Remember

Remember

Avis principal par Kûkaku

Résumé : Seo Jin Woo est un lycéen atteint du syndrome hyperthymésique, ce qui lui permet de se remémorer chaque jour dans les moindres détails. Son père, Seo Jae Hyuk, développe quant à lui la maladie d’Alzheimer, lui faisant ainsi perdre la mémoire. Du jour au lendemain, Seo Jae Hyuk est accusé d’un crime qu’il n’a jamais commis et se voit alors condamné à mort.
Quatre ans plus tard, Jin Woo devient avocat dans le but d’innocenter son père et faire arrêter le réel coupable, mais la corruption et les traitrises incessantes ne feront qu’entraver sa route.
Sera-t-il capable de faire entendre la vérité, alors que chez lui aussi, Alzheimer commence à grignoter ses souvenirs ?
Source : Nautiljon/Wikipedia

Casting :

Acteurs Rôles
Yu Seung Ho Seo Jin Woo
Park Min Young Lee In Ah
Nam Gung Min Nam Gyu Man
Park Sung Woong Park Dong Ho
Jeong Hye Seong Nam Yeo Gyeong
Kim Hyeong Beom Seo Jae Hyuk

J’ai généralement du mal à suivre des dramas sur une longue période, mais quand ils sont intéressant, que dis-je, captivant, je ne peux m’arrêter avant d’avoir atteint la dernière seconde du dernier épisode. C’est le cas de Remember, qui à même sur me retenir sur plusieurs semaines, étant donné que j’ai commencé la série lorsqu’elle était toujours en cours et que donc tous les épisodes n’étaient pas disponibles.
Ce drama conte l’histoire poignante et criante de réalisme d’un jeune lycéen, Jin Woo, et son père se trouvant accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Il subit le blâme général à la place d’un jeune homme d’affaire issu d’une riche famille pour qui la loi ne veut rien dire. Dans un monde au dessus du commun des mortels, Nam Gyu Man se contrefiche bien des conséquences de ses actes irréfléchis. Ici, tout s’achète, les témoins, les inspecteurs, les juges, les preuves… En bref, tout ce qui est nécessaire pour mener une vie de rêve tout en marchant sur le monde entier. Jin Woo et son père doivent alors faire face à cet ignoble personnage au tribunal. Ce qui ajoute sa touche de drame à l’histoire est la condition spéciale partagée par Seo Jin Woo et son père. L’un est atteint d’Alzheimer et ne peut donc être sûr de sa propre innocence, ne se souvenant plus des faits. L’autre se souvient du moindre détail de ses journées et ce depuis toujours. Ce qui pourrait alors sembler être un don, une mémoire absolue, se révèle finalement être une épée à double tranchant. La condition fondamentalement anormale de Jin Woo va évoluer dans la pire des directions possible au fil du drama et cela ne fera que compliquer sa quête de la vérité dans le but de prouver l’innocence de son père et de condamner Nam Gyu Man.

Dans les grandes lignes, c’est ce dont parle le drama, mais les différents personnages introduits compliquent toujours un peu plus le déroulement des choses, et il ne serait pas aisé d’en parler sans dévoiler des éléments clefs du scénario. Parmi eux, on retrouve quelques personnages principaux : Lee In Ah, Park Dong Ho, le Secrétaire Ahn, les procureurs Tak et Hong, le juge Kang et le père de Nam Gyu Man, Nam Il Ho. La petite soeur de Nam Gyu Man, interprétée par Jeong Hye Seong est en tête d’affiche, mais je l’ai trouvé bien trop effacée lors du drama pour la considérer comme un personnage principal…
J’ai adoré toutes les relations unissant les différents personnages et notamment celles développées auprès du Juge Kang et du secrétaire Ahn, secrétaire de Nam Gyu Man, à partir de la deuxième moitié de l’histoire. Grâce à eux, on sent que le vent commence à tourner et que la justice commence à reprendre le dessus sur les manipulations du groupe de Nam Il Ho. En effet, celui ci, bien que « peu présent », protège son fils tout au long de la série depuis le derrière de la scène et se charge maintes et maintes fois d’essuyer ses bavures. Derrière son personnage, on aperçois clairement la cruauté de l’homme d’affaire qui a mis sa vie en jeu pour son entreprise et qui est prêt à tout pour la faire perdurer. Corruption, mensonge, trahison, manipulation et meurtre, rien ne l’arrête et la course du monde se joue sur une simple partie d’échec. « Lorsqu’une personne devient inutile, débarrasse t’en ». Avec un père comme celui ci, on ne peut que comprendre pourquoi Nam Gyu Man a grandi pour devenir ce qu’il est, mais cela ne le rend pas plus appréciable. Il fait preuve de comportements abjects du début à la fin et même si le dénouement laisse un petit goût amer -je ne spoilerai pas-, il le méritait.
Tous les personnages listés précédemment ont leur rôle à jouer tout au long du récit, et ces rôles eux mêmes ne cessant de changer, l’histoire tissée au long de ces changements se révèle vraiment inattendue et passionnante. Je l’ai malgré tout trouvée un peu longuette sur certains épisodes, puisqu’il y avait des passages quelque peu redondants, notamment lorsque tout se dresse sur le chemin de Jin Woo et que rien n’avance, mais ça n’a pas duré si longtemps, et le scénario a su se dépatouiller finement.

