Fûka

Fûka


Résumé :

Suite au départ de ses parents pour les États-Unis, Yû commence une nouvelle vie à Tokyo avec ses trois sœurs. Le garçon taciturne vit collé à son smartphone jusqu’à sa rencontre avec Fûka, une jeune fille dingue de musique, qui se balade les écouteurs vissés sur ses oreilles. Tout semble les séparer, mais Yû cache une sacrée carte dans son jeu… Après un premier contact explosif, Fûka va bouleverser son quotidien, pour le meilleur… et pour le pire ! Source : Pika

Avis principal par ladybird3000

L’histoire commence avec Yû qui emménage à Tokyo avec ses trois sœurs. Il est timide et assez renfermé. En plus de cela, il passe ses journées sur son téléphone à s’inventer une vie sur twitter. Sa rencontre avec Fûka va être plus que fracassante. En effet, celle-ci tombe devant lui et le voyant rivé sur son téléphone, elle se méprend, lui arrache le téléphone des mains, l’explose à terre et lui envoie une baffe en pleine face. Le jeune homme n’est pas au bout de ses peines, surtout lorsqu’il se rend compte que Fûka est élève dans le lycée qu’il vient de rejoindre.

Fûka est en quelque sorte la suite de Suzuka, puisque Fûka est la fille de Suzuka et Yamato. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu la série précédente pour comprendre et apprécier celle-ci. De même, j’avais lu que certains personnages de A Town Where You Live allaient être présents dans cette série, hors je ne l’ai pas lue et pour le moment, cela n’a pas dérangé ma lecture. A noter également que la série a eu droit à une adaptation animée de 12 épisodes en hiver 2016.

Les personnages sont pour le moment assez intéressants et diversifiés. On a d’abord Yû et ses trois sœurs. Celles-ci se promènent dans la maison comme si elles étaient seules, ce qui amène une touche de fan service, que l’on trouvait aussi dans Suzuka. Sauf qu’ici, pour le moment, le héros n’est pas assailli de jeunes filles en petites tenues, ce sont juste ses sœurs qui se baladent comme s’il n’était pas là. Yû est un garçon très timide et surtout on dirait qu’il se fiche de pas mal de choses. Il fait l’indifférent face à certaines situations, puis il se pousse à intervenir quand même. Il est tellement dans ses pensées, qu’il interprète souvent mal les situations et dit donc des choses étranges. Ce qui ajoute un côté comique à l’histoire. Vient ensuite Fûka, une jeune fille assez dynamique qui écoute de la musique en permanence. Elle n’a pas encore trouvé sa voie, mais on sent que si elle s’investit dans quelque chose, c’est jusqu’au bout. Elle a hérité du caractère brutal de Suzuka et du côté enjoué de Yamato. Pour le moment, deux autres personnages sont également mis en avant, qui seront sans doute souvent présents par la suite : Nachi qui essaie de faire entrer Fûka au club d’athlétisme, et Mikasa un charmant jeune garçon métis qui semble proche de Fûka. Un troisième personnage important apparaît également. Il s’agit de Tama comme Yû la nomme, ou Koyuki de son vrai nom, une amie d’enfance de Yû qui s’avère être chanteuse. Un petit groupe commence donc à se former et tout cela promet de belles choses.

Ce que j’aime bien dans les œuvres de ce mangaka, c’est la diversité des personnages et le fait qu’il lie l’histoire avec un élément, comme l’athlétisme pour Suzuka ou la musique dans le cas présent. Par contre, la trame se ressemble un peu, avec la jolie fille croisée par hasard, l’amie d’enfance amoureuse qui va sûrement amener son grain de sel à l’histoire ou encore le héros peu sûr de lui qui enchaîne les gaffes. Mais cela ne me dérange pas pour le moment et j’ai apprécié ce volume.

