Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX

Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX


Résumé :

Sakura et ses semblables se battent pour des raisons qui leur sont propres ; une souhaite conserver ses pouvoirs surnaturels, une autre cherche à protéger sa ville et la dernière souhaite mener une vie tranquille. Au cours de leurs différentes rixes et par inattention elles détruisent peu à peu la ville. Lors d’une chasse aux esprits et alors que toutes trois se disputent comme à leur habitude, une force inconnue les révèle par surprise aux yeux de tous. Elles qui vivaient jusqu’alors dans l’ombre, les voilà donc exposées au public pour la première fois, condamnées à dédommager les citoyens… Source : Chattochatto

Avis principal par ladybird3000

La dernière nouveauté des éditions Chattochatto nous vient tout droit de Taïwan. Il s’agit donc d’un manhua qui a débuté en 2018 et qui compte pour le moment 3 volumes. Ce premier volume contient une jaquette réversible, dont je n’ai pas encore réussi à choisir le côté tellement elles sont jolies toutes les deux.

Nous y découvrons Sakura, une magical girl qui se bat pour réaliser son rêve de mener une vie normale. Mais tout n’est pas facile pour elle, surtout lorsqu’elle se retrouve confrontée à ses semblables qui lui mettent des bâtons dans les roues. Pour réaliser son vœu, elle doit collecter des esprits. Afin de ne pas affecter le monde environnant, son acolyte Jingying, une sorte de petite crevette, étend un ponsceau qui les coupe du tout. Mais ses affrontements contre ses semblables causent de nombreux dégâts dans la ville et un jour, le ponsceau est brisé par une force extérieure, révélant l’existence des magicals girls au reste du monde. Elles doivent donc réparer leurs erreurs et éviter de causer plus de dommages.

Comme vous l’aurez peut-être compris, il s’agit d’une histoire de magical girl qui se joue des codes et qui a un côté un peu sombre. J’ai trouvé que ce premier volume était plutôt dans le même style que Puella Magi Madoka Magica, et non pas dans le style de Magical Girl of the End par exemple qui va plutôt se moquer du genre. En effet, il y a un côté sombre, presque dramatique par moments, le genre est pris à contre-pied tout en nous montrant des personnages humains malgré leur condition et qui ont chacun un idéal, même si celui-ci n’est pas conventionnel.

L’histoire est également ancrée dans un univers qui paraît bien réel, malgré le thème abordé, dans le sens où, par exemple, les actions des filles ont un réel impact sur la ville et ses habitants. Il y a aussi le fait que Sakura souhaite vivre une vie normale d’humaine normale. Cet aspect terre à terre nous montre que sa condition n’est pas forcément enviable.

Mais il y a également une part d’humour dans ce premier volume, ce qui permet d’ajouter un peu de légèreté entre quelques passages plus sombres. J’ai bien aimé cet aspect et cela passe autant par les paroles que par les dessins avec des mimiques parfois mignonnes, parfois blasées et parfois comiques. Il y a tout un panel d’émotions dans ces pages et cela fait du bien. La métanonne en particuliers est un personnage hors norme qui agace un peu mais qui fait rire aussi. Si bien qu’elle en finit par être attachante.

Pour le moment, j’ai un peu eu du mal à comprendre les réels enjeux, notamment avec l’arrivée de cette ennemie à la fin. Mais aussi avec la présence de ces esprits qui ne semblent pour le moment pas vraiment mauvais. Pourquoi Sakura doit-elle en récolter et que se passerait-il s’il n’y avait pas de magical girls pour s’en débarrasser ? De nombreuses questions qui auront sans doute des réponses plus tard. Ce qui m’intrigue également, c’est pourquoi ces magical girls ne peuvent pas s’empêcher de se confronter. Et c’est cela aussi qui me fait penser à des univers plus sombres.

Enfin que dire de ce style graphique vraiment beau à regarder et plein de détails. Il y a des doubles pages sublimes, comme la transformation de Sakura que j’ai trouvé super belle. Mais vous constaterez rien qu’avec les deux images ci-dessus à quel point les dessins ont un impact fort et sont dynamiques. Il y a également des bonus sous la jaquette.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions chattochatto | Crédits images : DON’T CALL ME MAGICAL GIRL © 2019 / YANG Chi-Cheng / Tong li Comic

Tome 2 par ladybird3000

Don't Call Me Magical Girl, I'm OOXX T2

Ce second volume est tout aussi riche que le tome 1 et je me demande si je suis réellement assez attentive, car je ne suis pas sûre de tout comprendre. Pourtant, je fais partie de ceux qui prennent leur temps pour lire et qui regardent les dessins de près, à l'affût des détails. Et pourtant, tant de détails m'ont échappés dans le tome 1 et dans ce tome 2 aussi certains ont aussi dû me passer sous le nez.

Bref, nous reprenons en plein milieu du combat qui se déroulait à la fin du tome 1. Tout d'abord, premier détail qui m'avait échappé, Air est finalement toujours vivante et s'est divisée en une multitude de petits clones. N'empêche que sa disparition avait été frappante et je trouve que l'auteur a bien joué son coup.

Nous découvrons ensuite que l'ennemie qui est apparue d'un coup s'appelle Marylin et qu'elle est la patronne de la ligue des Prestepas. Mais surtout, il semblerait qu'elle ait passé un contrat avec d'étranges personnes qui souhaitent s'occuper de nos amies les magical girls. On ne sait pas encore vraiment quel est leur but, mais ce qui est sûr c'est qu'ils tirent les ficelles dans l'ombre et que leur objectif a un rapport avec nos trois amies.

Ce qui est sympathique aussi, c'est de voir une petite évolution dans le personnage de Sakura qui va éviter à tuer Marylin. Elle est pourtant un esprit et c'est son job de les éliminer. Mais vivre dans ce monde humain et vouloir devenir une humaine normale sont des choses qui commencent à la changer. Elle hésite et voit son ennemie comme une personne à part entière.

Par contre, j'ai eu du mal à comprendre la suite. J'ai eu l'impression que les filles vivaient des moments contre leur gré, comme si la force des choses les menaient à faire ce qu'elles faisaient. En effet, elles se retrouvent à devenir des idoles, elles participent à des émissions et donnent des concerts. Mais pourtant, cela ne semble pas naturel, c'est comme si elles le faisaient sans en être conscientes. Je n'arrive pas vraiment à expliquer mon ressenti, mais cela me semble bizarre, d'autant plus que cela va contre leur personnalité, surtout celle de Sakura que je ne voyais pas faire cela au début.

Un passage que j'ai beaucoup aimé, c'est le moment où on se concentre un peu sur Air. On voit un peu son passé et j'ai trouvé cela intéressant et vraiment très touchant. Cela m'a également permis d'apprécier un peu plus ce personnage énigmatique et un peu effacé jusqu'ici.

En conclusion, un second volume à l'image du premier, riche en événements mais aussi un peu compliqué à appréhender. J'espère que les enjeux deviendront un peu plus clair dans le volume suivant.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions chattochatto.

  • Scénario
  • Dessin
3.9

En conclusion

Un très bon premier volume qui me donne envie d’en découvrir plus sur cet univers.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)