Parmi tant d’autres, le plus gros point positif de ce drama est probablement le jeu des acteurs. Ils sont tous plus charismatiques les uns que les autres et donnent tellement dans leur jeu, c’est réellement excellent. Nam Gyu Man m’a impressionnée par sa colère et sa folie, Seo Jae Hyuk par son jeu sur Alzheimer extrêmement prenant, Seo Jin Woo par son excellence et Park Dong Ho par son air de dandy gangster -j’ai également succombé à son accent-. Ce sont les personnages que j’ai le plus apprécié -artistiquement parlant, non pas pour leur actions- au cours de ce drama, mais cela ne se cantonne pas qu’à cela. Chaque jeu est peaufiné pour être au meilleur des niveaux et c’est tellement agréable à regarder que l’on oublierait vite que ce sont de simples acteurs.
Un petit bémol est à noter tout de même, encore une fois, pour la soeur de Nam Gyu Man, que j’ai trouvé peu convaincante -décidément, je n’appréciais pas l’actrice dans Oh my Venus!, ce n’est pas Remember qui lui a sauvé la mise…- ainsi que son père, bien trop « monochrome » même si cela colle bien avec le caractère froid et cadré du personnage, et la mère de Lee In Ah. A côté de ça, j’ai particulièrement adoré la transformation drastique appliquée au détective Kwak après son emprisonnement. Cet enfoiré a su revêtir la peau d’une toute autre personne et j’ai trouvé cela plutôt comique et tellement ironique.

Reste également à noter l’atmosphère toujours pesante et impressionnante ressentie au cours du drama. Tout est mis en scène pour insister sur les faits, et l’image est accompagnée d’une bande son tellement intense qu’il est difficile de ne pas la remarquer et surtout de ne pas l’apprécier. Elle a contribué grandement à la bonne impression immédiate que j’ai eu lors du visionnage des premiers épisodes.

J’aimerais parler un peu du dénouement, sans spoiler, donc brièvement, mais le spoil est possible, donc mieux vaut ne pas lire avant d’avoir fini le drama. L’histoire est tissée de telle sorte que l’on sait dès la moitié de la série comment cela va se terminer. On se dirige vers une fin inévitable, puisqu’on ne peut malheureusement parfois pas échapper à certaines circonstances, on le sait, et c’est déprimant. Les deux derniers épisodes sont particulièrement intense, lourd et ont été difficile à regarder, pour moi qui suis souvent très impliquée dans les histoires que je décide de suivre. Ce qui arrive est attendu, et cela rend la fin d’autant plus amer qu’on savait que cela allait finir par arriver mais qu’on avait pas pour autant souhaité.
Pour aggraver la chose, je n’ai pu me réjouir du déroulement du procès, puisque la sanction appliquée reste quelque chose d’inacceptable. Malgré l’aversion éprouvée envers Nam Gyu Man, il est difficile de se réjouir de son sort de la même manière que le font les coréens de l’assistance du tribunal. Et encore une fois, malgré cela, il arrive à se tirer de cette situation, pas forcément de la meilleure des manières, mais en choisissant une sortie facile. Je l’ai trouvé réellement pitoyable sur ses dernières scènes, abandonné par tous, tels le chiot ou le chaton que l’on trouverait sur le bord d’une route sous une pluie torentielle -en bien moins mignon, bien entendu-…

Bref, il y a en vérité bien trop à dire sur cette série, mais je n’arrive pas à m’y faire sans vouloir spoiler le déroulement. Le scénario est tellement complexe que c’est difficile d’en parler facilement.
Une chose est sûre, c’est que même si quelques petits détails sont toujours « too much typique drama », la série dans son ensemble est un petit bijou d’excellence.

  • Scénario
4

En conclusion

Une chose est sûre, c’est que même si quelques petits détails sont toujours « too much typique drama », la série dans son ensemble est un petit bijou d’excellence.
Du jeu impressionant, une poursuite captivante et une OST à couper le souffle.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)