SOS Love

SOS Love


Résumé :

Kayo est cool, Kayo est jeune, Kayo est populaire ! Elle n’est pas très douée pour les études, mais ce n’est peut-être pas si grave. Car après tout, son plan de « carrière », il est tout tracé : trouver l’homme de sa vie à l’université et l’épouser pour ne plus faire grand-chose d’autre ensuite. En attendant, elle compte bien profiter de sa jeunesse. Oui, mais voilà… un beau matin débarque dans son quotidien une lugubre jeune femme qui prétend venir du futur, et même être la version plus âgée d’elle-même. Kayo refuse d’y croire, mais quand cette dernière lui annonce qu’à trente ans, elle sera célibataire, déprimée, et loin d’être heureuse, la lycéenne commence à se poser des questions… Et s’il était temps d’admettre l’amour qu’elle éprouve pour son ami d’enfance, et d’enfin lui mettre le grappin dessus ? Source : Akata

Avis principal par ladybird3000

SOS Love est un manga qui est dans la même veine que Switch Girl ou encore No Longer Heroine, notamment en ce qui concerne les dessins et les grimaces que peut parfois faire l’héroïne. La série est terminée en 6 volumes, j’ai donc bon espoir que l’intrigue ne traîne pas trop en longueur et soit correctement développée.

Dans ce premier volume, nous découvrons Kayo, une lycéenne qui a tout pour plaire et qui a énormément de succès auprès des garçons. Alors qu’elle croit que sa vie est toute tracée et qu’elle pense avoir l’embarras du choix, une femme de 30 ans l’aborde. Celle-ci lui annonce qu’elle s’appelle Kayo et qu’elle est son moi futur. A 30 ans, elle est toujours célibataire et emplie de regrets, notamment concernant son ami d’enfance. Au début, Kayo ne le croit pas et la prend pour une folle, d’autant plus qu’elle nie avoir des sentiments pour Shinnosuke. Mais les indices ne mentent pas et Kayo est de plus en plus désorientée. Son quotidien est bouleversé et ses espoirs réduits à néant.

J’ai plutôt bien aimé ce premier volume, même si au début j’avais un peu peur que Kayo ressemble trop à Hatori, dans No Longer Heroine. Mais au final, même si elle lui ressemble, elle est plus attachante et moins hautaine. En fait, Kayo est très sûre d’elle et montre souvent un air suffisant, mais dès qu’elle commence à douter d’elle, elle nous montre une facette différente, plus naïve et parfois mignonne. C’est notamment le cas lorsqu’elle est en présence de Shinnosuke, sans doute car c’est le seul à voir la vraie Kayo, du moins c’est ce que j’ai pensé. Il ne se laisse pas avoir par l’image qu’elle veut donner et il va souvent la déstabiliser par ses propos. Kayo est sûre d’elle, au point de souvent refuser de dire les choses. Puis quand elle commence à douter et à paniquer, elle dit les choses telles qu’elle les pense et est très franche. C’est ce côté de sa personnalité qui m’a plu et qui permet de faire avancer le récit.

Il y a ensuite la Kayo du futur ayant 30 ans. Pour le moment, j’ai du mal à me dire que les deux sont le même personnage, avec 13 ans de différence. La Kayo du futur va bousculer Kayo et la pousser à dévoiler ses sentiments à Shinnosuke. Elle apparaît toujours au moment critique et n’arrange pas forcément les choses. Elle distille les informations au fur et à mesure, afin de mener Kayo là où elle espère la mener.

D’autres personnages sont présents, comme par exemple Shinnosuke, l’ami d’enfance de Kayo. J’aime bien ce personnage, c’est l’un des garçons les plus populaires du lycée, mais il est sympathique et pas du tout méprisant. J’ai vraiment eu l’impression qu’il voyait clair dans le jeu de Kayo, décelant sa personnalité derrière l’image qu’elle montre à tout le monde. J’ai aussi beaucoup aimé les passages où l’on voit le passé des deux amis, notamment car cela permet de voir Kayo différemment. Ce qui contribue aussi au fait qu’on s’attache un peu plus à elle. Les personnages qui arrivent ensuite sont une fille et un garçon, ce qui permet d’envisager des rivaux amoureux. Cependant, même si cela est classique, les personnages le sont moins, notamment dans la façon dont ils sont amenés et vont interagir par la suite, mais aussi par le rapport qu’ils ont avec la Kayo du futur et ce qu’elle nous dévoile sur eux. Kushida est un personnage qui m’a plu, c’est une rivale, mais j’ai envie qu’elle trouve le bonheur. Elle pourrait presque effacer l’héroïne, tant elle possède de qualités, mais Kayo n’a rien à lui envier et j’ai beaucoup aimé sa franchise vis-à-vis d’elle.

Il y a une part d’humour, notamment au travers des dessins et de Kayo qui est représentée avec des visages parfois drôles. Le fait qu’il y ait la Kayo du futur permet aussi d’apporter quelque chose à l’histoire et donner de l’originalité. Cet aspect futuriste sera sans doute plus développé dans le volume 2 et j’ai hâte de voir ce que la mangaka nous réserve.

Les dessins sont sympathiques et bien réalisés. Les expressions sont très bien faites, que ce soit celles plus humoristiques ou les autres. J’ai aussi bien aimé les petits bonus entre les chapitres qui sont bien drôles.

Fiche réalisée grâce au service de presse des éditions Akata.

  • Scénario
  • Dessin
3.7

En conclusion

Un premier volume sympathique et bien construit. Cela donne envie de découvrir la suite.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)