Aime ton prochain

Aime ton prochain


Résumé :

Kazumi Ichinose est un lycéen de seize ans. Il y a six ans, sa vie a basculé dans l’horreur lorsque Saki Mido, une camarade de classe de l’époque, s’est entichée de lui. Depuis, l’adolescent vit un véritable enfer à cause de cet amour à sens unique que lui voue la jeune fille. En effet, d’une jalousie maladive, cette dernière ne laisse derrière elle qu’un torrent de sang et de larmes, et même un cadavre… Peut-on continuer à vivre quand on est aimé par le Mal incarné sur qui la raison et la morale n’ont aucun effet ? Source : Akata

Avis principal par Beldaran

Après, le très délirant Mitochon Armageddon, je poursuis ma découverte de la collection WTF ?! des éditions Akata avec la lecture du tome 1 du titre Aime ton prochain qui est bouclé en 6 volumes. Je me suis lancée dans l’ouvrage sans lire le résumé et en passant rapidement sur la couverture qui a elle seule aurait pu me donner une indication sur l’ambiance de l’histoire. Clairement, je ne suis pas friande de ce type de récit mais ce dernier est bien construit.

L’histoire s’ouvre sur un jeune garçon, Kazumi Ichinose amoureux d’une camarade de classe. Cependant, une phrase anodine lâchée à Saki Mido, une autre camarade, fait basculer son quotidien dans l’horreur. Comme l’a indiqué l’éditeur, nous sommes face à un manga d’horreur psychologique, réservé à un public averti, pas forcément parce que le titre est gore mais car il met en scène de nombreux passages particulièrement choquants au cœur d’une ambiance profondément malsaine.

Après le drame survenu à l’école primaire, nous retrouvons Kazumi au lycée, toujours hanté par l’acte de Saki Mido, acte qui a inconsciemment dicté sa manière d’être jusqu’à présent. Il est dans le club d’art plastique, a un ami très enjoué et une admiratrice en la personne de Shino Yotsuya. L’auteur développe son récit à la manière d’une tranche-de-vie scolaire classique mais quelques éléments nous indiquent que cela peut basculer à tout moment. Nous observons l’évolution touchante de la relation entre Kazumi et Yotsuya. Cependant, ce quotidien paisible explose de façon brutale dans la seconde partie du volume, nous entrainant dans une spirale d’événements vraiment dérangeants. Si dans la construction du récit il n’y a pas vraiment de surprise, on se laisse prendre grâce au traitement réussi de l’atmosphère, même si la surenchère d’horreurs est difficile à suivre. Daisuke Chida pousse à l’extrême l’exploration de l’amour fou, un sentiment invasif, oppressant et terriblement angoissant. La dernière page est absolument terrifiante et on se demande bien comment la situation va tourner.

J’ai apprécié le chapitre bonus qui présente la réaction des parents de Mido et apporte de la consistance à l’histoire, en soulevant des réflexions intéressantes.

En ce qui concerne, les personnages, Saki Mido nous apparaît comme grandement dérangée que rien de détournera de son objectif. C’est l’incarnation de la folie. Kazumi Ichinose qui était un petit garçon enjoué, c’est totalement renfermé mais Yotsuya semble arriver à fissurer sa carapace, pour le meilleur et pour le pire. Pour le moment, ce sont les trois personnages les plus mis en avant mais de multiples interrogations demeurent.

Les graphismes sont en totale contradiction avec l’histoire. Ils sont assez simples et mignons. Cependant, le décalage créé participe à l’installation de l’atmosphère particulière qui se développe tout au long du récit.

L’édition est bonne. Le papier est souple et sans transparence. La traduction, signée Ryoko Akiyama, est parfaite.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Akata.

  • Scénario
  • Dessin
3

En conclusion

Aime ton prochain nous entraine aux côtés de l’amour fou, terrible et vicieux dans un récit d’horreur psychologique qui devrait séduire les fans du genre.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)