Let’s get married!

Let’s get married!


Résumé :

Vouloir se marier et devenir mère au foyer peut paraître cliché et arriéré, mais aux yeux d’Asuka Takanashi, c’est le choix de vie idéal ! Loin d’être niaise, elle a tout réussi : une carrière dans la banque et un petit ami. Seulement voilà, ce dernier lui fait soudainement une demande… de rupture ! Elle trouve alors encouragement en la personne de Ryû Nanami, un séduisant présentateur TV, mais pour Asuka, pas question de succomber aux charmes d’un Don Juan adepte des relations sans lendemain ! Leurs convictions les séparent, l’Amour va-t-il les réunir ?

Avis principal par Aela

Signé Izumi Miyazono, Let’s get married est un josei édité chez Kazé Manga avec 6 tomes parus, il est toujours en cours au Japon avec 7 tomes. J’ai profité de l’offre numérique Kazé à 1€99 pour le tome 1 pour découvrir ce titre dont le titre fait écho à Happy Mariage !? de Maki Enjoji, mangaka phare des éditions Kazé Manga. D’ailleurs, Maki Enjoji et Izumi Miyazono sont toutes les deux prépubliées dans le magazine Petit Comic.

Ce manga ne m’intéressait pas outre mesure, peut-être parce que j’avais l’impression que c’était un Happy Mariage !? bis et que j’avais adoré ce dernier. Bref, je me suis laissée tenter sans partir totalement convaincue. Alors, verdict ?

« Si tu tombais amoureuse d’un homme qui ne veut pas se marier… Que ferais-tu ? »

Je dois avouer que j’ai trouvé la lecture de ce tome 1 plutôt plaisante… L’héroïne, Asuka, est une jeune femme de 24 ans avec un métier qu’elle aime dans la banque dont le rêve est de se marier et de devenir femme au foyer. A première vue, on peut trouver ce rêve complètement arriéré et en total décalage avec la société actuelle où les femmes ont dû batailler pour être reconnues au travail. Malgré sa situation, Asuka, reste accrochée à ce rêve et attend impatiemment la demande en mariage de son petit ami qu’elle fréquente depuis 5 ans. J’ai apprécié cette héroïne qui, en dépit de son rêve quelque peu mièvre, n’est pas cruche, j’ai trouvé au contraire qu’elle avait la tête sur les épaules et surtout on évite une énième héroïne qui n’a jamais connu l’amour. Asuka aspire à une vie tranquille et veut créer un cocon de tranquillité et de paix où tout le monde serait heureux. Au final, entre travailler et être une femme au foyer, le plus important est de s’épanouir socialement. J’ai trouvé Asuka très touchante dans son discours, et j’ignore pourquoi j’ai ce sentiment, mais Asuka donne l’impression de ne pas tout dire sur sa famille et que quelque chose s’est passé.

Et puis vient la rencontre avec Ryû Nanami, jeune et beau présentateur télé. Il est l’antithèse d’Asuka… Il enchaîne les aventures sans lendemain et est, absolument, totalement, contre le mariage. Alors que tout aurait pu s’arrêter là, Asuka se fait gentiment larguer par son petit ami et c’est Ryû qui va lui remonter le moral car le hasard faisant bien les choses, leurs chemins se croisent souvent. Et s’il est ouvertement anti-mariage, il offre une oreille attentive à Asuka et l’encourage dans sa recherche même si parfois ce n’est pas sans petites piques. Dès le départ, il est intrigué par Asuka et s’amuse à la titiller mais Ryû ne va-t-il pas finir par être pris à son propre piège ?

« La forme compte-t-elle plus que les sentiments ? »

Let’s get married est très mature dans sa réflexion sur le mariage, est-il vraiment nécessaire pour être heureux ? Est-ce vraiment nécessaire de s’enfermer dans ce carcan pour créer un havre de paix ? Certaines personnes pensent que le mariage n’est qu’une formalité administrative et qu’il n’est en rien nécessaire pour mener une vie heureuse et d’autres pensent le contraire. Et Asuka et Ryû n’ont pas fini de s’affronter à ce sujet, chacun allant de ses arguments pour présenter son point de vue. J’ai apprécié ce ton où le duo échange calmement, ça donne beaucoup de poids aux arguments de chacun et les philosophies de chacun sont « entendables » par tout le monde. Je pense que le lecteur peut facilement se reconnaître dans l’une ou l’autre, même si la femme au foyer ne fait pas trop femme moderne.

