, qui peuvent passer inaperçues. J’ai trouvé cette partie assez poétique. J’ai également aimé la scène de fin avec la chanson qui va bien avec l’esprit du film et de cette famille qui vit sans trop se prendre la tête. D’ailleurs la bande son est assez sympathique.

Ce n’est pas le meilleur film du studio mais c’est un film qui a son propre charme.

 

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Un film du studio Ghibli avec des graphismes particuliers dont la simplicité va bien avec l’ambiance relaxante. On suit les tranches-de-vie d’une famille japonaise un peu décalée où on peut se reconnaître. Un film bien sympathique dans la bonne humeur.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)