Overlord

Overlord


Résumé :

Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puisante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas deconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. Source : Ofelbe

Avis principal par Beldaran

En 2015, la plateforme ADN nous proposait l’adaptation animée du roman dont je n’ai regardé que les 3 premiers épisodes. Je n’avais pas trouvé le tout mauvais mais cela ne m’avait pas vraiment accroché donc l’annonce de l’arrivée du manga chez Ototo m’a laissé de marbre. Cependant, la couverture du premier tome du LN m’a totalement subjuguée et m’a donnée envie de découvrir le medium original, après avoir refermé le volume, je ne regrette absolument pas !

Les éditions Ofelbe déclinent Overlord dans la collection Big LN donc ce premier tome regroupe deux volumes japonais, ce qui est un très bon choix car la première partie est particulièrement introductive contrairement à la seconde, plus dynamique.

L’histoire nous plonge au côté d’un joueur du DMMO-RPG Yggdrasil, venu assister aux derniers instants de la plateforme qui doit fermer ses portes. Cependant, il n’est pas déconnecté et se trouve bloqué dans ce monde. Oui, le postulat de départ n’est pas des plus original mais l’univers est incroyablement riche et si la première partie nous livre de multiples informations qui peuvent apparaître rébarbatives comme les compétences ou les armes, je n’ai pu m’empêcher de tourner les pages, fascinée par la construction de ce monde, dont on devine de nombreuses possibilités.

Durant la première partie du tome, nous découvrons avec Momonga, le tombeau de Nazarick, siège de la guilde Ainz Ooal Gown dont ce dernier se retrouve à la tête. L’élaboration de cette dernière est dévoilée, tout comme la création des gardiens du lieu qui sont maintenant libres de penser et d’agir. En même temps que Momonga, on comprend peu à peu que finalement le héros n’est pas vraiment bloqué dans le jeu Yggdrasil mais a été propulsé ailleurs. Et cet « ailleurs » semble plein de promesses.

La seconde partie nous lance plus dans l’aventure avec peut-être un côté plus classique mais vraiment prenant. Certaines rencontres et événements viennent enrichir l’univers pour notre plus grand plaisir. La fin du livre promet de l’action pour la suite !

Le récit fait la part belle à une grande brochette de personnages, même si j’avoue que je me suis un peu perdue avec ceux de la seconde partie. Momonga, avant d’être bloqué dans ce nouvel univers, était un salarié lambda. Maintenant, le voilà condamné sous les traits d’un squelette mais il n’en a pas simplement que le physique. En effet, il réalise rapidement que ses émotions sont différentes et certains de ses actes peuvent choquer. Son personnage est bien travaillé et intéressant à suivre. Les gardiens ayant été créés par les Êtres Suprêmes, ils reprennent les lubies de ces derniers dont je vous en laisse la découverte.

Malgré tout, certains points m’ont dérangé. Tout d’abord le style du récit qui dans la première partie emploi un vocabulaire qui se veut soutenu mais dont l’application est lourde. Il y a également par la suite de nombreuses répétitions de certains faits tout au long du volume qui sont vraiment pénibles. J’ai trouvé le style de la seconde partie plus fluide et agréable. L’autre point désagréable et qui m’a donné envie de jeter le livre par la fenêtre, c’est le personnage d’Albedo et ses échanges avec Shalltear Bloodfallen. Heureusement les passages ne sont pas fréquents mais plombent l’ambiance du récit.

Chaque chapitre s’ouvre par une illustration et quelle illustration ! Les dessins sont magnifiques et nous offrent une merveilleuse plongée dans cet univers.

Du côté de l’édition, Ofelbe livre un très bel ouvrage avec des images sur papier glacé au début et à la fin. En fin, des fiches personnages sont disponibles et dévoilent les plus importants.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Ofelbe.

Tome 2 par Beldaran

Overlord LN T2

Le volume est découpé en deux parties, la première intitulée La Valkyrie sanglante et la seconde, Les Héros des Hommes-Lézards. J’ai dévoré cette dernière partie alors que la première m’a laissée une impression mitigée.

La dernière ligne du volume précédent nous laissait stupéfait avec la rébellion de Shalltear Bloodfallen. Cependant, l’auteur nous ramène dans le temps, enfin de découvrir ce que font les autres serviteurs envoyés à Re-Estize pendant que Momon et Clémentine s’affronte. J’ai apprécié le procédé qui permet d’obtenir une meilleure compréhension de la situation et surtout de découvrir d’autres personnages du tombeau de Nazarick comme Sebas.

Le fil conducteur reste la résolution du problème Shalltear mais l’auteur n’en oublie pas son univers avec une visite rapide au palais du royaume de Re-Estize et de nombreuses explications sur les différents objets magiques. Les informations sur ces objets sont plutôt lourdes, on sent que c’est important mais ce n’est pas très agréable à lire. Ainz n’est pas très présent jusqu’à son affrontement contre Shalltear qui est poussif au possible. On passe d’un combattant à l’autre avec un flot continu de noms d’attaques. J’ai perdu le fil et lu le reste du duel en diagonale. Cette première partie s’achève sur une terrible résolution d’Ainz, pour renforcer le tombeau de Nazarick, il prévoit un génocide du peuple des hommes-lézards. Cet objectif renforce l’aspect inhumain d’Ainz. Il est devenu un mort-vivant à part entière, même si par moment des relents de son humanité viennent le titiller. Ces passages sont redondants et ne sont pas vraiment traités avec finesse ce qui est dommage.

J’en arrive à la seconde partie de l’ouvrage sur les hommes-lézards où la narration nous prend totalement à contre-pied. J’ai vraiment adoré ce passage où l’auteur en profite brillamment pour présenter un nouveau peuple sans oublier de faire évoluer les personnages de Nazarick ce qui promet des choses fort intéressantes pour la suite.

C’est aux côtés de Zaryusu que nous découvrons les rites et coutumes du peuple des hommes-lézards. Le récit est immersif et bien réalisé car même si on sait qu’ils vont affronter des êtres qui les surpassent, les voir planifier et batailler pour leur survie est réellement prenant, plus captivant d’ailleurs que le combat de la première partie. Au fil des pages, le serviteur Cocytus est mis en avant et par son biais on perçoit l’évolution à venir des serviteurs qui devraient être capables de prendre des décisions seuls. Ils ont une foi aveugle en Ainz ce que ce dernier tourne souvent à son avantage, de manière involontaire. En parallèle à ces évènements, les habitants du tombeau de Nazarick cherchent et trouvent de nouveaux procédés afin de s’adapter à ce nouveau monde, aspect très intéressant à suivre.

Albedo et Shalltear sont les personnages que j’apprécie le moins, même si la première gagne la palme du personnage le plus horripilant du titre quand elle passe en mode épouse transie et que dire du vocabulaire utilisé pour décrire ses gestes. Heureusement, elle reste peu présente.

Les illustrations sont superbes, à l’image du visuel de la couverture qui donne le ton.

Le déroulement du tome confirme la très bonne impression du premier avec un univers de plus en plus riche et travaillé. L’auteur alterne avec brio informations sur ce nouveau monde et phase d’action pour un récit captivant.

Chronique réalisée grâce au service de presse des éditions Ofelbe.

  • Scénario
  • Dessin
4.4

En conclusion

Overlord propose un très bon premier tome, riche et immersif avec un héros atypique. Vivement la suite !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)