Moi, quand je me réincarne en slime

Moi, quand je me réincarne en slime


Résumé :

Satoru Mikami, un bureaucrate célibataire de trente-sept ans, est coincé dans un boulot sans avenir et insatisfait de sa vie sociale. Mais après être mort sous les coups de couteau d’un braqueur, il se réveille dans un monde de fantasy pour un nouveau départ… mais dans la peau d’un Slime ! Alors qu’il se fait doucement à sa nouvelle existence visqueuse, ses exploits avec les autres monstres déclenchent en réaction une chaîne d’événements qui vont changer ce nouveau monde pour toujours ! Source : Kurokawa

Avis principal par Beldaran

Les éditions Kurokawa nous ont proposé l’adaptation manga, dessinée par Taiki Kawakami à partir du mois de novembre 2017 tandis que l’adaptation animée a été diffusée sur la plateforme Crunchyroll à partir d’octobre 2018. J’ai découvert le titre grâce à la série animée qui m’a poussé à acheter le coffret regroupant les trois premiers tomes du manga. Vous vous demandez sûrement si après avoir lu le manga ou vu l’anime il est utile de lire l’œuvre originale, la réponse est un énorme OUI. Pourquoi ? Tout simplement parce que les deux adaptations ont fait des choix différents qui enrichissent l’œuvre de base et le roman est très bon. Par conséquent, lisez le light novel, vous ne serez pas déçus. Pour information, ce premier tome correspond aux deux premiers volumes du manga et aux huit premiers épisodes de l’anime.

« Je ne suis pas un mauvais gluant »

Satoru Mikami est un salarié comme il en existe tant de 37 ans qui mène une vie tranquille mais dont l’existence bascule suite à une mauvaise rencontre. Le voilà catapulté dans la peau d’un slime dans un univers de fantasy.

J’ai apprécié découvrir son transfert dans ce nouvel univers. C’est plus détaillé et surtout plus immersif grâce, notamment, à une narration à la première personne du singulier.

Le premier chapitre est dévolu à la compréhension de son nouveau corps et de ses deux compétences uniques Grand Sage et Prédateur qui sont réellement redoutables. Il est plaisant de découvrir les premiers « glissement » de Satoru dans ce nouvel univers et une rencontre (la première) change énormément de choses pour lui qui le pousse à quitter la grotte.

A partir de cet instant la vie du petit slime se transforme car un de ses actes, anodin en apparence, a un impact considérable sur la région, la Forêt de Jura. Pour le moment, on en sait peu sur la géographie de ce monde. Il y a un puissant Empire craint par les petits royaumes limitrophes de la Forêt mais une sorte de statu quo semble empêcher tout conflit.

Ce monde est peuplé d’êtres humains dont certains appartiennent à la Guilde, ce sont des aventuriers. Ce développement est intéressant par rapport à la position de la Guilde vis-à-vis des différents royaumes. Ensuite, de multiples créatures sont indiquées, dragons, gobelins (ils nous intéressent le plus), nains et surtout rois-démons. Un certain nombre d’informations est révélées sur ce monde, notamment en ce qui concerne les invoqués. Elles intriguent et donnent envie d’en apprendre plus sur ce monde qui s’annonce riche.

La narration est assez lente et nous permet de prendre nos marques tranquillement, à l’image de Satoru. Il y a peu de phases de combats mais on comprend rapidement que ce n’est pas le cœur de l’histoire qui tend plutôt vers une sorte de tranche-de-vie où le vivre ensemble est une notion clé. C’est vraiment très agréable à suivre.

Cependant, tout n’est pas rose et ce sont les transitions entre les chapitres qui nous l’indiquent. Ces textes correspondent à l’existence d’un autre personnage, Shizu qui est introduit de manière différente dans la série animée. Je trouve d’ailleurs que le compte rendu de son existence a beaucoup plus d’impact dans le roman car là aussi la narration est à la première personne du singulier. Naturellement, la présence de ce personnage s’explique dans le dernier chapitre qui ouvre de nouvelles possibilités pour le slime et pour l’histoire.

Le chapitre bonus à la fin de l’ouvrage concerne le gobelin Gobuta qui comme ça, ne paye pas de mine mais il a truc vous voyez. Son histoire est totalement improbable mais donne un éclairage nouveau sur le personnage.

Le fait que le personnage principal soit un adulte apporte un peu fraicheur et malgré quelques points, on prend plaisir à l’observer faire son nid dans cet univers. Son ancien métier lui permet d’avoir une vision large sur ce qu’il souhaite faire et comment y parvenir. Ses dialogues avec Grand Sage sont assez drôles. Même s’il s’est incarné dans la peau d’un petit slime, les deux compétences qu’il a acquises sont monstrueuses et offrent des capacités presque infinies. Pour le moment, il vient rapidement au bout de ses adversaires. Il se retrouve rapidement entouré de beaucoup de créatures dont je vous laisse le plaisir de la découverte.

Shizu est un personnage que l’on voit peu mais auquel on s’attache immédiatement et qui apporte des éléments nouveaux sur ce monde.

Les illustrations sont très sympas et variées dans leur mise en page. Elles mettent en valeur les phases importantes du récit.

En ce qui concerne l’édition, nous avons droit à un beau volume pour moins de 10€ donc le top. En revanche, j’ai du tomber sur un mauvais tome car en l’ouvrant les deux premières pages en couleurs se sont quasiment décrochées et ont embarqué avec elles les 12 premières pages du prologue. La traduction, signée Chloé Bardan est fluide et très agréable à lire.

  • Scénario
  • Dessin
4

En conclusion

Si vous avez apprécié les deux adaptations (manga et anime) vous ne pouvez qu’aimer le roman dont je recommande chaudement la lecture. L’univers y est beaucoup plus détaillé ce qui rend l’histoire captivante.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)