No Game No Life

No Game No Life

Avis principal par Kûkaku

Résumé : Sora et Shiro, frère et soeur passionnés de jeux vidéo incroyablement doués, se sont élevés au rang de légende urbaine. Mais aux yeux du monde extérieur, ils ne restent que des NEETs et des Hikikomoris. L’apparition de Teto, un jeune garçon se faisant appelé « Dieu », va changer le cours des choses.
Loin du monde réel, qu’ils considèrent comme un « jeu pourri », Teto entraîne nos deux héros dans un univers parallèle où la violence est proscrite et où tout conflit se règle par une partie de jeu. Des 16 peuples vivant là bas, les « Humains » sont les plus faibles. Suite à de trop nombreuses parties perdues, leur terre et leur nombre sont presque réduits à néant. Grâce à leur talent, Sora et Shiro pourront-ils inverser la tendance et sauver les Humains ? Source : Manga News

 

Très très bonne surprise que No Game No Life en cette nouvelle saison d’animes. Le synopsis me faisait vraiment de l’œil et les épisodes ont su répondre à mes attentes.

No Game No Life nous entraine, comme beaucoup ces temps-ci (Log Horizon, Btooom! presque, Sword Art Online), dans un monde virtuel sans pour autant que celui-ci soit un jeu vidéo. Ici, les protagonistes n’ont pas le choix, ils y sont emmenés de force, qu’ils le veuillent ou non. Dans ce monde bien coloré, tout se décide par le jeu, le jeu et encore le jeu. Rien n’aurait pu être plus intéressant pour nos deux héros passant leurs journées les yeux rivés, ou pas, sur un écran à enchainer les victoires sur divers jeux. Sora et Shiro, NEET et geek accomplis, cherchaient en effet à s’échapper de leur petit monde réel et sont donc ravis d’être tombés dans un univers ne jurant que par le jeu. Ils découvrent rapidement que dans cet univers, les humains sont tombés en bas de « la chaîne alimentaire », si on peut dire ça comme ça, et ne possèdent presque plus de terres. En plus de cela, un tournoi a été organisé pour désigner le prochain Roi du « pays ». Attendez, vous avez bien dit tournoi?
Faisant alors la rencontre de la petite fille de l’ancien souverain et de la prochaine prétendante au trône, Sora et Shiro ne vont, bien entendu, pas rester les bras croisés en attendant que tout se termine.

D’un point de vue scénaristique, rien de bien original -deux geeks qui se retrouvent à jouer-, cependant, l’histoire est menée avec brio et est vraiment entraînante. Dès la fin du premier épisode, on en redemande, on veut la suite! Le même schéma est retrouvé à la fin du deuxième, puis du troisième, et ainsi de suite. On se retrouve finalement propulsé dans les histoires entre les différentes races et royaumes de ce nouveau monde, sans se poser de questions sur l’ancien monde, réel, de Shiro et Sora. A vrai dire, cela importe peu. J’ai en effet beaucoup aimé le fait qu’on nous explique ici, réellement, le pourquoi du comment les personnages ont pu se retrouver dans ce monde virtuel. Pas de mystère, tout est bien défini lors du premier épisode -et on en apprend un peu plus à la fin du quatrième-, les conditions et règles du jeu sont bien mises en place, la situation est claire et bien expliquée. Pas de brainstorming inutile pour savoir qui a pu faire une telle chose et pourquoi. Rien que ça, c’est du bon.

Ensuite, les jeux, eux aussi, sont franchement excitants et en tant que « gameuse », je ne peux que jubiler devant le skill -le niveau, la technique, le fait qu’ils sont super doués, si vous voulez- de nos deux héros. C’est réellement génial de les voir mener leurs adversaires par le bout du nez, à tour de rôle, et de les voir se compléter comme ils le font. Lorsque Sora a un problème, Shiro prend la relève et vice-versa. Du pur bonheur, vraiment. Pour le moment, je peux dire que j’ai adoré la partie d’échecs « vivants » qu’ils ont joué. Elle était vraiment bien pensée et réellement drôle.
Eh oui, très bon point ici, on garde beaucoup d’humour dans les jeux, dans les répliques et les situations, même si celles ci tournent parfois vers du fan service -d’où le label Ecchi-. Ce petit côté ecchi ne m’a pourtant pas dérangée plus que cela, puisqu’il n’est pas trop poussé, ni trop lourd, et j’espère que l’on continuera avec cette pseudo-légèreté.

Côté graphisme et OST, je suis servie et comblée. Je trouve les graphismes absolument sublime -là on peut dire qu’ils font preuve d’originalité- et ce que ce soit au niveau du chara-design, des paysages ou des couleurs. Au niveau des paysages, tout est vraiment très « féerique » et les plans panoramiques du monde virtuel sont tout simplement à couper le souffle. Les personnages quant à eux sont beaux -j’aime beaucoup les contours surlignés en rouge pâle- et leurs yeux encore plus. J’apprécie énormément les détails des yeux des personnages joueurs -si l’on considère la masse comme des personnages non joueurs, en gros-, les variations de couleurs et d’expressions qu’ils subissent, et les costumes entiers qu’ils portent. Un vrai régal pour les yeux, je vous le dit.
Je suis également fan des opening et ending qui sont réellement bien choisis et bien réalisés. Il en va de même pour les OST internes, qui ont juste la classe et puis c’est tout. Du bon donc, du très bon.

Enfin, en ce qui concerne les personnages, je ne vais pas trop m’étaler puisqu’ils sont tellement simples à comprendre que bon…
Sora est le genre de héros, dans ce type d’animes, que j’adore. Il est intelligent, il est doué -un rien taré-, il a la classe, il le sait, il l’assume et il le montre.
Shiro, très mignonne mais pas moins badass que son grand frère. Elle est adorable, intelligente, douée, elle le sait, elle l’assume et elle le montre.
Steph, qui empoche le rôle de la nunuche à gros seins, eh bien, joue très bien son rôle. Nunuche à gros seins. Bon, elle a de la chance, quand même, elle est pas si stupide que ça on dirait, et c’est tant mieux.
Tet, le petit dernier, le Dieu du Jeu, est lui tout simplement adorable et reste encore un peu énigmatique. J’ai réellement hâte de voir ce qu’il va se passer entre lui et nos deux protagonistes.
Je ne doute pas que quelques autres personnages rejoindront la bande et j’ai hâte de les découvrir eux aussi.
Dans No Game No Life, franchement, on ne se casse pas la tête. On joue.

Bref, honnêtement, je pense que c’est un de mes animes préférés de la nouvelle saison -histoire de faire suite à Noragami.

 

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Un très très bon début qui annonce un très très bon anime, tout du moins je l’espère.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)