Les dessins sont très reconnaissables et très bien réalisés. Il y a juste les profils qui me semblent un peu étranges et trop pointus. Je ne me souviens pas d’avoir vu cela dans Suzuka, à voir si cela va s’améliorer. Mais à part cela, les dessins sont très bien, avec des personnages aux expressions variées et quelques très belles pages. Yû a parfois des allures féminines j’ai trouvé, mais cela est peut-être dû au trait du mangaka que je trouve plus fin que dans ses séries précédentes.

A la fin du volume, on a le droit à un chapitre bonus mettant en scène Fûka petite, et surtout Yamato et Suzuka. On peut ainsi voir ce qu’est devenu leur couple, mais aussi comment d’autres personnages ont évolué, comme Honoka par exemple.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tome 2 par ladybird3000

Après avoir assisté au concert de Koyuki et sous l'influence de Yû, Fûka décide de créer un groupe de musique. Elle enrôle donc Yû et Mikasa dans l'aventure, sans leur demander vraiment leur avis. Mais pour pouvoir acheter les instruments dont ils ont besoin, les trois amis vont devoir trouver un petit boulot. Les voilà donc tous les trois dans une échoppe sur la plage. Cela change beaucoup du quotidien monotone de Yû. En effet, jusqu'à présent il s'inventait une vie sur Twitter et ne faisait rien pour se bouger. Or maintenant, grâce à l'entrainante Fûka, il se retrouve dans plein de situations inhabituelles qui mettent sa timidité et sa flemmardise à rude épreuve.

J'ai beaucoup aimé ce passage à la plage, puisqu'il permet de consolider les liens entre Yû, Fûka et Mikasa. Même si Yû et Fûka se brouillent, ils arrivent ensuite à aller de l'avant. Koyuki alias Tama est également présente. Elle commence tout doucement à s'interposer entre Yû et Fûka, mais ce n'est pas encore très prononcé. On découvre pourquoi Koyuki et Yû se surnomment Tama et Niko entre eux. La fin du volume nous réserve d'ailleurs une bonne surprise concernant cela, ce qui montre que le mangaka a déjà bien réfléchi aux éléments de son histoire.

Le thème musical est toujours présent, même si pour le moment c'est surtout au travers des goûts musicaux des personnages et au travers de CD qu'ils écoutent. Mais la fin du volume présage de belles choses et nous promet une Fûka au top niveau musique.

Les dessins sont toujours sympathiques, même si j'ai toujours du mal avec certains dessins de profil. Yû semble toujours autant efféminé et son caractère n'aide pas. Il y a un nouveau bonus à la fin du volume, concernant Yamato, le père de Fûka. Même si je n'ai pas reconnu tous les personnages à cause de ma mémoire flanchante, cela fait plaisir de voir les personnages après Suzuka.

En conclusion, un volume sympathique encore une fois, j'ai hâte d'entrer dans le vif du sujet avec le groupe de musique qui va se former.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

Tomes 3 à 19 par ladybird3000

Plus de trois ans après la sortie du premier volume et ma lecture des tomes 1 et 2, j'ai repris la série et je l'ai lue d'une traite, ou plutôt en deux fois car j'ai fait une petite pause suite à un événement qui m'a profondément attristée. Attention, si vous n'avez pas lu la série, je vous conseille de ne pas lire le paragraphe suivant qui risque de vous dévoiler des éléments clés de l'intrigue.

Je parle d'intrigue, car malgré le thème de romance auquel l'auteur m'avait habitué, les choses prennent un tournant inattendu et dramatique au tome 5. Sur le coup, je me suis presque sentie trahie et profondément blessée, car je ne m'attendais pas du tout à ce que l'auteur serve un destin aussi funeste à son personnage. En effet, ce personnage est un peu comme un enfant pour l'auteur, c'est le fruit de l'amour des personnages découverts dans Suzuka et on l'a vu plus ou moins grandir au détour des pages de A Town Where You Live, que j'ai pu lire entre-temps. Pour ceux qui ont lu les séries précédentes de l'auteur, c'est donc un personnage auquel on a déjà pu s'attacher de longue date et pour les nouveaux lecteurs cela n'en reste pas moins touchant et déstabilisant. J'ai donc fait une pause après avoir commencé le tome 5 qui a déclenché chez moi un remou d'émotion assez violent. Je trouve par ailleurs que l'auteur a eu un courage énorme pour décider de ces événements marquants et que cela était assez osé. Il faut dire que dans ses séries précédentes, quelques personnages avaient déjà eu droit à une fin tragique, mais ce n'était pas aussi brutal et inattendu qu'ici.

