Sayonara Miniskirt

Sayonara Miniskirt


Résumé :

Autrefois membre d’un groupe de J-pop, Nina a vécu une agression au couteau lors d’une rencontre avec des fans et ne s’en est jamais remise. Elle décide de retourner au collège mais sous une apparence plus masculine en coupant ses cheveux et en portant l’uniforme des garçons. À la suite d’une vague d’agressions envers les filles, les élèves du collège échangent entre eux sur le sujet. Source : Soleil

Avis principal par ladybird3000

Le travail de Aoi Makino n’est pas inconnu en France et je l’ai déjà découverte avec sa série en 4 tomes The End of the World parue aux éditions Panini Manga et maintenant en arrêt de commercialisation. Dans cette série, l’autrice abordait déjà des sujets intéressants et douloureux comme la violence à l’école. Avec ce nouveau shôjo dramatique, Sayonara Miniskirt, elle parle encore une fois de la peur que peut ressentir une jeune fille menacée tout en décrivant le parcours psychologique de ses personnages.

Nous découvrons donc Nina Kamiyama qui, avec sa coupe courte et son uniforme de garçon, est pourtant bien une jeune fille. Elle rejette les garçons en bloc et se donne une attitude dure et sévère envers eux, dans un espoir de se protéger et de renvoyer une image forte. Tout cela, elle le doit à un événement tragique qui l’a faite se renfermer sur elle-même. Membre d’un groupe d’idols célèbre, elle a été agressée par un fan. Depuis, elle a quitté le groupe et rayé les jupes de sa garde-robe. Dans son collège, personne ne connaît son passé. Mais un jour, plusieurs agressions de jeunes filles se produisent, mettant les nerfs de Nina à rude épreuve, et son secret pourrait bien être révélé.

J’ai beaucoup aimé la lecture de ce premier volume qui contient déjà beaucoup d’éléments intéressants. Tout d’abord, il y a les personnages dont trois en particuliers qui attirent l’attention. Il y a bien sûr Nina qui est le personnage principal. Au fil des pages, on découvre ce qu’elle a vécu et à quel point cela l’a blessée. Pour se protéger, elle a abandonné son côté fille, autant physiquement qu’au niveau de son comportement. Elle s’est renfermée et est dure envers les autres, en particuliers envers les garçons. Elle déteste penser comme les filles qui croient qu’elles ont besoin d’un garçon pour les protéger et préfère le faire seule. Pourtant, malgré tout cela et même si elle semble avoir renoncé à tomber amoureuse, elle commence à éprouver des sentiments pour l’un de ses camarades et c’est à ce moment que tout bascule à nouveau pour elle.

Il y a ensuite une autre jeune fille, Miku, une camarade de classe qui est tout l’opposé de Nina. Très féminine, jouant avec cet aspect, elle n’hésite pas à tout faire pour que le garçon qu’elle aime la remarque. Je n’ai pas vraiment réussi à l’apprécier, car elle a une attitude irresponsable, dans le sens où elle pardonne rapidement des paroles sexistes ou accuse d’autres filles de dénoncer des actes qu’elle juge banals. Pour elle, se faire tripoter dans le métro n’est pas un acte que l’on doit dénoncer et seules les filles « moches » s’en plaignent. Son comportement est vraiment le pire qui soit. Dans le volume, nous avons aussi des garçons qui disent que si une fille se fait tripoter, c’est de sa faute car elle porte une minijupe. C’est ce genre de phrase que Miku pardonne avec un sourire et une phrase mignonne, tandis que Nina, elle, est plutôt du genre à s’indigner et le dire franchement.

Parlons ensuite de Hikaru, le garçon qui va faire changer le comportement de Nina. Il fait partie du club de judo et pense un peu comme Nina, dans le sens où il n’hésite pas à prendre la défense de celles qui sont rabaissées. C’est un peu le point triangulaire de l’histoire, puisqu’il se rapproche de Nina, ce qui ne plaît pas à Miku et qui va sans doute déclencher tout ce qui en suit après. La fin du volume est également très palpitante, car un aspect thriller et énigmatique entoure Hikaru, nous poussant à nous demander qui il est vraiment.

Enfin, il y a d’autres personnages qui sont tout aussi intéressants et importants, comme par exemple les autres membres du groupe de Nina et en particuliers Sara. Mais aussi l’agresseur de Nina qui refera sans doute bientôt une apparition. Son identité est d’ailleurs l’une des principales questions et c’est ce qui va donner toute la tension ressentie dans la seconde partie du volume.

Les personnages et l’intrigue sont très intéressants et bien développés. Cela donne envie de découvrir la suite. Quant aux dessins je les ai trouvés très réussis également, avec un côté mignon au travers du monde des idols et un côté parfois plus sombre avec par exemple l’agression de Nina. Les expressions sont bien rendues et il n’y a pas de sensation de cases vides. Les premières pages sont en couleurs, ce qui est toujours un plus et la jaquette a des reflets brillants, donnant un très bel ouvrage.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Soleil.

  • Scénario
  • Dessin
4.5

En conclusion

Un premier volume très intéressant et plaisant à lire ! Un shôjo qui pourra plaire au plus grand nombre et qui s’annonce intrigant avec des personnages très bien développés.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)