Côté dessin, pas de surprise, le trait est très classique par contre, j’ai trouvé les arrière-plans parfois vraiment vides, certaines pages faisaient vraiment blanches. Mais il se dégage une certaine ambiance plutôt agréable et la mangaka arrive à retranscrire des émotions avec son dessin.

Let’s get married est une bonne surprise, j’ai passé un bon moment lecture. Classique mais le développement de l’histoire est bien géré par Izumi Miyazono qui livre un premier tome touchant. Petit plus, les titres des chapitres sont des citations autour de l’amour, j’ai beaucoup aimé cette touche d’originalité. Je me laisserai sans nul doute tenter par le tome 2 en croisant les doigts pour que ma bonne impression reste une bonne impression.

Tome 2 par Aela

J’avais beaucoup apprécié le tome 1 de Let’s get married qui abordait la question du couple et du mariage d’une manière intéressante. Je trouve que la mangaka a su trouver le juste équilibre dans sa narration ce qui donne un manga plutôt axé sur les sentiments de chaque protagoniste.

« Mais vois-tu... ne pas être intéressé par le mariage et ne pas vouloir se marier, c'est différent ! »

Alors que tout les oppose, Asuka et Ryû entame une relation, et si en tout logique tout devrait se passer le plus simplement du monde, c’est loin d’être le cas pour nos deux héros qui cumulent les problèmes de communication, soit ils ne se comprennent pas, soit ils interprètent mal les propos et les réactions de l’autre. Bref, ce début de relation n’est pas de tout repos pour Asuka et Ryû qui ont des visions du couple radicalement opposés et pas facile de composer entre une pro-mariage et un anti-mariage.

Ils éprouvent aussi toutes les difficultés du monde à se voir, leurs emplois du temps respectifs sont très chargés et ils sont tous les deux passionnés par leur travail. Entre ça et les petits problèmes de communication, Asuka et Ryû forment un couple explosif. Contrairement à ce que l’on peut lire ou trouver dans les romances lycéennes, ici nous avons à faire à deux adultes travaillant et ayant déjà eu une vie amoureuse, et pour le coup, ne le cachons pas, ce tome est très axé sur la première fois entre Asuka et Ryû et là aussi, nous avons deux visions qui s’opposent entre un Ryû très entreprenant et une Asuka qui a besoin de temps. Tout les oppose tellement que je me suis demandée comment le couple pourrait fonctionner sur la longueur. Dans ce second tome, il ne fait nul doute pour moi que  c’est la passion du début de relation et le désir qui sont le ciment du couple, ce qui est de mon point de vue plus que normal.

Ce tome permet aussi de mettre en lumière les carrières respectives de Ryû et d’Asuka. Je dois avouer que j’étais assez curieuse d’en savoir plus sur le monde de la télé, j’ignore à quel point la mangaka s’est documentée à ce sujet mais j’ai trouvé l’ensemble plutôt crédible et cela permet surtout à la mangaka d’aborder un point essentiel, à savoir le passé de Ryû assez trouble entaché d’un scandale dont on ne sait toujours pas les tenants et les aboutissants. Ryû est donc choisi pour animer une émission musicale en direct et en prime-time, il avait déjà animé une telle émission alors qu’il venait de débuter dans le métier et ce fut un échec, car Ryû n’avait pas su gérer les invités et la durée de l’émission, ce qui avait créé un gros embarras avec la dernière invitée qui n’a pas pu terminer sa chanson. A ce stade, on sent que cette Yûko Sakura a eu un rôle déterminant dans le passé de Ryû et dans son exil aux USA.

Le lecteur pourrait trouver que la relation entre Asuka et Ryû va trop vite dans ce deuxième tome mais je n’ai pas trouvé… Il y a des grands laps de temps où ils n’arrivent pas à se voir et quand ils arrivent à trouver un jour de repos en commun, il y a toujours un empêchement qui mène le plus souvent à des problèmes de communication car nos deux héros sont fiers. Je n’attendais pas particulièrement le passage à l’acte, je préfère largement quand ils se chamaillent gentiment pour un oui ou pour un non. J’ai apprécié le travail de la mangaka sur les scènes d’amour, elles sont pleines d’érotisme et de passion sans tomber dans le vulgaire. Le trait est toujours agréable, on pourrait éventuellement reprocher la trop grande ressemblance entre certains protagonistes masculins.

