Batman Ninja

Batman Ninja


Résumé :

Le Japon féodal.
Autre temps, autres moeurs.
Ne serait-ce pas l’occasion rêvée pour le chevalier noir ?
L’occasion de mettre enfin un terme aux agissements du Joker. Définitivement !
Source : Kana

Avis principal par Beldaran

Batman a soufflé ses 80 bougies cette année et différentes manifestations ont marqué l’évènement, comme l’exposition qui lui a été consacrée à Angoulême en début d’année, Batman 80 ans : un genre américain démasqué. Je ne suis pas une grande connaisseuse de l’univers du Chevalier Noir mais lorsque j’ai vu que le formidable Masato Hisa (Area 51 , JabberwockyKamuya Ride) était aux commandes de cette adaptation, j’ai cédé. Car oui, ce manga adapte le film animation produit en 2018 qui fut réalisé par Junpei Mizusaki en collaboration avec DC et Warner Bros. Je n’ai pas vu le film mais ce premier volume s’est révélé fort divertissant.

Naturellement, je pense qu’il est préférable de maîtriser les codes de l’univers de Batman pour pleinement apprécier le titre et les références. Cependant, les brèves informations données sur les multiples personnages sont suffisantes pour saisir la place de tout le monde. Ensuite, il est évident qu’il faut accepter le « n’importe quoi » du scénario qui propose des enchainements terriblement improbables mais formidablement cool. L’ensemble est entrainant avec une narration menée tambour battant, pas le temps de souffler, il faut simplement savourer.

L’histoire débute de manière classique dans la sombre ville de Gotham City. Des choses pas très nettes se trament à l’asile d’Arkham où les pires criminels se sont rassemblés. Fatalement, la situation dérape rapidement et tout ce beau monde est projeté dans le passé, à l’époque du Japon féodal et plus précisément à la période Sengoku puisque les premiers missionnaires catholiques semblent être présents sur le territoire. Le scénario s’appuie sur les différents seigneurs historiques pour présenter le conflit entre les nombreux protagonistes pour l’unification du Japon. Heureusement, comme Batman s’est perdu en cours de route, il arrive 2 ans après ses camarades, sachant que l’adaptation ne compte que deux volumes, cette pirouette scénaristique est pratique.

L’action prend très rapidement le pas sur les discussions. Le Joker est retors et s’apprête à plonger le monde dans un conflit de grande envergure à base de châteaux mobiles, le top !

Si j’ai succombé au titre, c’est principalement pour le style de Masato Hisa qui retranscrit superbement bien le récit. La mise en scène est brillante et irréprochable, même si plus sage que sur ses autres titres mais le rendu est vraiment puissant. Les personnages possèdent une sacrée classe. En bref, j’adore !

L’édition est correcte, dans les standards de l’éditeur et propose une première page couleurs.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Kana.

Tome 2 par Beldaran

Batman Ninja T2

Oui le tome est sorti en janvier dernier. Oui, vous vous en doutez je m’attaque à ma pile à manga par le fond et tadam suite et fin de l’aventure de Batman au cœur du Japon médiéval.

Le premier volume s’était révélé fort divertissant et se terminait sur la promesse d’un affrontement entre les cinq châteaux mobiles construits par Grodd le gorille. Alors que, suite à de nombreux revers, Batman and co se sont retirés afin de se mettre au diapason de ce passé féodal, sans aucune technologie moderne.

La série étant très courte, l’intégralité du volume est dévolue à l’affrontement entre l’équipe de Batman et l’association des vilains de Gotham sous la houlette du Joker.

La narration est dynamique, même si une sensation de rapidité peut se ressentir dans le traitement des différents duels. Cependant, la mise en scène de Masato Hisa fait mouche encore une fois et nous embarque au fil d’une histoire parfaitement équilibrée.

Le récit est un sacré mélange de scènes et situations improbables où un robot gigantesque version super sentai affronte une fusion de singes. Ce point bien que totalement surréaliste est bien amené et offre des scènes d’action très sympas.

L’auteur nous fait passer d’un duel à l’autre de manière fluide et arrive à maintenir une tension constante même si on se doute de la manière dont cela va se terminer.

Le Joker se perd dans quelques monologues, trop heureux de vivre à cette période où la violence est normale. Ce point de vue entre en conflit avec le code de Batman qui malgré son côté violent, est contre le meurtre. Le combat est parfaitement scénarisé et propose de magnifiques moments à base de sabre et à la sauce ninja.

Les dernières pages font sourire, même si je regrette une fin assez expéditive mais la boucle est bouclée.

L’histoire est emballante grâce aux formidables planches de Masato Hisa qui signe une mise en scène soignée et percutante. L’auteur s’est fait plaisir et cela se sent dans les pleines pages qui possèdent un sacré punch et une grande classe. Dans les grands moments, pas besoin de mots, la mise en scène est assez parlante.

Batman Ninja fut un diptyque particulièrement divertissement à lire grâce au travail de Masato Hisa qui a rendu l’ensemble fort dynamique et très fun.

Chronique réalisée grâce au service presse des éditions Kana.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Batman Ninja offre un récit survolté, porté par une mise en scène soignée. C’est un excellent divertissement.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)