Après avoir passé ce moment tragique, la suite de la lecture est plus dans la lignée des séries romantiques et tranches-de-vie. Le thème musical est vraiment très intéressant, avec de nombreux artistes qui sont retrouvés tout au long de l'histoire. Le seul point négatif concernant la musique, c'est que les textes ne sont pas présents, sauf vers la fin. Je trouve cela dommage, car cela aurait pu apporter quelque chose en plus à l'histoire, surtout concernant les chansons composées par Yû.

Les péripéties musicales et de la vie quotidienne ne sont pas en reste et la romance est toujours présente. Il y a un peu de fan service, mais cela ne m'a pas dérangée, sauf en ce qui concerne un personnage en particulier qui a plusieurs fois été dessiné à moitié déshabillé voire complètement nu, pour des raisons qui m'échappent.

Un second volume ravive de fortes émotions, il s'agit du volume 8. Par la suite, les sentiments sont moins mis à rude épreuve, mais j'avoue que le combo tome 5/tome 8 m'a été fatal.

Les personnages sont attachants et j'ai pris du plaisir à les voir évoluer. On retrouve aussi quelques personnages des deux précédentes séries longues de l'auteur. J'ai cependant trouvé que l'auteur n'avait pas été au bout des choses avec le personnage de Mikasa. Depuis le début, celui-ci ne cache pas son attirance pour les hommes et n'a pas une fois été attiré par le sexe opposé. Ses relations avec son père sont difficiles, en partie à cause de la musique, mais aussi car il vit sans cacher ses goûts. Pourtant, à part ce passage avec son père, l'auteur se sert de cela plutôt pour l'humour et ne va pas au bout des choses à la fin de l'histoire. Je pense que même en gardant cette fin, cela aurait pu être amené de façon plus fluide et moins abrupte.

En conclusion, une série qui démarre bien mais qui prend une tournure tragique rapidement. Heureusement la suite est positive et intéressante à lire.

Tome 20 par ladybird3000

Fûka T20

Voilà le dernier volume de la série qui vient la conclure en beauté. Le festival des Blue Wells est sur le point de se terminer et le festival concurrent va tout faire pour ne lui laisser aucune chance.

Sur les deux scènes concurrentes vont s'affronter les Hedgehogs accompagnés de Shelly Hornet au chant et les Blue Wells. Mais les problèmes s'enchaînent avec d'abord la patronne de Zeta Music qui a recours à un coup bas pour saboter le concert du groupe de Yû. Ce passage est assez dur avec la manager Aoba qui se prend coup sur coup mais résiste pour sauver le concert. Le second problème est dû à la météo avec le vent qui se déchaine et qui menace de faire tomber les échafaudages des scènes. Tandis que Zeta Music se voit contraint d'arrêter son concert, Yû et son groupe poursuit et comme on peut s'y attendre, le vent de Fûka les aide à passer cette épreuve. Même si cela semble un peu mièvre, j'ai quand même apprécié ce passage, ne serait-ce que pour voir une nouvelle fois Fûka qui aura finalement accompagné le groupe durant tout leur chemin.

La fin du volume permet de conclure de belle manière, tant au niveau de la romance que de l'avenir du groupe qui aura encore un long chemin devant lui.

En conclusion, une série très chouette à lire, malgré quelques passages tristes et dont j'espère retrouver les personnages au détour d'une des prochaines séries de l'auteur.

Critique réalisée grâce au service de presse des éditions Pika.

  • Scénario
  • Dessin
3.5

En conclusion

Un premier volume bien ficelé. Le thème musical promet d’être intéressant et l’intrigue amoureuse mouvementée, surtout avec une Fûka aussi énergique.

Envoi
User Review
4 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)