Let’s get married ! est un titre qui a su trouver l’équilibre entre sentiments, travail, vie de couple et sexe. Un josei qui confirme dans le tome 2.

Tome 3 par Aela

Après 2 tomes où l’on a pu apprécier les débuts de la relation amoureuse entre Asuka et Ryû, il est temps de secouer un peu tout ça avec l’apparition de nouveaux personnages qui risque de mettre un peu d’eau dans le gaz dans la vie de couple d’Asuka et de Ryû.


Le tome précédent s’était arrêté avec l’introduction de Yûko Sakura, qui croisait Ryû au détour d’un couloir, le laissant complètement pantois. Il faut dire qu’il ne s’attendait pas du tout à croiser celle avec qui il a entretenu une relation adultère et qui lui a valu un séjour à l’étranger pour étouffer l’affaire sur son lieu de travail. Et cerise sur le gâteau, Ryû apprend qu’il va devoir co-animer une émission avec Sakura… Bref, ils vont devoir se côtoyer mais le temps à passer et ils se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas fait pour être ensemble. Je m’étais fait une image assez pimbêche et prétentieuse de Sakura et finalement, j’ai été très surprise, je l’ai trouvée touchante. Mariée et bafouée à multiples reprises par son mari, elle ne peut se défaire de ce mariage que je qualifierai de toxique, elle dit être heureuse mais au final, elle est plutôt mélancolique.


Asuka voit aussi les choses bouger de son côté, elle a une promotion et est transférée. C’est alors que Kamiya fait réellement son apparition même s’il côtoyait déjà Asuka de par son travail. Et voilà venir le rabat-joie dans toute sa splendeur, le personnage antipathique par excellence que l’on aime détester par-dessus tout car il fait tout pour s’immiscer entre Asuka et Ryû. A la lecture de ce tome 3, Kamiya a tout ce que je déteste, bref, je ne l’aime pas. Si au départ, Asuka et Kamiya entretiennent seulement une relation de travail, il va rapidement passer à l’attaque quand il va apprendre que le rêve ultime d’Asuka est de devenir une mère au foyer. Parce que voyez-vous, Kamiya il veut se marier et que sa femme reste au foyer à s’occuper des enfants. Du coup, Asuka rempli toutes les cases et avec la délicatesse d’un mammouth, il a se mettre à la draguer lourdement, genre gros forcing et rien à faire du petit ami surtout si en plus, il ne veut point se marier. Et avec, une nouvelle fois la cerise sur le gâteau (oui, j’aime les cerises sur les gâteaux), Asuka et Kamiya vont croiser Ryû qui fait un micro trottoir et Kamiya qui lâche de but en blanc qu’il est en couple avec Asuka depuis 3 ans et qu’il souhaite l’épouser. Le gros mensonge qui va bien et qui va surtout pousser nos deux héros et se poser beaucoup de question.


Car ce tome 3 met quelque peu de côté le « Je veux me marier/je ne veux pas me marier » pour les doutes qui peuvent apparaître dans une relation et qui sont, dans ce cas précis, encore plus exacerbés par les vieux et les nouveaux démons. Les doutes et l’angoisse d’Asuka quant à la relation passée de Ryû, cette relation est-elle à l’origine du refus de se marier ? Est-ce qu’elle peut rester avec Ryû en espérant qu’un jour il change d’avis ? Les doutes de Ryû, est-il bien correct de rester avec Asuka alors qu’il ne veut pas se marier ? Au final, il n’y a qu’une seule question qu’ils doivent se poser, est-ce que vivre ensemble sans être marier peut leur convenir et à l’un et à l’autre ?


Un troisième tome qui, sans surprise, suit la logique. Le couple est formé, les premières tempêtes arrivent et doivent être affrontées à deux pour en ressortir plus forts et plus soudés. Si Let’s get married ! reste classique par sa construction et son récit, j’apprécie la justesse des sentiments et la sensibilité des personnages sauf de Kamiya. Il va juste ne pas tomber sur l’écueil du « tourner en rond » avec des intrigues qui se suivent et se ressemblent. Le tome se termine par Ryû qui souhaite faire une confession à Asuka, une bonne façon de laisser le lecteur en haleine sur la révélation et sur la réaction d’Asuka. J’ai une nouvelle fois passé, un bon moment à la lecture de Let’s get married !

  • Scénario
  • Dessin
3.8

En conclusion

Un premier tome touchant au ton moderne.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)